Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales

Remarque: ce billet est la version augmentée d’une communication présentée lors du 7e colloque du groupe Ci-dit, « Le discours rapporté à l’ère numérique » qui s’est tenu à Bruxelles, les 20 et 21 juin 2018.

Les écrits scientifiques sont généralement fondés sur un savoir antérieur par rapport auquel le chercheur se situe. Les modes de référencement à ces discours autres sont variés – Boch et Grossmann parlent à cet égard de « discours multiréférencés », pouvant recourir à l’allusion, la reformulation ou la citation au sens strict (Boch et Grossman 2002). S’agissant de ces citations, que deviennent-elles dans un discours scientifique nativement numérique comme celui des écrits de blogs ?  Partant de l’analyse d’un corpus de billets de recherche issus de la plateforme Hypothèses, je voudrais relever les formes que prennent ces citations dans le discours scientifique numérique ainsi qu’en étudier les fonctions : sont-elles convoquées comme preuves, contrepoints, définitions, voire à d’autres fins ? Par ailleurs, que nous révèlent ces citations sur l’intertexte mobilisé par ce type de communication scientifique et, de ce fait, sur l’allocutaire envisagé ? Continuer la lecture de « Pratiques de citation dans les carnets de recherche en sciences humaines et sociales »

Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier

L’environnement numérique met en crise la notion même de texte. D’une part, la polyphonie énonciative de l’écrit d’écran (Souchier 1996), articulant différents cadres visuels, et son inscription en réseau, autorisant la délinéarisation vers un texte autre (Paveau 2016), rendent problématique la définition de frontières stables, autrefois balisées par le paratexte éditorial de l’imprimé. D’autre part, le caractère opératoire du texte numérique envisagé comme textiel (Davallon et al. 2013 [2003]), associant étroitement les éléments langagiers et  techniques, nécessite une manipulation de la part du lecteur qui collabore de ce fait à l’acte d’écriture, voire de constitution du texte lui-même. Continuer la lecture de « Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier »