Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016)

Conférence organisée dans le cadre de l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques »[1]

Comment étudier la circulation des savoirs ? À partir de quels indices ? Suivant quelle méthode ? Quel est le potentiel émancipatoire des savoirs savants élaborés par les disciplines en sciences humaines ? Sarah Cordonnier, maître de conférences en Sciences de l’Information et Communication à l’Université de Lyon 2 et membre du groupe Elico, a dégagé des pistes pour répondre à ces questions dans une conférence organisée par l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques » (Genach) à l’Université de Liège, le 7 novembre 2016. Partant du projet de recherche défini par le groupe Genach, qui porte sur l’étude de la circulation des savoirs dans les revues intellectuelles françaises et allemandes (1945-1980), la conférencière fait l’exercice d’une relecture de ses propres travaux pour tenter de dégager un cadre méthodologique et des concepts-clés. La question de la circulation des savoirs savants, « produits dans des cadres disciplinaires et intellectuels », est abordée, dans les études de l’intervenante comme dans le projet de l’ARC Genach, sous l’angle de leur finalité, de leur portée critique ; Sarah Cordonnier souligne qu’à l’inverse, on peut aussi porter l’attention sur la manière dont ces savoirs sont susceptibles de se constituer en un outil de contrôle, contribuant à une normalisation des pratiques. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016) »

Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG

 

L’environnement numérique affecte à bien des égards notre manière de raisonner, d’appréhender le réel, de l’expérimenter. Les modes d’inscription et de transmission des savoirs, des œuvres culturelles, se trouvent modifiés par les médias numériques et les paradigmes de pensée qu’ils favorisent. Comment s’effectuent concrètement ces transformations, à travers quelles matérialités, et avec quelles conséquences sur les pratiques intellectuelles ? N.-K. Hayles, chimiste reconvertie dans l’enseignement de la littérature à l’Université Duke de Durham (États-Unis), mène l’enquête dans des secteurs a priori aussi disparates que les humanités numériques, les neurosciences, la littérature ou l’histoire des codes télégraphiques ; ce tour d’horizon fournit au demeurant des clés pour comprendre la technognèse, entendue comme la « coévolution des facultés humaines et des dispositifs médiatiques » (p. 22). Le livre, paru originellement sous le titre How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis (University of Chicago Press, 2012), possède une extension en ligne sur le site personnel de l’auteure (How We Think : A Digital Companion), où le lecteur intéressé trouvera des ressources complémentaires. La traduction française de Christophe Degoutin est précédée d’une introduction fournie d’Yves Citton, qui met en évidence son intérêt pour la compréhension des enjeux entourant actuellement les humanités. Celles-ci trouveraient, avec les médias numériques, l’opportunité de se repositionner en spécialités de la médiation. Continuer la lecture de « Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG »

Pratiques de vulgarisation en sciences humaines et sociales : lacunes et zones d’ombre

En parcourant les carnets de recherche Hypothèses, j’ai été amenée à m’interroger sur la fonction qu’y occupait le traitement de l’actualité par des scientifiques, que l’on retrouve dans une quinzaine de carnets au moins[1]. S’agirait-il d’une forme particulière de journalisme scientifique, ou plutôt de journalisme par des scientifiques ? Répondant à une promesse communicationnelle d’OpenEdition de doter les sciences humaines et sociales de leurs propres médias (Dacos 2012) et de diffuser les savoirs auprès d’un large public (Dacos 2016), cette entreprise pourrait s’inscrire parmi d’autres activités de vulgarisation ou de médiatisation scientifique disponibles sur la plateforme (ainsi qu’en témoigne, dans le catalogue des carnets de recherche, la sous-catégorie « carnet de vulgarisation »). Continuer la lecture de « Pratiques de vulgarisation en sciences humaines et sociales : lacunes et zones d’ombre »

Metzger, Jean-Paul (éd.). 2004. Médiation et représentation des savoirs. Paris: L’Harmattan.

C’est d’un ouvrage déjà ancien, réalisé sous la direction de J.-P. Metzger et rassemblant les actes d’un colloque consacré au « Partage des savoirs » (Université Jean-Moulin Lyon 3, 28 février-1er mars 2003), que je voudrais rendre compte par ces notes de lectures. Publié voici douze ans, le livre aborde la question de l’accès aux savoirs, de leur représentation et des phénomènes de médiation à l’œuvre dans leur transmission au sein d’environnements variés (musées, listes de discussion, presse, université, etc.). La circulation des connaissances est aujourd’hui interrogée sous l’angle des transferts culturels aux frontières géographiques (Dahan-Gaida 2016), ou celui de l’interdisciplinarité (Darbellay 2012) ; mais ce sont également les mutations liées à l’arrivée des « nouvelles technologies » et du numérique, imposant des médiations particulières aux objets diffusés, qui éveillent l’intérêt des chercheurs (Stiegler 2014, Vitali-Rosati & Sinatra 2014, Vitali-Rosati 2016 ­ pour ne citer que ceux-là). Continuer la lecture de « Metzger, Jean-Paul (éd.). 2004. Médiation et représentation des savoirs. Paris: L’Harmattan. »

Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public

Remarque : La matière de ce billet est extraite d’une intervention commune avec Caroline Glorie, doctorante à l’ULg, réalisée lors de la journée d’étude du 24 novembre 2016, Théorie critique et humanités numériques, organisée par l’ARC « Genèse et Actualité des Humanités Critiques » (Genach, dir. G. Cormann et F. Provenzano, ULg). Les réflexions développées se sont enrichies des discussions menées en commun. Le texte complet de cette intervention sera déposé prochainement dans le dépôt institutionnel de l’Université de Liège.

