Compte rendu de la conférence de Bruno Bachimont: Archive, mémoire, numérique (Université de Liège, 21 février 2018)

Organisée dans le cadre du cycle de conférence « La condition documentaire » de l’UR Traverses, l’intervention de Bruno Bachimont intitulée « Archive, mémoire, numérique » entendait questionner ce que le numérique « fait » aux documents, à l’archive et à la démarche mémorielle. L’auteur, titulaire d’un double doctorat en informatique et en épistémologie, s’est, dans un premier temps de ses recherches, interrogé sur le support numérique et sur la manière dont il transforme nos modes de pensée. Il a ainsi proposé, sur le modèle du concept de raison graphique élaboré par l’anthropologue Jack Goody (Goody 1979), celui de raison computationnelle (Bachimont 2000) pour « qualifier les transformations non seulement interprétatives mais conceptuelles et cognitives que le numérique et le calcul entraînent » (Bachimont 2017, 243). Chargé par la suite de l’archivage de l’audiovisuel à l’INA, qu’il rejoint en 1998, il est amené à se poser la question de la mémoire, et de la manière donc le numérique modifie l’articulation traditionnelle entre archive et mémoire. Le programme de recherche qu’il amorce notamment dans l’article « La présence de l’archive : réinventer et justifier » (Bachimont 2010) a débouché sur la monographie Patrimoine et numérique : Technique et politique de la mémoire (Bachimont 2017), publiée l’an dernier aux éditions de l’INA. Bruno Bachimont est actuellement Directeur de la Recherche et de la Valorisation de la Faculté des Sciences de Sorbonne Université. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence de Bruno Bachimont: Archive, mémoire, numérique (Université de Liège, 21 février 2018) »

Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016)

Conférence organisée dans le cadre de l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques »[1]

Comment étudier la circulation des savoirs ? À partir de quels indices ? Suivant quelle méthode ? Quel est le potentiel émancipatoire des savoirs savants élaborés par les disciplines en sciences humaines ? Sarah Cordonnier, maître de conférences en Sciences de l’Information et Communication à l’Université de Lyon 2 et membre du groupe Elico, a dégagé des pistes pour répondre à ces questions dans une conférence organisée par l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques » (Genach) à l’Université de Liège, le 7 novembre 2016. Partant du projet de recherche défini par le groupe Genach, qui porte sur l’étude de la circulation des savoirs dans les revues intellectuelles françaises et allemandes (1945-1980), la conférencière fait l’exercice d’une relecture de ses propres travaux pour tenter de dégager un cadre méthodologique et des concepts-clés. La question de la circulation des savoirs savants, « produits dans des cadres disciplinaires et intellectuels », est abordée, dans les études de l’intervenante comme dans le projet de l’ARC Genach, sous l’angle de leur finalité, de leur portée critique ; Sarah Cordonnier souligne qu’à l’inverse, on peut aussi porter l’attention sur la manière dont ces savoirs sont susceptibles de se constituer en un outil de contrôle, contribuant à une normalisation des pratiques. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

À la lumière des perspectives théoriques ouvertes par la pensée de la trivialité, la problématique de ma thèse pourrait se voir précisée de la manière suivante : En quoi une plateforme d’édition numérique en sciences humaines suscite-t-elle des pratiques triviales menant à la réécriture d’objets de savoir ? Comment les publics s’ajustent-ils[1] aux prétentions communicationnelles (éditoriales et scientifiques) de la plateforme, et, le cas échéant, y développent-ils à leur tour des pratiques triviales ? Ces pratiques portent-elles la marque d’une préoccupation critique/réflexive ? Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3) »