Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Remarque: ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors du 7e colloque du groupe Ci-dit, « Le discours rapporté à l’ère numérique » qui s’est tenu à Bruxelles, les 20 et 21 juin 2018.

Les écrits scientifiques sont généralement fondés sur un savoir antérieur par rapport auquel le chercheur se situe. Les modes de référencement à ces discours autres sont variés – Boch et Grossmann parlent à cet égard de « discours multiréférencés », pouvant recourir à l’allusion, la reformulation ou la citation au sens strict (Boch et Grossman 2002). S’agissant de ces citations, que deviennent-elles dans un discours scientifique nativement numérique comme celui des écrits de blogs ?  Partant de l’analyse d’un corpus de billets de recherche issus de la plateforme Hypothèses, je voudrais relever les formes que prennent ces citations dans le discours scientifique numérique ainsi qu’en étudier les fonctions : sont-elles convoquées comme preuves, contrepoints, définitions, voire à d’autres fins ? Par ailleurs, que nous révèlent ces citations sur l’intertexte mobilisé par ce type de communication scientifique et, de ce fait, sur l’allocutaire envisagé ? Continuer la lecture de « Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales »

Le blog scientifique, un lieu de digression ?

Remarque: ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors de la journée d’études du groupe Intersections, « Digressions » (Liège, 4 mai 2018).

Le discours scientifique s’accommode mal, à première vue, de la présence d’une digression : il entend au contraire apporter des réponses étayées à une problématique précise et s’interdit, en principe, le hors-sujet. Pour Schwarze (2008, p. 6 cité par Grossmann 2017), les traits discursifs qui le caractérisent sont ceux de la perspective universalisante, à savoir la neutralité, le tabou du moi et le tabou de narration ; ce qui rentre largement en contradiction, on le verra, avec les pratiques de l’écriture digressive. Continuer la lecture de « Le blog scientifique, un lieu de digression ? »

Journée d’études du groupe Intersections: « Digressions » (Liège, 4 mai 2018)

C’est bien au pluriel qu’il faut entendre ce concept dont la  signification peut, au premier  abord, sembler aller de soi. Elle est une notion courante, passe-partout. Pourtant, la définir est  loin d’être chose aisée. La quatrième journée d’étude du groupe Intersections cherche à interroger la place et l’usage des digressions  dans une perspective multidisciplinaire. Il sera question  de digressions en littérature, en philosophie et en histoire, mais aussi au cinéma  et dans les arts numériques. Même si cette notion peut paraître évidente, la digression est, en  réalité, un objet d’étude complexe, qui a suscité une multitude de définitions : elle est tantôt écart, détour ou encore rencontre temporaire chez Pierre Bayard. Parfois, son existence même est remise en question. Ainsi,  selon Michel Charles, la digression n’a pas  lieu d’être pour la critique, dont le but consiste à trouver une cohérence dans l’oeuvre étudiée. La conférence d’ouverture sera donnée par Aude Déruelle,  professeure à l’Université d’Orléans et auteure notamment de Balzac et la digression (2004).

Contact: adechene@uliege.be
http://labos.ulg.ac.be/intersections

AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours

Dans le dernier numéro de la revue Argumentation et analyse du discours, intitulé Repenser la « dimension argumentative » du discours » (dir. R. Amossy), j’ai le plaisir d’annoncer la parution de mon article : « Quelle dimension argumentative dans les carnets de recherche en sciences humaines ?« 

Résumé:  La présente contribution entend questionner la dimension argumentative (Amossy 2000) d’écrits scientifiques natifs du Web que sont les billets de blog. Continuer la lecture de « AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours »

Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS

Remarque: ce texte est la version augmentée d’une communication présentée le 20 mars 2018 lors de la journée d’étude « Ce que la question éditoriale révèle des disciplines mobilisées dans le champ des humanités numériques » (séminaire de l’IRIHS, Université de Rouen).

Les concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation apparaissent à certains égards complémentaires pour étudier les modes de circulation des textes à travers les plateformes d’édition numériques. Comme médias informatisés (Jeanneret 2014, 13)1, ces dispositifs agissent en effet sur les conditions d’élaboration des textes (format, stratégies discursives, etc.) et celles de leur réception (pratiques de lecture, appropriation des connaissances, etc.). En quoi l’énonciation éditoriale et l’éditorialisation en tant que concepts permettent-ils de rendre compte de l’action de ces dispositifs sur le texte, le discours et, plus particulièrement, sur le discours scientifique ? Je commencerai ici par effectuer une présentation générale de mon projet de thèse, avec une délimitation de sa problématique et de ses objets ; pour ensuite m’intéresser à l’opérativité des notions d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation sur mon corpus de travail. Continuer la lecture de « Énonciation éditoriale et éditorialisation dans les carnets de recherche en SHS »

  1. Soit un « dispositif médiatique qui permet la circulation des écrits d’écran sur les réseaux et les différents matériels informatiques. » []

Réponse à l’appel à communication « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir » (Paris)

Une fois n’est pas coutume, j’utiliserai l’espace de ce carnet de recherche non pour publier des réflexions en cours ou des notes de lecture, mais pour partager mon étonnement quant à la manière dont certains chercheurs empruntent très librement, et sans citation aucune, des matériaux figurant sur des blogs Hypothèses. Ça tombe bien d’ailleurs, vu que c’est plutôt en rapport avec mon sujet de thèse, cette question de la circulation des discours de savoir en humanités dans les carnets de recherche. Continuer la lecture de « Réponse à l’appel à communication « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir » (Paris) »

Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Toulouse : Cépaduès.

Le blog, comme outil de partage des savoirs dans un réseau disciplinaire ou professionnel, constitue un moyen incontournable de se tenir informé des actualités, de dénicher des ressources documentaires, ou encore d’échanger sur sa pratique avec des collègues ou acteurs du même horizon. Quels types de savoirs circulent au sein d’une blogosphère, sous quelles formes, pour quelles communautés ? Quelles sont les différentes strates de médiations à l’œuvre dans ce processus de diffusion et de mise en commun d’informations, d’opinions ? C’est à ces questions que l’ouvrage de Bérengère Stassin, issu de sa recherche doctorale sur la blogosphère info-doc, entend répondre. Continuer la lecture de « Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Toulouse : Cépaduès. »