Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas.

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des recherches de Rabatel sur le point de vue (désormais PDV), qui avaient fait l’objet d’une importante synthèse publiée dans les deux volumes d’Homo narrans (Rabatel 2008a, 2008b). Reprenant à la suite de Ducrot (Ducrot 1980, 1984) la distinction locuteur/énonciateur[1], Rabatel l’appliquait alors au texte narratif dans son ensemble et non aux seuls énoncés phrastiques. Il s’opposait en outre à la conception structuraliste du texte narratif héritée de Genette, pour lequel la surface du discours n’était que la manifestation des structures profondes du récit. Si cette dernière approche faisait l’impasse sur les dimensions dialogiques et pragmatiques qui traversent tout texte, le recours à l’analyse des PDV présentait l’avantage de penser les rapports du locuteur aux agents internes du texte, les modalités de prise en charge énonciative et les pistes interprétatives ouvertes par le discours. Rabatel soulignait encore que les acquis théoriques engrangés par ses travaux sur les textes narratifs serviraient utilement l’analyse d’autres corpus (Rabatel 2008b, 2:345) ; il en va ainsi des textes médiatiques, qui forment la matière étudiée dans le présent recueil. Continuer la lecture de « Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas. »

Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016)

Conférence organisée dans le cadre de l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques »[1]

Comment étudier la circulation des savoirs ? À partir de quels indices ? Suivant quelle méthode ? Quel est le potentiel émancipatoire des savoirs savants élaborés par les disciplines en sciences humaines ? Sarah Cordonnier, maître de conférences en Sciences de l’Information et Communication à l’Université de Lyon 2 et membre du groupe Elico, a dégagé des pistes pour répondre à ces questions dans une conférence organisée par l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques » (Genach) à l’Université de Liège, le 7 novembre 2016. Partant du projet de recherche défini par le groupe Genach, qui porte sur l’étude de la circulation des savoirs dans les revues intellectuelles françaises et allemandes (1945-1980), la conférencière fait l’exercice d’une relecture de ses propres travaux pour tenter de dégager un cadre méthodologique et des concepts-clés. La question de la circulation des savoirs savants, « produits dans des cadres disciplinaires et intellectuels », est abordée, dans les études de l’intervenante comme dans le projet de l’ARC Genach, sous l’angle de leur finalité, de leur portée critique ; Sarah Cordonnier souligne qu’à l’inverse, on peut aussi porter l’attention sur la manière dont ces savoirs sont susceptibles de se constituer en un outil de contrôle, contribuant à une normalisation des pratiques. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avec Penser la trivialité (2008), Yves Jeanneret propose quelques pistes théoriques pour mieux cerner les différentes dimensions de son concept. Dans le premier chapitre, l’auteur se situe vis-à-vis de trois modèles de la circulation des idées, que sont la propagation, présente dans la philosophie sociale de Gabriel Tarde, la transmission, au cœur de la médiologie de Régis Debray, et la reproduction, privilégiée par une approche sémiotique comme celle de Roland Barthes. S’appuyant sur la conception de l’archive proposée par Foucault (1969) – dynamique, fondée sur la reprise et la réappropriation des productions antérieures –, Jeanneret met en lumière les opérations (gestes, pratiques, inscription dans des formes induites par les architextes, etc.) sur lesquelles repose la réécriture créative des êtres culturels, en vue de leur conservation et de leur transmission. Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2) »