Cycle de conférences 2017-2018 – Projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980)

L’équipe du projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980) organise cette année un cycle de conférences à l’Université de Liège.

Télécharger ici l’affiche de l’événement.

Contacts : Gregory.Cormann@ulg.ac.be & Francois.Provenzano@ulg.ac.be Continuer la lecture de « Cycle de conférences 2017-2018 – Projet ARC GENACH – Genèse et actualités des Humanités critiques. France-Allemagne (1945-1980) »

Médium et discours scientifique. La chronique comme genre de la recherche ?

Remarque: le présent billet est la version augmentée d’une communication présentée ce 13 octobre 2017 à l’occasion du Colloque Jeunes Chercheurs Praxiling 2017, sur le thème « Médium et discours », à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3.

Le travail que je vais présenter ici porte sur un corpus de 65 billets issus de la plateforme Hypothèses. La question qui a guidé cette enquête était de savoir comment la plateforme, en tant que médium, pouvait exercer une influence sur les genres du discours scientifique. En effet, comme je tenterai de le montrer, le dispositif matériel de la plateforme Hypothèses joue un rôle dans la construction d’une actualité de la recherche. Je voudrais détailler les modalités de mise en scène de cette actualité dans les publications des carnets de recherche, et déceler d’éventuelles affinités avec un genre médiatique comme celui de la chronique. Continuer la lecture de « Médium et discours scientifique. La chronique comme genre de la recherche ? »

Parution du n°11 de la RFSIC: Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat

La Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication vient de publier son dernier numéro, intitulé Libre accès aux publications et sciences ouvertes en débat. Ce dossier, coordonné par Ghislaine Chartron et Joachim Schöpfel, entend faire le point sur les transformations de la communication scientifique à l’heure de la science ouverte.

Dans la section « Open Access et Open Science », j’ai le plaisir d’annoncer la parution de mon article: La communication scientifique directe vers un public élargi. L’actualité sociale traitée par des chercheurs dans les carnets de recherche Hypothèses.

Small, Helen H. 2013. The Value of the Humanities. Oxford: Oxford University Press.

De manière récurrente, la valeur sociale des humanités fait débat : comment justifier, eu égard aux ressources finies dont disposent les organes de financement de la recherche, la subvention de projets en littérature ou en histoire de l’art plutôt qu’en sciences de l’environnement ou en médecine du cancer ? Quels bénéfices sociaux espère-t-on tirer de la recherche en humanités ? À moins que sa légitimité ne puisse se fonder sur une autre base que son utilité directe ? Continuer la lecture de « Small, Helen H. 2013. The Value of the Humanities. Oxford: Oxford University Press. »

Le point sur la thèse en cours. Journée des doctorants de l’ED3bis – 23 mai 2017 (Université libre de Bruxelles)

La journée annuelle des doctorants s’inscrit dans la formation doctorale en langues, lettres et traductologie organisée par l’ED3bis (f.r.s.-FNRS). La participation du doctorant à deux de ces journées est obligatoire pour la validation du cursus : au cours de l’une d’entre elles, il sera d’ailleurs invité à présenter brièvement son projet de thèse au moyen d’un poster. Si cette journée est parfois vécue par le doctorant comme un exercice imposé, c’est également un lieu d’échange, et surtout l’occasion de faire le point sur les orientations d’une thèse en cours : cadre théorique, méthode, choix du corpus, ou formulation des questions de recherche. Ayant déjà assisté l’an dernier à l’une de ces journées, je présentais donc hier matin l’état d’avancement de ma thèse. Continuer la lecture de « Le point sur la thèse en cours. Journée des doctorants de l’ED3bis – 23 mai 2017 (Université libre de Bruxelles) »

Le lecteur attendu

La production scientifique en accès ouvert fait le pari du lecteur inattendu (Smith 2011) : celui-ci, un profane (averti tout de même) tirerait profit de la consultation des textes scientifiques, désormais accessibles sans barrières sur le web via les plateformes d’édition actives dans la promotion du libre accès. Il en résulterait au minimum un double bénéfice : pour la recherche d’abord, par le développement possible des pratiques de crowdsourcing ; pour le bon fonctionnement d’une société démocratique ensuite, par l’accès facilité à des savoirs sur lesquels le citoyen est susceptible de devoir s’exprimer[1]. Continuer la lecture de « Le lecteur attendu »

Après les attentats. L’actualité construite comme objet de recherche sur Hypothèses

Remarque: ce travail a été réalisé dans le cadre du séminaire doctoral « Analyse des médias numériques » dispensé par le Pr J. Bonaccorsi (18-21 avril 2017, UCL – FUCaM)

