Recherches en cours : Discours de savoir et actualité scientifique dans les carnets de recherche de la plateforme Hypothèses

Remarque : Ce texte est issu d’une intervention au séminaire du projet HYCAR le 11 décembre 2018.

Afin de situer l’orientation de mon travail, je vais tout d’abord repartir du contexte scientifique qui l’a vu s’élaborer, pour ensuite préciser la problématique, l’approche adoptée et les hypothèses à partir desquelles j’ai mené l’analyse de mon corpus. Continuer la lecture de « Recherches en cours : Discours de savoir et actualité scientifique dans les carnets de recherche de la plateforme Hypothèses »

Énonciation éditoriale et formes culturelles des plateformes de blogging scientifique : Une étude comparative des pages d’accueil d’Hypothèses et de Hastac

Remarque: Ce billet fait suite à la journée d’étude « Métamorphoses numériques des objets culturels : le carnet de recherche » organisée par le Centre Norbert Elias à l’Université d’Avignon.

Dans le cadre de cette intervention, je ne vais pas parler du carnet de recherche en tant qu’unité éditoriale, mais plutôt de son inscription dans une plateforme de communication de la recherche ; soit, concrètement, parler de la page d’accueil de la plateforme d’Hypothèses et des modèles culturels à travers lesquels elle organise la circulation des billets. En effet, si l’on suit la perspective des Sciences de l’Information et de la Communication, c’est pour une large part du travail de mise en forme des savoirs que dépend leur appréhension et leur circulation sociale. En tant que doctorante en Analyse du Discours, ce champ disciplinaire n’est pas celui dans lequel je m’inscris à l’origine, mais il me semble que les discours de savoir qui circulent sur Hypothèses doivent être lus/étudiés à la lumière du dispositif qui en conditionne la matérialité langagière – et cela se joue au niveau des formats, des genres, des stratégies rhétoriques anticipant un public, etc. – donc je vais surtout mobiliser des outils des SIC, dans le cadre de cette intervention, pour tenter de rendre compte de cette matérialité du dispositif (mais dans ma propre recherche, j’étudie les discours à travers ce que le dispositif fait au discours scientifique, et c’est par là que je conclurai). Continuer la lecture de « Énonciation éditoriale et formes culturelles des plateformes de blogging scientifique : Une étude comparative des pages d’accueil d’Hypothèses et de Hastac »

Le discours scientifique en SHS au prisme de sa matérialité langagière. Enrichissement hypertextuel et intertexte des carnets de recherche en ligne

Remarque: Ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors du colloque « Repenser les humanités numériques/Thinking the Digital Humanities Anew » organisé par le CRIHN du 25 au 27 octobre 2018, à l’Université de Montréal.

Le présent colloque, qui invite à repenser les humanités numériques, se propose, ainsi que le signale l’appel, de « cerner l’impact du numérique sur le processus de production et de circulation du savoir » ; et en effet, les humanités numériques se démarquent d’autres champs de recherche en ce qu’elles accordent une attention particulière aux conditions matérielles d’élaboration et de diffusion des connaissances scientifiques (Dacos et Mounier 2014). Or, si ce mouvement reconfigure bien les conditions de la recherche en humanités (avec l’utilisation de nouveaux outils, de nouveaux dispositifs porteurs d’une matérialité propre), la question de la matérialité langagière des discours scientifiques qui s’élaborent dans les plateformes numériques de communication de la recherche semble bien rester, dans une certaine mesure, un point aveugle. Continuer la lecture de « Le discours scientifique en SHS au prisme de sa matérialité langagière. Enrichissement hypertextuel et intertexte des carnets de recherche en ligne »

De la pertinence de l’exemple dans la recherche en SHS

N’y aurait-il de science que du général, ainsi que l’entendrait une certaine doxa? En d’autres termes, peut-on ambitionner de dégager un savoir valide à partir d’une sélection d’exemples ? Cette interrogation rejoint directement celle du choix de l’analyse qualitative et de sa capacité à construire un savoir sur un objet ; mais aussi, plus largement, celle de la production des savoirs en humanités qui repose traditionnellement sur celle-ci1 (Small 2013). Continuer la lecture de « De la pertinence de l’exemple dans la recherche en SHS »

  1. Provenzano rappelle par ailleurs que « dans le discours des sciences humaines, l’exemple fait office de preuve, à des fins de persuasion dans le cadre d’une praxis interprétative propre à une communauté de savants » (Provenzano 2011, 93). []

Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Remarque: ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors du 7e colloque du groupe Ci-dit, « Le discours rapporté à l’ère numérique » qui s’est tenu à Bruxelles, les 20 et 21 juin 2018.

