De la pertinence de l’exemple dans la recherche en SHS

N’y aurait-il de science que du général, ainsi que l’entendrait une certaine doxa? En d’autres termes, peut-on ambitionner de dégager un savoir valide à partir d’une sélection d’exemples ? Cette interrogation rejoint directement celle du choix de l’analyse qualitative et de sa capacité à construire un savoir sur un objet ; mais aussi, plus largement, celle de la production des savoirs en humanités qui repose traditionnellement sur celle-ci1 (Small 2013). Continuer la lecture de « De la pertinence de l’exemple dans la recherche en SHS »

  1. Provenzano rappelle par ailleurs que « dans le discours des sciences humaines, l’exemple fait office de preuve, à des fins de persuasion dans le cadre d’une praxis interprétative propre à une communauté de savants » (Provenzano 2011, 93). []

Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Remarque: ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors du 7e colloque du groupe Ci-dit, « Le discours rapporté à l’ère numérique » qui s’est tenu à Bruxelles, les 20 et 21 juin 2018.

Les écrits scientifiques sont généralement fondés sur un savoir antérieur par rapport auquel le chercheur se situe. Les modes de référencement à ces discours autres sont variés – Boch et Grossmann parlent à cet égard de « discours multiréférencés », pouvant recourir à l’allusion, la reformulation ou la citation au sens strict (Boch et Grossman 2002). S’agissant de ces citations, que deviennent-elles dans un discours scientifique nativement numérique comme celui des écrits de blogs ?  Partant de l’analyse d’un corpus de billets de recherche issus de la plateforme Hypothèses, je voudrais relever les formes que prennent ces citations dans le discours scientifique numérique ainsi qu’en étudier les fonctions : sont-elles convoquées comme preuves, contrepoints, définitions, voire à d’autres fins ? Par ailleurs, que nous révèlent ces citations sur l’intertexte mobilisé par ce type de communication scientifique et, de ce fait, sur l’allocutaire envisagé ? Continuer la lecture de « Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales »

AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours

Dans le dernier numéro de la revue Argumentation et analyse du discours, intitulé Repenser la « dimension argumentative » du discours » (dir. R. Amossy), j’ai le plaisir d’annoncer la parution de mon article : « Quelle dimension argumentative dans les carnets de recherche en sciences humaines ?« 

Résumé:  La présente contribution entend questionner la dimension argumentative (Amossy 2000) d’écrits scientifiques natifs du Web que sont les billets de blog. Continuer la lecture de « AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours »

Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS

Remarque: ce texte est la version augmentée d’une communication présentée le 20 mars 2018 lors de la journée d’étude « Ce que la question éditoriale révèle des disciplines mobilisées dans le champ des humanités numériques » (séminaire de l’IRIHS, Université de Rouen).

Les concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation apparaissent à certains égards complémentaires pour étudier les modes de circulation des textes à travers les plateformes d’édition numériques. Comme médias informatisés (Jeanneret 2014, 13)1, ces dispositifs agissent en effet sur les conditions d’élaboration des textes (format, stratégies discursives, etc.) et celles de leur réception (pratiques de lecture, appropriation des connaissances, etc.). En quoi l’énonciation éditoriale et l’éditorialisation en tant que concepts permettent-ils de rendre compte de l’action de ces dispositifs sur le texte, le discours et, plus particulièrement, sur le discours scientifique ? Je commencerai ici par effectuer une présentation générale de mon projet de thèse, avec une délimitation de sa problématique et de ses objets ; pour ensuite m’intéresser à l’opérativité des notions d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation sur mon corpus de travail. Continuer la lecture de « Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS »

  1. Soit un « dispositif médiatique qui permet la circulation des écrits d’écran sur les réseaux et les différents matériels informatiques. » []

Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas.

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des recherches de Rabatel sur le point de vue (désormais PDV), qui avaient fait l’objet d’une importante synthèse publiée dans les deux volumes d’Homo narrans (Rabatel 2008a, 2008b). Reprenant à la suite de Ducrot (Ducrot 1980, 1984) la distinction locuteur/énonciateur[1], Rabatel l’appliquait alors au texte narratif dans son ensemble et non aux seuls énoncés phrastiques. Il s’opposait en outre à la conception structuraliste du texte narratif héritée de Genette, pour lequel la surface du discours n’était que la manifestation des structures profondes du récit. Si cette dernière approche faisait l’impasse sur les dimensions dialogiques et pragmatiques qui traversent tout texte, le recours à l’analyse des PDV présentait l’avantage de penser les rapports du locuteur aux agents internes du texte, les modalités de prise en charge énonciative et les pistes interprétatives ouvertes par le discours. Rabatel soulignait encore que les acquis théoriques engrangés par ses travaux sur les textes narratifs serviraient utilement l’analyse d’autres corpus (Rabatel 2008b, 2:345) ; il en va ainsi des textes médiatiques, qui forment la matière étudiée dans le présent recueil. Continuer la lecture de « Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas. »

Médium et discours scientifique. La chronique comme genre de la recherche ?