Le carnet de recherche Hypothèses est le lieu d’une mise en visibilité des activités universitaires. Les chercheurs l’investissent pour communiquer l’actualité de leur recherche (notes, réflexions, etc.), ou pour diffuser des informations résultant d’une veille scientifique : annonces, recensions, etc. (Dacos et Mounier 2010). Ce travail de séminaire entend étudier deux carnets de recherche qui prennent pour référent un événement lié à l’actualité, à savoir les attentats de Paris : UC@ctualité (sous-section : Les attentats, et après ?) et Janvier/Novembre 2015 : Réfléchir après… Je voudrais montrer de quelle manière la construction de l’actualité comme objet de recherche répond au sein de ces carnets à des logiques différenciées, qui transparaissent dans leur énonciation visuelle, éditoriale, ainsi que dans leurs rythmes de publication. Cette construction de l’actualité donne par ailleurs à voir une mise en scène particulière de l’activité scientifique : je souhaite également questionner la posture des énonciateurs et l’image de l’énonciataire qu’ils construisent. Continuer la lecture de « Après les attentats. L’actualité construite comme objet de recherche sur Hypothèses »

Visualiser des données visuelles : stratégies énonciatives et enjeux sémiotiques . Journée d’étude – ULg, 24 avril 2017.

Notre journée d’étude sera consacrée à la description et à la problématisation des visualisations de données, et notamment de données visuelles, en explorant largement les collections et corpora iconographiques en contexte numérique. Nous entendons explorer les différentes stratégies compositionnelles de ce qu’on appelle la « Media Visualization », à savoir la visualisation de grands nombres de données visuelles telles que des collections de films, de peintures, de photographies, etc. Notre fil rouge tient à la qualification de régimes de réflexivité dans l’énonciation visuelle du visuel, et vise à discuter de leurs implications dans l’exercice de la recherche en sciences humaines et sociales.

Affiche de la journée d’étude

Argumentaire et programme de la journée d’étude

Entrée libre

Comité d’organisation: Julia Bonaccorsi (Université Lyon 2/ELICO), Maria Giulia Dondero (FNRS/ULg), Ingrid Mayeur (ULg), François Provenzano (ULg)

 

Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Toulouse : Cépaduès.

Le blog, comme outil de partage des savoirs dans un réseau disciplinaire ou professionnel, constitue un moyen incontournable de se tenir informé des actualités, de dénicher des ressources documentaires, ou encore d’échanger sur sa pratique avec des collègues ou acteurs du même horizon. Quels types de savoirs circulent au sein d’une blogosphère, sous quelles formes, pour quelles communautés ? Quelles sont les différentes strates de médiations à l’œuvre dans ce processus de diffusion et de mise en commun d’informations, d’opinions ? C’est à ces questions que l’ouvrage de Bérengère Stassin, issu de sa recherche doctorale sur la blogosphère info-doc, entend répondre. Continuer la lecture de « Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Toulouse : Cépaduès. »

Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016)

Conférence organisée dans le cadre de l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques »[1]

Comment étudier la circulation des savoirs ? À partir de quels indices ? Suivant quelle méthode ? Quel est le potentiel émancipatoire des savoirs savants élaborés par les disciplines en sciences humaines ? Sarah Cordonnier, maître de conférences en Sciences de l’Information et Communication à l’Université de Lyon 2 et membre du groupe Elico, a dégagé des pistes pour répondre à ces questions dans une conférence organisée par l’ARC « Genèses et actualité des humanités critiques » (Genach) à l’Université de Liège, le 7 novembre 2016. Partant du projet de recherche défini par le groupe Genach, qui porte sur l’étude de la circulation des savoirs dans les revues intellectuelles françaises et allemandes (1945-1980), la conférencière fait l’exercice d’une relecture de ses propres travaux pour tenter de dégager un cadre méthodologique et des concepts-clés. La question de la circulation des savoirs savants, « produits dans des cadres disciplinaires et intellectuels », est abordée, dans les études de l’intervenante comme dans le projet de l’ARC Genach, sous l’angle de leur finalité, de leur portée critique ; Sarah Cordonnier souligne qu’à l’inverse, on peut aussi porter l’attention sur la manière dont ces savoirs sont susceptibles de se constituer en un outil de contrôle, contribuant à une normalisation des pratiques. Continuer la lecture de « Compte rendu de la conférence « “Les avatars de la reconnaissance” : enquêter sur la circulation des savoirs à partir de ses traces composites », par Sarah Cordonnier (Université de Liège, 7 novembre 2016) »

Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG

 