Les écrits scientifiques sont généralement fondés sur un savoir antérieur par rapport auquel le chercheur se situe. Les modes de référencement à ces discours autres sont variés – Boch et Grossmann parlent à cet égard de « discours multiréférencés », pouvant recourir à l’allusion, la reformulation ou la citation au sens strict (Boch et Grossman 2002). S’agissant de ces citations, que deviennent-elles dans un discours scientifique nativement numérique comme celui des écrits de blogs ?  Partant de l’analyse d’un corpus de billets de recherche issus de la plateforme Hypothèses, je voudrais relever les formes que prennent ces citations dans le discours scientifique numérique ainsi qu’en étudier les fonctions : sont-elles convoquées comme preuves, contrepoints, définitions, voire à d’autres fins ? Par ailleurs, que nous révèlent ces citations sur l’intertexte mobilisé par ce type de communication scientifique et, de ce fait, sur l’allocutaire envisagé ? Continuer la lecture de « Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales »

Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier

L’environnement numérique met en crise la notion même de texte. D’une part, la polyphonie énonciative de l’écrit d’écran (Souchier 1996), articulant différents cadres visuels, et son inscription en réseau, autorisant la délinéarisation vers un texte autre (Paveau 2016), rendent problématique la définition de frontières stables, autrefois balisées par le paratexte éditorial de l’imprimé. D’autre part, le caractère opératoire du texte numérique envisagé comme textiel (Davallon et al. 2013 [2003]), associant étroitement les éléments langagiers et  techniques, nécessite une manipulation de la part du lecteur qui collabore de ce fait à l’acte d’écriture, voire de constitution du texte lui-même. Continuer la lecture de « Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier »

Le blog scientifique, un lieu de digression ?

Remarque: ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors de la journée d’études du groupe Intersections, « Digressions » (Liège, 4 mai 2018).

Le discours scientifique s’accommode mal, à première vue, de la présence d’une digression : il entend au contraire apporter des réponses étayées à une problématique précise et s’interdit, en principe, le hors-sujet. Pour Schwarze (2008, p. 6 cité par Grossmann 2017), les traits discursifs qui le caractérisent sont ceux de la perspective universalisante, à savoir la neutralité, le tabou du moi et le tabou de narration ; ce qui rentre largement en contradiction, on le verra, avec les pratiques de l’écriture digressive. Continuer la lecture de « Le blog scientifique, un lieu de digression ? »

Journée d’études du groupe Intersections: « Digressions » (Liège, 4 mai 2018)

C’est bien au pluriel qu’il faut entendre ce concept dont la  signification peut, au premier  abord, sembler aller de soi. Elle est une notion courante, passe-partout. Pourtant, la définir est  loin d’être chose aisée. La quatrième journée d’étude du groupe Intersections cherche à interroger la place et l’usage des digressions  dans une perspective multidisciplinaire. Il sera question  de digressions en littérature, en philosophie et en histoire, mais aussi au cinéma  et dans les arts numériques. Même si cette notion peut paraître évidente, la digression est, en  réalité, un objet d’étude complexe, qui a suscité une multitude de définitions : elle est tantôt écart, détour ou encore rencontre temporaire chez Pierre Bayard. Parfois, son existence même est remise en question. Ainsi,  selon Michel Charles, la digression n’a pas  lieu d’être pour la critique, dont le but consiste à trouver une cohérence dans l’oeuvre étudiée. La conférence d’ouverture sera donnée par Aude Déruelle,  professeure à l’Université d’Orléans et auteure notamment de Balzac et la digression (2004).

Contact: adechene@uliege.be
http://labos.ulg.ac.be/intersections

AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours

Dans le dernier numéro de la revue Argumentation et analyse du discours, intitulé Repenser la « dimension argumentative » du discours » (dir. R. Amossy), j’ai le plaisir d’annoncer la parution de mon article : « Quelle dimension argumentative dans les carnets de recherche en sciences humaines ?« 

Résumé:  La présente contribution entend questionner la dimension argumentative (Amossy 2000) d’écrits scientifiques natifs du Web que sont les billets de blog. Continuer la lecture de « AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours »

Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS

Remarque: ce texte est la version augmentée d’une communication présentée le 20 mars 2018 lors de la journée d’étude « Ce que la question éditoriale révèle des disciplines mobilisées dans le champ des humanités numériques » (séminaire de l’IRIHS, Université de Rouen).

