Journée d’études du groupe Intersections: « Digressions » (Liège, 4 mai 2018)

C’est bien au pluriel qu’il faut entendre ce concept dont la  signification peut, au premier  abord, sembler aller de soi. Elle est une notion courante, passe-partout. Pourtant, la définir est  loin d’être chose aisée. La quatrième journée d’étude du groupe Intersections cherche à interroger la place et l’usage des digressions  dans une perspective multidisciplinaire. Il sera question  de digressions en littérature, en philosophie et en histoire, mais aussi au cinéma  et dans les arts numériques. Même si cette notion peut paraître évidente, la digression est, en  réalité, un objet d’étude complexe, qui a suscité une multitude de définitions : elle est tantôt écart, détour ou encore rencontre temporaire chez Pierre Bayard. Parfois, son existence même est remise en question. Ainsi,  selon Michel Charles, la digression n’a pas  lieu d’être pour la critique, dont le but consiste à trouver une cohérence dans l’oeuvre étudiée. La conférence d’ouverture sera donnée par Aude Déruelle,  professeure à l’Université d’Orléans et auteure notamment de Balzac et la digression (2004).

Contact: adechene@uliege.be
http://labos.ulg.ac.be/intersections

AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours

Dans le dernier numéro de la revue Argumentation et analyse du discours, intitulé Repenser la « dimension argumentative » du discours » (dir. R. Amossy), j’ai le plaisir d’annoncer la parution de mon article : « Quelle dimension argumentative dans les carnets de recherche en sciences humaines ?« 

Résumé:  La présente contribution entend questionner la dimension argumentative (Amossy 2000) d’écrits scientifiques natifs du Web que sont les billets de blog. Continuer la lecture de « AAD n°20: Repenser la « dimension argumentative » du discours »