Remarque: le présent billet est la version augmentée d’une communication présentée ce 13 octobre 2017 à l’occasion du Colloque Jeunes Chercheurs Praxiling 2017, sur le thème « Médium et discours », à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Le travail que je vais présenter ici porte sur un corpus de 65 billets issus de la plateforme Hypothèses. La question qui a guidé cette enquête était de savoir comment la plateforme, en tant que médium, pouvait exercer une influence sur les genres du discours scientifique. En effet, comme je tenterai de le montrer, le dispositif matériel de la plateforme Hypothèses joue un rôle dans la construction d’une actualité de la recherche. Je voudrais détailler les modalités de mise en scène de cette actualité dans les publications des carnets de recherche, et déceler d’éventuelles affinités avec un genre médiatique comme celui de la chronique. Continuer la lecture de « Médium et discours scientifique. La chronique comme genre de la recherche ? »

Parution du n°11 de la RFSIC: Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

La Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication vient de publier son dernier numéro, intitulé Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat. Ce dossier, coordonné par Ghislaine Chartron et Joachim Schöpfel, entend faire le point sur les transformations de la communication scientifique à l’heure de la science ouverte.

Dans la section « Open Access et Open Science », j’ai le plaisir d’annoncer la parution de mon article: La communication scientifique directe vers un public élargi. L’actualité sociale traitée par des chercheurs dans les carnets de recherche Hypothèses.

Le point sur la thèse en cours. Journée des doctorants de l’ED3bis – 23 mai 2017 (Université libre de Bruxelles)

La journée annuelle des doctorants s’inscrit dans la formation doctorale en langues, lettres et traductologie organisée par l’ED3bis (f.r.s.-FNRS). La participation du doctorant à deux de ces journées est obligatoire pour la validation du cursus : au cours de l’une d’entre elles, il sera d’ailleurs invité à présenter brièvement son projet de thèse au moyen d’un poster. Si cette journée est parfois vécue par le doctorant comme un exercice imposé, c’est également un lieu d’échange, et surtout l’occasion de faire le point sur les orientations d’une thèse en cours : cadre théorique, méthode, choix du corpus, ou formulation des questions de recherche. Ayant déjà assisté l’an dernier à l’une de ces journées, je présentais donc hier matin l’état d’avancement de ma thèse. Continuer la lecture de « Le point sur la thèse en cours. Journée des doctorants de l’ED3bis – 23 mai 2017 (Université libre de Bruxelles) »

Le lecteur attendu

La production scientifique en accès ouvert fait le pari du lecteur inattendu (Smith 2011) : celui-ci, un profane (averti tout de même) tirerait profit de la consultation des textes scientifiques, désormais accessibles sans barrières sur le web via les plateformes d’édition actives dans la promotion du libre accès. Il en résulterait au minimum un double bénéfice : pour la recherche d’abord, par le développement possible des pratiques de crowdsourcing ; pour le bon fonctionnement d’une société démocratique ensuite, par l’accès facilité à des savoirs sur lesquels le citoyen est susceptible de devoir s’exprimer[1]. Continuer la lecture de « Le lecteur attendu »

Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public

Remarque : La matière de ce billet est extraite d’une intervention commune avec Caroline Glorie, doctorante à l’ULg, réalisée lors de la journée d’étude du 24 novembre 2016, Théorie critique et humanités numériques, organisée par l’ARC « Genèse et Actualité des Humanités Critiques » (Genach, dir. G. Cormann et F. Provenzano, ULg). Les réflexions développées se sont enrichies des discussions menées en commun. Le texte complet de cette intervention sera déposé prochainement dans le dépôt institutionnel de l’Université de Liège.

À travers un texte qu’il est désormais inutile de présenter, le Manifeste des Digital Humanities, je voudrais questionner le projet d’intervention dans l’espace public de la communauté des humanités numériques, pour ensuite y préciser l’action d’un de ses signataires, le Centre pour l’édition électronique ouverte (structure qui chapeaute OpenEdition). Si ce manifeste est régulièrement convoqué comme matrice explicative des valeurs et espoirs portés par le mouvement des humanités numériques (p. ex. Guillaud 2012, Dacos et Mounier 2014 : 51 ; Mounier 2015), il l’est nettement moins, si je ne m’abuse, pour sa valeur discursive en tant que manifeste. Certains auteurs y font allusion (Darbellay 2013 ; Berra 2015), mais cette prise de position n’est pas réellement étudiée comme un acte discursif posé dans l’espace public afin de le mettre en crise et le réguler[1]– bref, d’y inscrire un contre-discours, ainsi que l’ont montré les travaux de Marcel Burger (2002). Continuer la lecture de « Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

À la lumière des perspectives théoriques ouvertes par la pensée de la trivialité, la problématique de ma thèse pourrait se voir précisée de la manière suivante : En quoi une plateforme d’édition numérique en sciences humaines suscite-t-elle des pratiques triviales menant à la réécriture d’objets de savoir ? Comment les publics s’ajustent-ils[1] aux prétentions communicationnelles (éditoriales et scientifiques) de la plateforme, et, le cas échéant, y développent-ils à leur tour des pratiques triviales ? Ces pratiques portent-elles la marque d’une préoccupation critique/réflexive ? Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avec Penser la trivialité (2008), Yves Jeanneret propose quelques pistes théoriques pour mieux cerner les différentes dimensions de son concept. Dans le premier chapitre, l’auteur se situe vis-à-vis de trois modèles de la circulation des idées, que sont la propagation, présente dans la philosophie sociale de Gabriel Tarde, la transmission, au cœur de la médiologie de Régis Debray, et la reproduction, privilégiée par une approche sémiotique comme celle de Roland Barthes. S’appuyant sur la conception de l’archive proposée par Foucault (1969) – dynamique, fondée sur la reprise et la réappropriation des productions antérieures –, Jeanneret met en lumière les opérations (gestes, pratiques, inscription dans des formes induites par les architextes, etc.) sur lesquelles repose la réécriture créative des êtres culturels, en vue de leur conservation et de leur transmission. Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2) »