La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avec Penser la trivialité (2008), Yves Jeanneret propose quelques pistes théoriques pour mieux cerner les différentes dimensions de son concept. Dans le premier chapitre, l’auteur se situe vis-à-vis de trois modèles de la circulation des idées, que sont la propagation, présente dans la philosophie sociale de Gabriel Tarde, la transmission, au cœur de la médiologie de Régis Debray, et la reproduction, privilégiée par une approche sémiotique comme celle de Roland Barthes. S’appuyant sur la conception de l’archive proposée par Foucault (1969) – dynamique, fondée sur la reprise et la réappropriation des productions antérieures –, Jeanneret met en lumière les opérations (gestes, pratiques, inscription dans des formes induites par les architextes, etc.) sur lesquelles repose la réécriture créative des êtres culturels, en vue de leur conservation et de leur transmission. Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2) »

La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avertissement: Ces notes de lecture ne constituent pas à proprement parler un compte rendu. Elles cherchent à montrer l’intérêt de la notion de trivialité, élaborée par Yves Jeanneret, pour une étude portant sur la manière dont les connaissances scientifiques se diffusent à travers une plateforme numérique comme OpenEdition. Elles pourraient dès lors paraître lacunaires ou simplistes au regard du projet de l’auteur. Partant des deux ouvrages publiés par Jeanneret autour de la trivialité, il s’agira en ce qui me concerne de mettre en évidence les grilles de lecture qu’il suggère pour aborder les pratiques triviales, et la manière dont elles peuvent être appliquées dans une étude de la plateforme OpenEdition.

L’élargissement des modes de production et de diffusion des savoirs est au cœur du projet des Digital Humanities. Cette préoccupation se voit clairement exprimée à l’entame du premier manifeste de ce champ de recherche (Schnapp & Presner 2009), lié comme on le sait à l’usage des méthodes informatiques dans les sciences humaines et sociales. Il a débouché -entre autres choses- sur la mise au point d’outils favorisant la circulation des connaissances : bases de données en ligne, valorisation de collections d’archives sur des sites dédiés, cartographies interactives, édition scientifique électronique… Le développement de ces techniques s’est accompagné d’un retour réflexif sur les conditions concrètes de la dissémination des savoirs en contexte numérique. Aux Sofware Studies et aux approches matérialistes (p. ex. Kirschenbaum 2008, Drucker 2013, Stiegler 2014, Gras 2015, Magis et Granjon 2016) se mêlent des enquêtes plus larges visant à appréhender les impacts du numérique sur notre culture et nos modes d’organisation sociale (p. ex. Doueihi 2008 et 2011, Casilli 2012, Caron 2014). Continuer la lecture de « La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1) »