Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier

L’environnement numérique met en crise la notion même de texte. D’une part, la polyphonie énonciative de l’écrit d’écran (Souchier 1996), articulant différents cadres visuels, et son inscription en réseau, autorisant la délinéarisation vers un texte autre (Paveau 2016), rendent problématique la définition de frontières stables, autrefois balisées par le paratexte éditorial de l’imprimé. D’autre part, le caractère opératoire du texte numérique envisagé comme textiel (Davallon et al. 2013 [2003]), associant étroitement les éléments langagiers et  techniques, nécessite une manipulation de la part du lecteur qui collabore de ce fait à l’acte d’écriture, voire de constitution du texte lui-même. Continuer la lecture de « Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier »

Compte rendu de la conférence de Bruno Bachimont: Archive, mémoire, numérique (Université de Liège, 21 février 2018)

Organisée dans le cadre du cycle de conférence « La condition documentaire » de l’UR Traverses, l’intervention de Bruno Bachimont intitulée « Archive, mémoire, numérique » entendait questionner ce que le numérique « fait » aux documents, à l’archive et à la démarche mémorielle. L’auteur, titulaire d’un double doctorat en informatique et en épistémologie, s’est, dans un premier temps de ses recherches, interrogé sur le support numérique et sur la manière dont il transforme nos modes de pensée. Il a ainsi proposé, sur le modèle du concept de raison graphique élaboré par l’anthropologue Jack Goody (Goody 1979), celui de raison computationnelle (Bachimont 2000) pour « qualifier les transformations non seulement interprétatives mais conceptuelles et cognitives que le numérique et le calcul entraînent » (Bachimont 2017, 243). Chargé par la suite de l’archivage de l’audiovisuel à l’INA, qu’il rejoint en 1998, il est amené à se poser la question de la mémoire, et de la manière donc le numérique modifie l’articulation traditionnelle entre archive et mémoire. Le programme de recherche qu’il amorce notamment dans l’article « La présence de l’archive : réinventer et justifier » (Bachimont 2010) a débouché sur la monographie Patrimoine et numérique : Technique et politique de la mémoire (Bachimont 2017), publiée l’an dernier aux éditions de l’INA. Bruno Bachimont est actuellement Directeur de la Recherche et de la Valorisation de la Faculté des Sciences de Sorbonne Université. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence de Bruno Bachimont: Archive, mémoire, numérique (Université de Liège, 21 février 2018) »

Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG

 

L’environnement numérique affecte à bien des égards notre manière de raisonner, d’appréhender le réel, de l’expérimenter. Les modes d’inscription et de transmission des savoirs, des œuvres culturelles, se trouvent modifiés par les médias numériques et les paradigmes de pensée qu’ils favorisent. Comment s’effectuent concrètement ces transformations, à travers quelles matérialités, et avec quelles conséquences sur les pratiques intellectuelles ? N.-K. Hayles, chimiste reconvertie dans l’enseignement de la littérature à l’Université Duke de Durham (États-Unis), mène l’enquête dans des secteurs a priori aussi disparates que les humanités numériques, les neurosciences, la littérature ou l’histoire des codes télégraphiques ; ce tour d’horizon fournit au demeurant des clés pour comprendre la technognèse, entendue comme la « coévolution des facultés humaines et des dispositifs médiatiques » (p. 22). Le livre, paru originellement sous le titre How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis (University of Chicago Press, 2012), possède une extension en ligne sur le site personnel de l’auteure (How We Think : A Digital Companion), où le lecteur intéressé trouvera des ressources complémentaires. La traduction française de Christophe Degoutin est précédée d’une introduction fournie d’Yves Citton, qui met en évidence son intérêt pour la compréhension des enjeux entourant actuellement les humanités. Celles-ci trouveraient, avec les médias numériques, l’opportunité de se repositionner en spécialités de la médiation. Continuer la lecture de « Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG »

Texte numérique et pratiques de lecture. À propos de deux ouvrages récents

Saemmer, Alexandra. 2015. Rhétorique du texte numérique: figures de la lecture, anticipations de pratiques. Lyon: Presses de l’Enssib. 
Gaudric, Paul, Gérard Mauger, et Xavier Zunigo. 2016. Lectures numériques : Une enquête sur les grands lecteurs. Lyon: Presses de l’Enssib.

Les deux ouvrages envisagés ici, dont j’ai eu l’occasion de rendre compte (cf. infra), abordent, selon des perspectives diverses, la question de la lecture numérique : l’un par les éléments qui, dans le texte, anticipent les pratiques – nommés par l’auteure figures de la lecture; l’autre, par une enquête empirique menée auprès de grands lecteurs de textes numériques, qui met en évidence des pratiques de lecture différenciées selon le type de texte – journalistique ou littéraire – sur lequel elles portent. Continuer la lecture de « Texte numérique et pratiques de lecture. À propos de deux ouvrages récents »