Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS

Remarque: ce texte est la version augmentée d’une communication présentée le 20 mars 2018 lors de la journée d’étude « Ce que la question éditoriale révèle des disciplines mobilisées dans le champ des humanités numériques » (séminaire de l’IRIHS, Université de Rouen).

Les concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation apparaissent à certains égards complémentaires pour étudier les modes de circulation des textes à travers les plateformes d’édition numériques. Comme médias informatisés (Jeanneret 2014, 13)1, ces dispositifs agissent en effet sur les conditions d’élaboration des textes (format, stratégies discursives, etc.) et celles de leur réception (pratiques de lecture, appropriation des connaissances, etc.). En quoi l’énonciation éditoriale et l’éditorialisation en tant que concepts permettent-ils de rendre compte de l’action de ces dispositifs sur le texte, le discours et, plus particulièrement, sur le discours scientifique ? Je commencerai ici par effectuer une présentation générale de mon projet de thèse, avec une délimitation de sa problématique et de ses objets ; pour ensuite m’intéresser à l’opérativité des notions d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation sur mon corpus de travail. Continuer la lecture de « Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS »

  1. Soit un « dispositif médiatique qui permet la circulation des écrits d’écran sur les réseaux et les différents matériels informatiques. » []

À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation

En quoi le numérique transforme-t-il les pratiques éditoriales et les modes d’appropriation des connaissances, en particulier sur les plateformes de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) ? Ainsi que l’avait posé Roger Chartier (2006), les formes et les manières d’appréhender le texte se trouvent modifiés par l’arrivée du numérique. L’auteur y voit une révolution comparable à celle qu’avait amenée l’invention de l’imprimerie dans la société du codex, ce dernier ayant lui-même supplanté le volumen.  Par son analyse historique de la transformation des modes de la communication scientifique, Guylaine Beaudry (2011) montre quant à elle que chaque étape s’est accompagnée d’une reconfiguration des techniques éditoriales, du rôle des acteurs et des canaux de distribution – toutefois, la permanence des fonctions (production, évaluation, diffusion, réception et préservation) situe ces transformations au sein d’un continuum, qui contribue à relativiser l’idée d’une « exception numérique ».   Continuer la lecture de « À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation »