De la pertinence de l’exemple dans la recherche en SHS

N’y aurait-il de science que du général, ainsi que l’entendrait une certaine doxa? En d’autres termes, peut-on ambitionner de dégager un savoir valide à partir d’une sélection d’exemples ? Cette interrogation rejoint directement celle du choix de l’analyse qualitative et de sa capacité à construire un savoir sur un objet ; mais aussi, plus largement, celle de la production des savoirs en humanités qui repose traditionnellement sur celle-ci1 (Small 2013).

La valeur argumentative des exemples, leur légitimité dans l’exposé des résultats de recherche est, depuis longtemps, objet de débats: on s’appuiera ici sur quelques contributions d’une livraison de la revue Methis intitulée L’exemple, un mal nécessaire? (Cormann et Letawe 2011) pour tenter une approche de la question2. Issu d’une démarche inductive, l’exemple ne peut prétendre à la généralité ; sa faiblesse théorique décourage ainsi son utilisation dans le discours scientifique. En revanche, l’exemple présente l’avantage d’ancrer la production de savoir dans une pratique (Badir 2011) : de ce fait, il donne corps à une démarche concrète, témoignant de la familiarité du chercheur avec son objet. Sur le plan rhétorique, il facilite en outre la compréhension de l’allocutaire en illustrant une idée, un argument, par une application ; ou, à l’inverse, en introduisant un concept par une observation empirique, ce qui lui confère une valeur pédagogique. Mais c’est bien d’une fonction rhétorique qu’il s’agit, tant il est vrai que « [le] discours [du chercheur] se construit non pas sur la base d’exemples, mais sur des données dont certaines seront, précisément, livrées à titre d’exemple. » (Habrand et Vandeninden 2011, 121‑22)

Badir définit quatre valeurs canoniques de l’exemple suivant la fonction qu’il occupe par rapport à son objet, dégagée dans un schéma tensif3 : le cas remarquable (qui cristallise l’entièreté des qualités de son objet), l’échantillon (c’est ici l’ensemble des exemples qui permet de recouvrir l’entièreté des qualités de l’objet dans leur variété) , l’illustration (soit un exemple sans qualité particulière, assumant une fonction ludique, qui n’a pas vocation à faire autorité) et le corpus d’exemple (une collection fermée, destinée à être inventoriée et paramétrée) (Badir 2011, 27). Ces exemples, auxquels on recourt donc volontiers (mais non sans scrupule) dans le discours scientifique, ne sauraient être livrés sans autre forme de procès à la sagacité du lecteur. Baetens dégage dès lors six traits constitutifs du « bon exemple », que seraient (i) la citation (mention et respect de l’environnement d’où est extrait l’exemple), (ii) le cadrage (explicitation de la théorie qu’il entend illustrer), (iii) le choix (respect d’une certaine représentativité), (iv) l’analyse (l’exemple ne peut être donné de manière brute), (v) l’utilité (apport à l’argumentation), (vi) la citation pour lui-même (et non pas pour affiliation à une autorité) (Baetens 2011).

Le travail sur un corpus d’exemples suppose donc une réflexion méthodologique sur les choix qui président à sa constitution. Si les résultats ainsi obtenus ne sauraient en aucune manière prétendre à la représentativité, ils permettent néanmoins, par une étude fine des observables, de faire émerger du sens, des interprétations qui échapperaient à un traitement quantitatif des données récoltées. En d’autres termes, même si les observables ne sont pas le reflet fidèle d’un ensemble d’objets étudiés, d’où l’on pourrait tirer des conclusions extensibles à un ensemble plus vaste, ils existent bel et bien et, de ce fait, permettent de dire quelque chose de valide sur ces objets.

Bibliographie

Badir, Sémir. 2011. « Sémiotique de l’exemple ». MethIS. https://popups.uliege.be:443/2030-1456/index.php?id=375.

Baetens, Jan. 2011. « L’exemple, un mal nécessaire ? » MethIS. http://popups.ulg.ac.be/2030-1456/index.php?id=391.

Cormann, Grégory, et Céline Letawe. 2011. « Introduction – L’exemple dans la théorie regards croisés sur des pratiques de recherche en sciences humaines ». MethIS. http://popups.ulg.ac.be/2030-1456/index.php?id=373.

Danblon, Emmanuelle, Victor Ferry, Loïc Nicolas, et Benoît Sans, éd. 2014. Rhétorique de l’exemple. Fonctions et pratiques. Besançon: Presses Universitaires de Franche-Comté.

Habrand, Tanguy, et Élise Vandeninden. 2011. « Tel exemple plutôt qu’un autre usages de l’illustration de la pratique au discours scientifique ». MethIS. http://popups.ulg.ac.be/2030-1456/index.php?id=387.

Provenzano, François. 2011. « L’exemple dans les discours du savoir: Trois lectures et une tentative de synthèse ». Diversité et identité culturelle en Europe 8 (2): 83‑95.

Small, Helen H. 2013. The Value of the Humanities. Oxford: Oxford University Press.

  1. Provenzano rappelle par ailleurs que « dans le discours des sciences humaines, l’exemple fait office de preuve, à des fins de persuasion dans le cadre d’une praxis interprétative propre à une communauté de savants » (Provenzano 2011, 93). []
  2. On consultera aussi, à ce sujet: Danblon et al. 2014 []
  3. Un tel schéma permet de faire émerger des modèles théoriques suivant la répartition des signes (l’exemple étant considéré comme tel par Badir) suivant deux axes : en abscisse, l’intensité (liée à la catégorie de la qualité), en ordonnée, l’extensité (liée à la catégorie de la quantité) – voir Ibid., 26 et 28. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.