À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation

En quoi le numérique transforme-t-il les pratiques éditoriales et les modes d’appropriation des connaissances, en particulier sur les plateformes de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) ? Ainsi que l’avait posé Roger Chartier (2006), les formes et les manières d’appréhender le texte se trouvent modifiés par l’arrivée du numérique. L’auteur y voit une révolution comparable à celle qu’avait amenée l’invention de l’imprimerie dans la société du codex, ce dernier ayant lui-même supplanté le volumen.  Par son analyse historique de la transformation des modes de la communication scientifique, Guylaine Beaudry (2011) montre quant à elle que chaque étape s’est accompagnée d’une reconfiguration des techniques éditoriales, du rôle des acteurs et des canaux de distribution – toutefois, la permanence des fonctions (production, évaluation, diffusion, réception et préservation) situe ces transformations au sein d’un continuum, qui contribue à relativiser l’idée d’une « exception numérique ».  

Les plateformes de la recherche en SHS sont ainsi devenues des vecteurs incontournables de la diffusion scientifique, qu’elles agissent au niveau de l’édition proprement dite (revues et ouvrages en ligne sur Cairn, Persée, OpenEdition, Érudit, etc.) ou de la communication scientifique directe (Beaudry 2010) (dépôts institutionnels comme HAL, rapports et littérature grise rendus accessibles au public sur Érudit, blogging scientifique sur Hypothèses, etc. – sans compter les diverses plateformes communautaires rassemblant les chercheurs d’un champ de recherche particulier : Socius, Nines, Media19, etc.). Comme médias informatisés (Jeanneret 2014 : 13), ces dispositifs agissent sur les textes et sur les conditions de leur réception (pratiques de lecture, appropriation des connaissances, etc.). Comment expliquer l’influence de la plateforme sur la matérialité du texte? Il me semble que deux concepts peuvent être convoqués pour en rendre compte: celui d’énonciation éditoriale (Souchier 1998, 2007 ; Jeanneret et Souchier 2005) – qui peut, le cas échéant, s’appliquer aux écrits d’écran (Jeanneret et Souchier 2005) ; et celui d’éditorialisation, tel que défini par Marcello Vitali Rosati (Vitali Rosati et Sinatra 2014, Vitali Rosati 2016). Ce billet de réflexion ne prétend en aucune manière  épuiser l’ensemble des questions que soulève la mise en perspective des deux notions ; il tentera par contre de montrer en quoi ils sont issus de paradigmes de pensée différents.

Dans ses travaux, Emmanüel Souchier définit l’énonciation éditoriale comme

l’ensemble de ce qui contribue à la production matérielle des formes qui donnent au texte sa consistance, son « image de texte ». […] Plus fondamentalement, l’énonciation éditoriale est ce par quoi le texte peut exister matériellement, socialement, culturellement… aux yeux du lecteur. (Jeanneret et Souchier 2005 : 6)

Les médias informatisés amènent ainsi des modes particuliers de production et de circulation des textes, qui seraient insuffisamment pris en compte par les approches traduisant la diffusion de l’information dans les dispositifs numériques par une logique des flux :

en présupposant une relation entre les sujets via un réseau, elles [ces approches] omettent que toute relation entre sujets usagers des médias informatisés est médiatisée par la relation qu’ils entretiennent aux dispositifs, aux formes textuelles, et par là même aux acteurs qui sont en position de configurer ces objets et ces formes. (Jeanneret et Souchier 2005 : 8)

Ce sont précisément les interactions d’acteurs au sein d’un environnement numérique qui fondent l’éditorialisation. Prenant pour point de départ la nécessité de penser à nouveaux frais les questions éditoriales en régime numérique, Marcello Vitali Rosati s’interroge sur la manière dont les contenus s’éditorialisent dans les environnements en ligne (sites, plateformes, etc.). Dans un article de synthèse, l’auteur fait le point sur les réflexions menées depuis 2008 dans le cadre du séminaire « Écritures numériques et éditorialisation », visant à étudier l’influence des technologies numériques sur la circulation des connaissances. L’éditorialisation y est présentée comme

the set of dynamics that produce and structure digital space. These dynamics can be understood as the interactions of individual and collective actions within a particular digital environment. (Vitali Rosati 2016 : 8)

Ainsi qu’on le voit, l’environnement numérique est produit par les dynamiques qui le traversent ; toutefois, suivant les travaux de McLuhan, l’auteur part du principe qu’une information non médiée n’existe pas (Ibid. : 3). Les pratiques éditoriales en régime numérique accompagnent, pour l’auteur, une mutation culturelle :

Editorialisation is not the way we produce knowledge using digital tools; it is the way we produce knowledge in the age of the digital, or, better, in digital society. (Ibid. : 5)

L’éditorialisation se rapporte ainsi à un environnement technologique particulier :

It is crucial to understand that editorialization has a relationship with a “particular digital environment”, which means that editorialization is somehow related to specific technologies. (Ibid.: 8)