L’environnement numérique affecte à bien des égards notre manière de raisonner, d’appréhender le réel, de l’expérimenter. Les modes d’inscription et de transmission des savoirs, des œuvres culturelles, se trouvent modifiés par les médias numériques et les paradigmes de pensée qu’ils favorisent. Comment s’effectuent concrètement ces transformations, à travers quelles matérialités, et avec quelles conséquences sur les pratiques intellectuelles ? N.-K. Hayles, chimiste reconvertie dans l’enseignement de la littérature à l’Université Duke de Durham (États-Unis), mène l’enquête dans des secteurs a priori aussi disparates que les humanités numériques, les neurosciences, la littérature ou l’histoire des codes télégraphiques ; ce tour d’horizon fournit au demeurant des clés pour comprendre la technognèse, entendue comme la « coévolution des facultés humaines et des dispositifs médiatiques » (p. 22). Le livre, paru originellement sous le titre How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis (University of Chicago Press, 2012), possède une extension en ligne sur le site personnel de l’auteure (How We Think : A Digital Companion), où le lecteur intéressé trouvera des ressources complémentaires. La traduction française de Christophe Degoutin est précédée d’une introduction fournie d’Yves Citton, qui met en évidence son intérêt pour la compréhension des enjeux entourant actuellement les humanités. Celles-ci trouveraient, avec les médias numériques, l’opportunité de se repositionner en spécialités de la médiation. Continuer la lecture de « Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG »

Pratiques de vulgarisation en sciences humaines et sociales : lacunes et zones d’ombre

En parcourant les carnets de recherche Hypothèses, j’ai été amenée à m’interroger sur la fonction qu’y occupait le traitement de l’actualité par des scientifiques, que l’on retrouve dans une quinzaine de carnets au moins[1]. S’agirait-il d’une forme particulière de journalisme scientifique, ou plutôt de journalisme par des scientifiques ? Répondant à une promesse communicationnelle d’OpenEdition de doter les sciences humaines et sociales de leurs propres médias (Dacos 2012) et de diffuser les savoirs auprès d’un large public (Dacos 2016), cette entreprise pourrait s’inscrire parmi d’autres activités de vulgarisation ou de médiatisation scientifique disponibles sur la plateforme (ainsi qu’en témoigne, dans le catalogue des carnets de recherche, la sous-catégorie « carnet de vulgarisation »). Continuer la lecture de « Pratiques de vulgarisation en sciences humaines et sociales : lacunes et zones d’ombre »

Metzger, Jean-Paul (éd.). 2004. Médiation et représentation des savoirs. Paris: L’Harmattan.

C’est d’un ouvrage déjà ancien, réalisé sous la direction de J.-P. Metzger et rassemblant les actes d’un colloque consacré au « Partage des savoirs » (Université Jean-Moulin Lyon 3, 28 février-1er mars 2003), que je voudrais rendre compte par ces notes de lectures. Publié voici douze ans, le livre aborde la question de l’accès aux savoirs, de leur représentation et des phénomènes de médiation à l’œuvre dans leur transmission au sein d’environnements variés (musées, listes de discussion, presse, université, etc.). La circulation des connaissances est aujourd’hui interrogée sous l’angle des transferts culturels aux frontières géographiques (Dahan-Gaida 2016), ou celui de l’interdisciplinarité (Darbellay 2012) ; mais ce sont également les mutations liées à l’arrivée des « nouvelles technologies » et du numérique, imposant des médiations particulières aux objets diffusés, qui éveillent l’intérêt des chercheurs (Stiegler 2014, Vitali-Rosati & Sinatra 2014, Vitali-Rosati 2016 ­ pour ne citer que ceux-là). Continuer la lecture de « Metzger, Jean-Paul (éd.). 2004. Médiation et représentation des savoirs. Paris: L’Harmattan. »

Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public

Remarque : La matière de ce billet est extraite d’une intervention commune avec Caroline Glorie, doctorante à l’ULg, réalisée lors de la journée d’étude du 24 novembre 2016, Théorie critique et humanités numériques, organisée par l’ARC « Genèse et Actualité des Humanités Critiques » (Genach, dir. G. Cormann et F. Provenzano, ULg). Les réflexions développées se sont enrichies des discussions menées en commun. Le texte complet de cette intervention sera déposé prochainement dans le dépôt institutionnel de l’Université de Liège.

À travers un texte qu’il est désormais inutile de présenter, le Manifeste des Digital Humanities, je voudrais questionner le projet d’intervention dans l’espace public de la communauté des humanités numériques, pour ensuite y préciser l’action d’un de ses signataires, le Centre pour l’édition électronique ouverte (structure qui chapeaute OpenEdition). Si ce manifeste est régulièrement convoqué comme matrice explicative des valeurs et espoirs portés par le mouvement des humanités numériques (p. ex. Guillaud 2012, Dacos et Mounier 2014 : 51 ; Mounier 2015), il l’est nettement moins, si je ne m’abuse, pour sa valeur discursive en tant que manifeste. Certains auteurs y font allusion (Darbellay 2013 ; Berra 2015), mais cette prise de position n’est pas réellement étudiée comme un acte discursif posé dans l’espace public afin de le mettre en crise et le réguler[1]– bref, d’y inscrire un contre-discours, ainsi que l’ont montré les travaux de Marcel Burger (2002). Continuer la lecture de « Relire le Manifeste des Digital Humanities comme projet de régulation de l’espace public »