Après les attentats. L’actualité construite comme objet de recherche sur Hypothèses

Remarque: ce travail a été réalisé dans le cadre du séminaire doctoral « Analyse des médias numériques » dispensé par le Pr J. Bonaccorsi (18-21 avril 2017, UCL – FUCaM)

Le carnet de recherche Hypothèses est le lieu d’une mise en visibilité des activités universitaires. Les chercheurs l’investissent pour communiquer l’actualité de leur recherche (notes, réflexions, etc.), ou pour diffuser des informations résultant d’une veille scientifique : annonces, recensions, etc. (Dacos et Mounier 2010). Ce travail de séminaire entend étudier deux carnets de recherche qui prennent pour référent un événement lié à l’actualité, à savoir les attentats de Paris : UC@ctualité (sous-section : Les attentats, et après ?) et Janvier/Novembre 2015 : Réfléchir après… Je voudrais montrer de quelle manière la construction de l’actualité comme objet de recherche répond au sein de ces carnets à des logiques différenciées, qui transparaissent dans leur énonciation visuelle, éditoriale, ainsi que dans leurs rythmes de publication. Cette construction de l’actualité donne par ailleurs à voir une mise en scène particulière de l’activité scientifique : je souhaite également questionner la posture des énonciateurs et l’image de l’énonciataire qu’ils construisent. Continuer la lecture de « Après les attentats. L’actualité construite comme objet de recherche sur Hypothèses »

À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation

En quoi le numérique transforme-t-il les pratiques éditoriales et les modes d’appropriation des connaissances, en particulier sur les plateformes de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) ? Ainsi que l’avait posé Roger Chartier (2006), les formes et les manières d’appréhender le texte se trouvent modifiés par l’arrivée du numérique. L’auteur y voit une révolution comparable à celle qu’avait amenée l’invention de l’imprimerie dans la société du codex, ce dernier ayant lui-même supplanté le volumen.  Par son analyse historique de la transformation des modes de la communication scientifique, Guylaine Beaudry (2011) montre quant à elle que chaque étape s’est accompagnée d’une reconfiguration des techniques éditoriales, du rôle des acteurs et des canaux de distribution – toutefois, la permanence des fonctions (production, évaluation, diffusion, réception et préservation) situe ces transformations au sein d’un continuum, qui contribue à relativiser l’idée d’une « exception numérique ».   Continuer la lecture de « À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

À la lumière des perspectives théoriques ouvertes par la pensée de la trivialité, la problématique de ma thèse pourrait se voir précisée de la manière suivante : En quoi une plateforme d’édition numérique en sciences humaines suscite-t-elle des pratiques triviales menant à la réécriture d’objets de savoir ? Comment les publics s’ajustent-ils[1] aux prétentions communicationnelles (éditoriales et scientifiques) de la plateforme, et, le cas échéant, y développent-ils à leur tour des pratiques triviales ? Ces pratiques portent-elles la marque d’une préoccupation critique/réflexive ? Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3) »