Ainsi, la notion d’éditorialisation est intimement liée aux productions culturelles et aux technologies de l’âge numérique, ce qui n’est pas le cas de l’énonciation éditoriale. Cette dernière conserve toute sa pertinence pour l’étude des écrits d’écran, mais a d’abord été forgée pour combler un manque dans l’approche matérielle de la forme-texte (Souchier 1998). Ces fondements différents (réflexion globale sur l’image textuelle dans un cas, besoin d’outils pour penser la question éditoriale en régime numérique d’autre part) expliquent sans doute que, dans la définition proposée par Vitali Rosati, la notion de texte[1] est tout à fait absente – ce qui ne veut certainement pas dire que l’éditorialisation ne peut pas servir à penser l’édition des textes numériques. Mais ce qui produirait l’éditorialisation  du texte numérique, et donc, si je ne m’avance pas trop, ce qui instituerait sa forme-texte, ce sont les dynamiques qui créent et structurent l’espace numérique – là où cette institution de la forme-texte, du point de vue de Souchier et Jeanneret (2005 : 9 ; 13), est la condition préalable à toute circulation des savoirs et ouvre la voie à l’étude de la trivialité, processus par lequel ces formes seront amenées à se modifier par les appropriations dont les savoirs feront l’objet (Jeanneret 2008, 2014). L’inscription des connaissances dans un texte, qui par son énonciation éditoriale anticipe leurs conditions de réception (Jeanneret et Souchier 2005 : 6 ; Genêt 2016) est, pour ces auteurs, nécessaire à leur appropriation – là où, du point de vue de Vitali Rosati, l’éditorialisation se définit par son caractère performatif (2016 : 12 sqq), et ne dépend pas d’une forme pré-établie :

Editorialization is performative for two main reasons: first, it is a process that does not follow a predefined schema; and second, it does not represent reality but produces it. (Vitali Rosati 2016: 12)

Les théories de l’énonciation éditoriale et de l’éditorialisation s’accordent cependant sur la mise en évidence d’une relation de codétermination entre la culture et la technique (Vitali Rosati 2016 : 8-9 ; Souchier 1998 : 145) ainsi que sur le rôle des usages comme élément constituant (Vitali Rosati 2016 : 9 ; Jeanneret et Souchier 2005 : 5). On y trouve également la prise en compte de la dimension opératoire des pratiques éditoriales en milieu numérique (Vitali-Rosati 2016 : 12) – ce que Jeanneret et Souchier ont également expliqué avec les notions de textiel et d’architexte (Jeanneret et Souchier 2005 : 11-13 ; Jeanneret 2014 10, 15). Enfin, le caractère collectif de l’éditorialisation est souligné par Vitali Rosati (2016 : 17), tandis que l’énonciation éditoriale insiste de manière similaire sur la pluralité des énonciateurs impliqués (Souchier 1998 : 141-142).

En voulant rendre compte des modes de circulation des connaissances sous l’angle de leur matérialité, les auteurs mettent ainsi en lumière des composantes très similaires dans les pratiques éditoriales, mais partant d’approches différentes selon qu’est accordée ou non de l’importance à l’institution préalable de la forme-texte comme condition nécessaire à la circulation des connaissances, et en ce que cette approche concerne ou non la culture numérique de manière exclusive. Le cadre d’un billet de blog ne permet évidemment pas de longs développements réflexifs, aussi ces quelques remarques pourraient-elle se révéler un peu trop clivantes ou caricaturales. Elles seront sans doute amenées à se voir complétées avec le temps, au gré des échanges ; mais il m’a paru utile de les écrire, à l’heure de choisir des outils pour aborder les écrits des plateformes.

Bibliographie

Beaudry, Guylaine. 2011. La communication scientifique et le numérique. Paris : Lavoisier.

Beaudry, Guylaine. 2010. « La communication scientifique directe : un nouveau champ éditorial ». Hermès, La Revue, 57: 51‑57.

Chartier, Roger. 2006. « L’écrit sur l’écran. Ordre du discours, ordre des livres et manières de lire ». Entreprises et histoire, 43 (juin): 15‑25.

Genêt, Pascal. 2016. « Énonciation éditoriale ». Le lexique Socius. http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/190-enonciation-editoriale. Consulté le 23 septembre 2016.

Jeanneret, Yves. 2005. La culture triviale. Entretien réalisé par l’Équipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias. Archives Audiovisuelles de la Recherche. http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/_video.asp?id=397&ress=1350&video=103199&format=68#3805. Consulté le 23 septembre 2016.

Id. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications.

Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Id., et Emmanuël Souchier. 2005. « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran ». Communication et langages, 145 (1): 3‑15. doi:10.3406/colan.2005.3351.

McKenzie, Donald Francis. 1991. La bibliographie et la sociologie des textes. Traduit par Roger Chartier. Paris: Cercle de la Librairie.

Sinatra, Michaël E. et Marcello Vitali Rosati. 2014. « Introduction » In : Pratiques de l’édition numérique [en ligne]. Montréal : Presses de l’Université de Montréal. http://books.openedition.org/pum/308. Consulté le 23 septembre 2016.

Souchier, Emmanuel. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie, 6 (2): 137‑45.

Vitali Rosati, Marcello. 2016. « What is editorialization? » Sens public, janvier. http://www.sens-public.org/article1059.html. Consulté le 23 septembre.

[1] Je remercie ici mon co-promoteur, François Provenzano, d’avoir attiré mon attention sur cet aspect ; ainsi que Julia Bonaccorsi, qui a bien voulu m’accorder le temps d’un échange sur la question de l’énonciation éditoriale.


Une réponse sur “À propos des concepts d’énonciation éditoriale et d’éditorialisation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.