Les concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation apparaissent à certains égards complémentaires pour étudier les modes de circulation des textes à travers les plateformes d’édition numériques. Comme médias informatisés (Jeanneret 2014, 13)1, ces dispositifs agissent en effet sur les conditions d’élaboration des textes (format, stratégies discursives, etc.) et celles de leur réception (pratiques de lecture, appropriation des connaissances, etc.). En quoi l’énonciation éditoriale et l’éditorialisation en tant que concepts permettent-ils de rendre compte de l’action de ces dispositifs sur le texte, le discours et, plus particulièrement, sur le discours scientifique ? Je commencerai ici par effectuer une présentation générale de mon projet de thèse, avec une délimitation de sa problématique et de ses objets ; pour ensuite m’intéresser à l’opérativité des notions d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation sur mon corpus de travail. Continuer la lecture de « Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS »

  1. Soit un « dispositif médiatique qui permet la circulation des écrits d’écran sur les réseaux et les différents matériels informatiques. » []

Souchier, Emmanuël. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie, 6 (2): 137-145

Avertissement: La présente note de lecture prépare la journée d’étude « Ce que la question éditoriale révèle des disciplines mobilisées dans le champ des humanités numériques », organisée le 20 mars prochain par l’IRIHS à l’Université de Rouen. Elle est publiée en parallèle sur le carnet du séminaire dans le cadre duquel est organisé l’événement.

Par le concept d’énonciation éditoriale, Emmanuël Souchier a porté l’attention sur la composante matérielle du texte, souvent naturalisée en raison d’une prétendue évidence, et délaissée au profit de sa composante langagière. Son article « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale », publié en 1998, apparaît comme une première synthèse permettant de définir la notion : nous proposons ici une brève lecture d’un texte déjà bien connu. Continuer la lecture de « Souchier, Emmanuël. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie, 6 (2): 137-145 »

Compte rendu de la conférence de Bruno Bachimont: Archive, mémoire, numérique (Université de Liège, 21 février 2018)

Organisée dans le cadre du cycle de conférence « La condition documentaire » de l’UR Traverses, l’intervention de Bruno Bachimont intitulée « Archive, mémoire, numérique » entendait questionner ce que le numérique « fait » aux documents, à l’archive et à la démarche mémorielle. L’auteur, titulaire d’un double doctorat en informatique et en épistémologie, s’est, dans un premier temps de ses recherches, interrogé sur le support numérique et sur la manière dont il transforme nos modes de pensée. Il a ainsi proposé, sur le modèle du concept de raison graphique élaboré par l’anthropologue Jack Goody (Goody 1979), celui de raison computationnelle (Bachimont 2000) pour « qualifier les transformations non seulement interprétatives mais conceptuelles et cognitives que le numérique et le calcul entraînent » (Bachimont 2017, 243). Chargé par la suite de l’archivage de l’audiovisuel à l’INA, qu’il rejoint en 1998, il est amené à se poser la question de la mémoire, et de la manière donc le numérique modifie l’articulation traditionnelle entre archive et mémoire. Le programme de recherche qu’il amorce notamment dans l’article « La présence de l’archive : réinventer et justifier » (Bachimont 2010) a débouché sur la monographie Patrimoine et numérique : Technique et politique de la mémoire (Bachimont 2017), publiée l’an dernier aux éditions de l’INA. Bruno Bachimont est actuellement Directeur de la Recherche et de la Valorisation de la Faculté des Sciences de Sorbonne Université. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence de Bruno Bachimont: Archive, mémoire, numérique (Université de Liège, 21 février 2018) »

Réponse à l’appel à communication « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir » (Paris)

Une fois n’est pas coutume, j’utiliserai l’espace de ce carnet de recherche non pour publier des réflexions en cours ou des notes de lecture, mais pour partager mon étonnement quant à la manière dont certains chercheurs empruntent très librement, et sans citation aucune, des matériaux figurant sur des blogs Hypothèses. Ça tombe bien d’ailleurs, vu que c’est plutôt en rapport avec mon sujet de thèse, cette question de la circulation des discours de savoir en humanités dans les carnets de recherche. Continuer la lecture de « Réponse à l’appel à communication « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir » (Paris) »

Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas.

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des recherches de Rabatel sur le point de vue (désormais PDV), qui avaient fait l’objet d’une importante synthèse publiée dans les deux volumes d’Homo narrans (Rabatel 2008a, 2008b). Reprenant à la suite de Ducrot (Ducrot 1980, 1984) la distinction locuteur/énonciateur[1], Rabatel l’appliquait alors au texte narratif dans son ensemble et non aux seuls énoncés phrastiques. Il s’opposait en outre à la conception structuraliste du texte narratif héritée de Genette, pour lequel la surface du discours n’était que la manifestation des structures profondes du récit. Si cette dernière approche faisait l’impasse sur les dimensions dialogiques et pragmatiques qui traversent tout texte, le recours à l’analyse des PDV présentait l’avantage de penser les rapports du locuteur aux agents internes du texte, les modalités de prise en charge énonciative et les pistes interprétatives ouvertes par le discours. Rabatel soulignait encore que les acquis théoriques engrangés par ses travaux sur les textes narratifs serviraient utilement l’analyse d’autres corpus (Rabatel 2008b, 2:345) ; il en va ainsi des textes médiatiques, qui forment la matière étudiée dans le présent recueil. Continuer la lecture de « Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas. »