À travers un texte qu’il est désormais inutile de présenter, le Manifeste des Digital Humanities, je voudrais questionner le projet d’intervention dans l’espace public de la communauté des humanités numériques, pour ensuite y préciser l’action d’un de ses signataires, le Centre pour l’édition électronique ouverte (structure qui chapeaute OpenEdition). Si ce manifeste est régulièrement convoqué comme matrice explicative des valeurs et espoirs portés par le mouvement des humanités numériques (p. ex. Guillaud 2012, Dacos et Mounier 2014 : 51 ; Mounier 2015), il l’est nettement moins, si je ne m’abuse, pour sa valeur discursive en tant que manifeste. Certains auteurs y font allusion (Darbellay 2013 ; Berra 2015), mais cette prise de position n’est pas réellement étudiée comme un acte discursif posé dans l’espace public afin de le mettre en crise et le réguler[1]– bref, d’y inscrire un contre-discours, ainsi que l’ont montré les travaux de Marcel Burger (2002). Continuer la lecture de « Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public »

Textiel et technodiscours : sur l’articulation des traits langagiers et techniques au sein des écrits numériques

Que fait l’environnement d’une plateforme numérique comme OpenEdition au discours scientifique, du point de vue de sa matérialité même ? La question est large, et demanderait avant toute chose une précision quant aux niveaux de matérialité (lexicale, rhétorique, du dispositif…) que l’on entend traiter. Je me limiterai à l’amorcer par le biais suivant : en quoi le caractère particulier des textes et discours dans l’environnement numérique est-il susceptible d’agir sur les modes de production et de circulation des connaissances ? Comment cela se joue-t-il dans le dispositif de communication scientifique d’OpenEdition ? Continuer la lecture de « Textiel et technodiscours : sur l’articulation des traits langagiers et techniques au sein des écrits numériques »

Journée d’étude Théorie critique et humanités numériques

ARC GENACH – Université de Liège – 24 novembre 2016

Depuis quelques années, la Théorie critique et les humanités numériques connaissent une actualité universitaire particulièrement foisonnante. Si pour la première, il s’agit d’un retour à l’avant-scène de la recherche, les secondes, en revanche, traversent avec des fortunes diverses une première phase d’académisation progressive. Partant de cette actualité commune mais rarement problématisée en un même geste réflexif, la journée d’études Théorie critique et humanités numériques veut être l’occasion d’interroger la réalité de la recherche en sciences humaines aujourd’hui.    

Télécharger l’affiche et le programme de la journée d’étude.

Contact: Caroline.Glorie@ulg.ac.be & Ingrid.Mayeur@ulg.ac.be

Texte numérique et pratiques de lecture. À propos de deux ouvrages récents

Saemmer, Alexandra. 2015. Rhétorique du texte numérique: figures de la lecture, anticipations de pratiques. Lyon: Presses de l’Enssib. 
Gaudric, Paul, Gérard Mauger, et Xavier Zunigo. 2016. Lectures numériques : Une enquête sur les grands lecteurs. Lyon: Presses de l’Enssib.

Les deux ouvrages envisagés ici, dont j’ai eu l’occasion de rendre compte (cf. infra), abordent, selon des perspectives diverses, la question de la lecture numérique : l’un par les éléments qui, dans le texte, anticipent les pratiques – nommés par l’auteure figures de la lecture; l’autre, par une enquête empirique menée auprès de grands lecteurs de textes numériques, qui met en évidence des pratiques de lecture différenciées selon le type de texte – journalistique ou littéraire – sur lequel elles portent. Continuer la lecture de « Texte numérique et pratiques de lecture. À propos de deux ouvrages récents »

Cycle de conférences 2016-2017 – Projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980)

L’équipe du projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980) organise cette année un cycle de conférences à l’Université de Liège.

Télécharger ici l’affiche de l’événement.

