Textiel et technodiscours : sur l’articulation des traits langagiers et techniques au sein des écrits numériques

Que fait l’environnement d’une plateforme numérique comme OpenEdition au discours scientifique, du point de vue de sa matérialité même ? La question est large, et demanderait avant toute chose une précision quant aux niveaux de matérialité (lexicale, rhétorique, du dispositif…) que l’on entend traiter. Je me limiterai à l’amorcer par le biais suivant : en quoi le caractère particulier des textes et discours dans l’environnement numérique est-il susceptible d’agir sur les modes de production et de circulation des connaissances ? Comment cela se joue-t-il dans le dispositif de communication scientifique d’OpenEdition ? Continuer la lecture de « Textiel et technodiscours : sur l’articulation des traits langagiers et techniques au sein des écrits numériques »

Cycle de conférences 2016-2017 – Projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980)

L’équipe du projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980) organise cette année un cycle de conférences à l’Université de Liège.

Télécharger ici l’affiche de l’événement.

Contacts : Gregory.Cormann@ulg.ac.be & Francois.Provenzano@ulg.ac.be

Continuer la lecture de « Cycle de conférences 2016-2017 – Projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avertissement: Ces notes de lecture ne constituent pas à proprement parler un compte rendu. Elles cherchent à montrer l’intérêt de la notion de trivialité, élaborée par Yves Jeanneret, pour une étude portant sur la manière dont les connaissances scientifiques se diffusent à travers une plateforme numérique comme OpenEdition. Elles pourraient dès lors paraître lacunaires ou simplistes au regard du projet de l’auteur. Partant des deux ouvrages publiés par Jeanneret autour de la trivialité, il s’agira en ce qui me concerne de mettre en évidence les grilles de lecture qu’il suggère pour aborder les pratiques triviales, et la manière dont elles peuvent être appliquées dans une étude de la plateforme OpenEdition.

L’élargissement des modes de production et de diffusion des savoirs est au cœur du projet des Digital Humanities. Cette préoccupation se voit clairement exprimée à l’entame du premier manifeste de ce champ de recherche (Schnapp & Presner 2009), lié comme on le sait à l’usage des méthodes informatiques dans les sciences humaines et sociales. Il a débouché -entre autres choses- sur la mise au point d’outils favorisant la circulation des connaissances : bases de données en ligne, valorisation de collections d’archives sur des sites dédiés, cartographies interactives, édition scientifique électronique… Le développement de ces techniques s’est accompagné d’un retour réflexif sur les conditions concrètes de la dissémination des savoirs en contexte numérique. Aux Sofware Studies et aux approches matérialistes (p. ex. Kirschenbaum 2008, Drucker 2013, Stiegler 2014, Gras 2015, Magis et Granjon 2016) se mêlent des enquêtes plus larges visant à appréhender les impacts du numérique sur notre culture et nos modes d’organisation sociale (p. ex. Doueihi 2008 et 2011, Casilli 2012, Caron 2014). Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1) »