Médium et discours scientifique. La chronique comme genre de la recherche ?

Remarque: le présent billet est la version augmentée d’une communication présentée ce 13 octobre 2017 à l’occasion du Colloque Jeunes Chercheurs Praxiling 2017, sur le thème « Médium et discours », à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Le travail que je vais présenter ici porte sur un corpus de 65 billets issus de la plateforme Hypothèses. La question qui a guidé cette enquête était de savoir comment la plateforme, en tant que médium, pouvait exercer une influence sur les genres du discours scientifique. En effet, comme je tenterai de le montrer, le dispositif matériel de la plateforme Hypothèses joue un rôle dans la construction d’une actualité de la recherche. Je voudrais détailler les modalités de mise en scène de cette actualité dans les publications des carnets de recherche, et déceler d’éventuelles affinités avec un genre médiatique comme celui de la chronique. Continuer la lecture de « Médium et discours scientifique. La chronique comme genre de la recherche ? »

Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public

Remarque : La matière de ce billet est extraite d’une intervention commune avec Caroline Glorie, doctorante à l’ULg, réalisée lors de la journée d’étude du 24 novembre 2016, Théorie critique et humanités numériques, organisée par l’ARC « Genèse et Actualité des Humanités Critiques » (Genach, dir. G. Cormann et F. Provenzano, ULg). Les réflexions développées se sont enrichies des discussions menées en commun. Le texte complet de cette intervention sera déposé prochainement dans le dépôt institutionnel de l’Université de Liège.

À travers un texte qu’il est désormais inutile de présenter, le Manifeste des Digital Humanities, je voudrais questionner le projet d’intervention dans l’espace public de la communauté des humanités numériques, pour ensuite y préciser l’action d’un de ses signataires, le Centre pour l’édition électronique ouverte (structure qui chapeaute OpenEdition). Si ce manifeste est régulièrement convoqué comme matrice explicative des valeurs et espoirs portés par le mouvement des humanités numériques (p. ex. Guillaud 2012, Dacos et Mounier 2014 : 51 ; Mounier 2015), il l’est nettement moins, si je ne m’abuse, pour sa valeur discursive en tant que manifeste. Certains auteurs y font allusion (Darbellay 2013 ; Berra 2015), mais cette prise de position n’est pas réellement étudiée comme un acte discursif posé dans l’espace public afin de le mettre en crise et le réguler[1]– bref, d’y inscrire un contre-discours, ainsi que l’ont montré les travaux de Marcel Burger (2002). Continuer la lecture de « Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

À la lumière des perspectives théoriques ouvertes par la pensée de la trivialité, la problématique de ma thèse pourrait se voir précisée de la manière suivante : En quoi une plateforme d’édition numérique en sciences humaines suscite-t-elle des pratiques triviales menant à la réécriture d’objets de savoir ? Comment les publics s’ajustent-ils[1] aux prétentions communicationnelles (éditoriales et scientifiques) de la plateforme, et, le cas échéant, y développent-ils à leur tour des pratiques triviales ? Ces pratiques portent-elles la marque d’une préoccupation critique/réflexive ? Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avertissement: Ces notes de lecture ne constituent pas à proprement parler un compte rendu. Elles cherchent à montrer l’intérêt de la notion de trivialité, élaborée par Yves Jeanneret, pour une étude portant sur la manière dont les connaissances scientifiques se diffusent à travers une plateforme numérique comme OpenEdition. Elles pourraient dès lors paraître lacunaires ou simplistes au regard du projet de l’auteur. Partant des deux ouvrages publiés par Jeanneret autour de la trivialité, il s’agira en ce qui me concerne de mettre en évidence les grilles de lecture qu’il suggère pour aborder les pratiques triviales, et la manière dont elles peuvent être appliquées dans une étude de la plateforme OpenEdition.

L’élargissement des modes de production et de diffusion des savoirs est au cœur du projet des Digital Humanities. Cette préoccupation se voit clairement exprimée à l’entame du premier manifeste de ce champ de recherche (Schnapp & Presner 2009), lié comme on le sait à l’usage des méthodes informatiques dans les sciences humaines et sociales. Il a débouché -entre autres choses- sur la mise au point d’outils favorisant la circulation des connaissances : bases de données en ligne, valorisation de collections d’archives sur des sites dédiés, cartographies interactives, édition scientifique électronique… Le développement de ces techniques s’est accompagné d’un retour réflexif sur les conditions concrètes de la dissémination des savoirs en contexte numérique. Aux Sofware Studies et aux approches matérialistes (p. ex. Kirschenbaum 2008, Drucker 2013, Stiegler 2014, Gras 2015, Magis et Granjon 2016) se mêlent des enquêtes plus larges visant à appréhender les impacts du numérique sur notre culture et nos modes d’organisation sociale (p. ex. Doueihi 2008 et 2011, Casilli 2012, Caron 2014). Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1) »