Contacts : Gregory.Cormann@ulg.ac.be & Francois.Provenzano@ulg.ac.be

Continuer la lecture de « Cycle de conférences 2016-2017 – Projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980) »

À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation

En quoi le numérique transforme-t-il les pratiques éditoriales et les modes d’appropriation des connaissances, en particulier sur les plateformes de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) ? Ainsi que l’avait posé Roger Chartier (2006), les formes et les manières d’appréhender le texte se trouvent modifiés par l’arrivée du numérique. L’auteur y voit une révolution comparable à celle qu’avait amenée l’invention de l’imprimerie dans la société du codex, ce dernier ayant lui-même supplanté le volumen.  Par son analyse historique de la transformation des modes de la communication scientifique, Guylaine Beaudry (2011) montre quant à elle que chaque étape s’est accompagnée d’une reconfiguration des techniques éditoriales, du rôle des acteurs et des canaux de distribution – toutefois, la permanence des fonctions (production, évaluation, diffusion, réception et préservation) situe ces transformations au sein d’un continuum, qui contribue à relativiser l’idée d’une « exception numérique ».   Continuer la lecture de « À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

À la lumière des perspectives théoriques ouvertes par la pensée de la trivialité, la problématique de ma thèse pourrait se voir précisée de la manière suivante : En quoi une plateforme d’édition numérique en sciences humaines suscite-t-elle des pratiques triviales menant à la réécriture d’objets de savoir ? Comment les publics s’ajustent-ils[1] aux prétentions communicationnelles (éditoriales et scientifiques) de la plateforme, et, le cas échéant, y développent-ils à leur tour des pratiques triviales ? Ces pratiques portent-elles la marque d’une préoccupation critique/réflexive ? Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avec Penser la trivialité (2008), Yves Jeanneret propose quelques pistes théoriques pour mieux cerner les différentes dimensions de son concept. Dans le premier chapitre, l’auteur se situe vis-à-vis de trois modèles de la circulation des idées, que sont la propagation, présente dans la philosophie sociale de Gabriel Tarde, la transmission, au cœur de la médiologie de Régis Debray, et la reproduction, privilégiée par une approche sémiotique comme celle de Roland Barthes. S’appuyant sur la conception de l’archive proposée par Foucault (1969) – dynamique, fondée sur la reprise et la réappropriation des productions antérieures –, Jeanneret met en lumière les opérations (gestes, pratiques, inscription dans des formes induites par les architextes, etc.) sur lesquelles repose la réécriture créative des êtres culturels, en vue de leur conservation et de leur transmission. Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avertissement: Ces notes de lecture ne constituent pas à proprement parler un compte rendu. Elles cherchent à montrer l’intérêt de la notion de trivialité, élaborée par Yves Jeanneret, pour une étude portant sur la manière dont les connaissances scientifiques se diffusent à travers une plateforme numérique comme OpenEdition. Elles pourraient dès lors paraître lacunaires ou simplistes au regard du projet de l’auteur. Partant des deux ouvrages publiés par Jeanneret autour de la trivialité, il s’agira en ce qui me concerne de mettre en évidence les grilles de lecture qu’il suggère pour aborder les pratiques triviales, et la manière dont elles peuvent être appliquées dans une étude de la plateforme OpenEdition.

L’élargissement des modes de production et de diffusion des savoirs est au cœur du projet des Digital Humanities. Cette préoccupation se voit clairement exprimée à l’entame du premier manifeste de ce champ de recherche (Schnapp & Presner 2009), lié comme on le sait à l’usage des méthodes informatiques dans les sciences humaines et sociales. Il a débouché -entre autres choses- sur la mise au point d’outils favorisant la circulation des connaissances : bases de données en ligne, valorisation de collections d’archives sur des sites dédiés, cartographies interactives, édition scientifique électronique… Le développement de ces techniques s’est accompagné d’un retour réflexif sur les conditions concrètes de la dissémination des savoirs en contexte numérique. Aux Sofware Studies et aux approches matérialistes (p. ex. Kirschenbaum 2008, Drucker 2013, Stiegler 2014, Gras 2015, Magis et Granjon 2016) se mêlent des enquêtes plus larges visant à appréhender les impacts du numérique sur notre culture et nos modes d’organisation sociale (p. ex. Doueihi 2008 et 2011, Casilli 2012, Caron 2014). Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1) »

Des carnets de recherche Hypothèses accompagnant la parution d’un périodique

Un portail de diffusion des revues numériques en sciences humaines comme OpenEdition permet la communication d’annonces, billets et actualités lié aux périodiques édités. Ces genres textuels sont soit pris en charge par le site même de la revue, soit diffusés sur un blog d’accompagnement – qui peut également jouer un rôle de veille scientifique, de réflexion et d’échange.

Dans le cadre de ma recherche doctorale sur les conditions concrètes de production et de circulation des savoirs au sein des plateformes numériques, j’ai voulu observer la manière dont une revue en ligne, qu’elle paraisse ou non au format papier, jouait du potentiel éditorial laissé par le support numérique, à travers l’alimentation conjointe d’un blog parallèle sur Hypothèses. Chemin faisant, mon corpus a intégré quelques revues « papier » diffusant également des contenus par ce biais.

Lire ici le texte complet de ma communication, présentée le 10 mai 2016 au Forum sur l’édition savante à l’ère du numérique (84e congrès de l’ACFAS, UQAM, Montréal).

Dériv@tions

Ce carnet de thèse a pour thématique la circulation des savoirs sur (et autour de) la plateforme OpenEdition. Elle sera étudiée essentiellement – mais non exclusivement – à travers les textes et discours qui s’y inscrivent ou l’animent. Il s’agira sur cette base d’interroger les conditions matérielles de production, diffusion et réception des connaissances sur un portail de ce type. Continuer la lecture de « Dériv@tions »