Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG

 

L’environnement numérique affecte à bien des égards notre manière de raisonner, d’appréhender le réel, de l’expérimenter. Les modes d’inscription et de transmission des savoirs, des œuvres culturelles, se trouvent modifiés par les médias numériques et les paradigmes de pensée qu’ils favorisent. Comment s’effectuent concrètement ces transformations, à travers quelles matérialités, et avec quelles conséquences sur les pratiques intellectuelles ? N.-K. Hayles, chimiste reconvertie dans l’enseignement de la littérature à l’Université Duke de Durham (États-Unis), mène l’enquête dans des secteurs a priori aussi disparates que les humanités numériques, les neurosciences, la littérature ou l’histoire des codes télégraphiques ; ce tour d’horizon fournit au demeurant des clés pour comprendre la technognèse, entendue comme la « coévolution des facultés humaines et des dispositifs médiatiques » (p. 22). Le livre, paru originellement sous le titre How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis (University of Chicago Press, 2012), possède une extension en ligne sur le site personnel de l’auteure (How We Think : A Digital Companion), où le lecteur intéressé trouvera des ressources complémentaires. La traduction française de Christophe Degoutin est précédée d’une introduction fournie d’Yves Citton, qui met en évidence son intérêt pour la compréhension des enjeux entourant actuellement les humanités. Celles-ci trouveraient, avec les médias numériques, l’opportunité de se repositionner en spécialités de la médiation. Continuer la lecture de « Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG »

Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public

Remarque : La matière de ce billet est extraite d’une intervention commune avec Caroline Glorie, doctorante à l’ULg, réalisée lors de la journée d’étude du 24 novembre 2016, Théorie critique et humanités numériques, organisée par l’ARC « Genèse et Actualité des Humanités Critiques » (Genach, dir. G. Cormann et F. Provenzano, ULg). Les réflexions développées se sont enrichies des discussions menées en commun. Le texte complet de cette intervention sera déposé prochainement dans le dépôt institutionnel de l’Université de Liège.

À travers un texte qu’il est désormais inutile de présenter, le Manifeste des Digital Humanities, je voudrais questionner le projet d’intervention dans l’espace public de la communauté des humanités numériques, pour ensuite y préciser l’action d’un de ses signataires, le Centre pour l’édition électronique ouverte (structure qui chapeaute OpenEdition). Si ce manifeste est régulièrement convoqué comme matrice explicative des valeurs et espoirs portés par le mouvement des humanités numériques (p. ex. Guillaud 2012, Dacos et Mounier 2014 : 51 ; Mounier 2015), il l’est nettement moins, si je ne m’abuse, pour sa valeur discursive en tant que manifeste. Certains auteurs y font allusion (Darbellay 2013 ; Berra 2015), mais cette prise de position n’est pas réellement étudiée comme un acte discursif posé dans l’espace public afin de le mettre en crise et le réguler[1]– bref, d’y inscrire un contre-discours, ainsi que l’ont montré les travaux de Marcel Burger (2002). Continuer la lecture de « Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public »

Journée d’étude Théorie critique et humanités numériques

ARC GENACH – Université de Liège – 24 novembre 2016

Depuis quelques années, la Théorie critique et les humanités numériques connaissent une actualité universitaire particulièrement foisonnante. Si pour la première, il s’agit d’un retour à l’avant-scène de la recherche, les secondes, en revanche, traversent avec des fortunes diverses une première phase d’académisation progressive. Partant de cette actualité commune mais rarement problématisée en un même geste réflexif, la journée d’études Théorie critique et humanités numériques veut être l’occasion d’interroger la réalité de la recherche en sciences humaines aujourd’hui.    

Télécharger l’affiche et le programme de la journée d’étude.

Contact: Caroline.Glorie@ulg.ac.be & Ingrid.Mayeur@ulg.ac.be

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avertissement: Ces notes de lecture ne constituent pas à proprement parler un compte rendu. Elles cherchent à montrer l’intérêt de la notion de trivialité, élaborée par Yves Jeanneret, pour une étude portant sur la manière dont les connaissances scientifiques se diffusent à travers une plateforme numérique comme OpenEdition. Elles pourraient dès lors paraître lacunaires ou simplistes au regard du projet de l’auteur. Partant des deux ouvrages publiés par Jeanneret autour de la trivialité, il s’agira en ce qui me concerne de mettre en évidence les grilles de lecture qu’il suggère pour aborder les pratiques triviales, et la manière dont elles peuvent être appliquées dans une étude de la plateforme OpenEdition.

L’élargissement des modes de production et de diffusion des savoirs est au cœur du projet des Digital Humanities. Cette préoccupation se voit clairement exprimée à l’entame du premier manifeste de ce champ de recherche (Schnapp & Presner 2009), lié comme on le sait à l’usage des méthodes informatiques dans les sciences humaines et sociales. Il a débouché -entre autres choses- sur la mise au point d’outils favorisant la circulation des connaissances : bases de données en ligne, valorisation de collections d’archives sur des sites dédiés, cartographies interactives, édition scientifique électronique… Le développement de ces techniques s’est accompagné d’un retour réflexif sur les conditions concrètes de la dissémination des savoirs en contexte numérique. Aux Sofware Studies et aux approches matérialistes (p. ex. Kirschenbaum 2008, Drucker 2013, Stiegler 2014, Gras 2015, Magis et Granjon 2016) se mêlent des enquêtes plus larges visant à appréhender les impacts du numérique sur notre culture et nos modes d’organisation sociale (p. ex. Doueihi 2008 et 2011, Casilli 2012, Caron 2014). Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1) »