Cormerais, Franck, et Jacques Athanase Gilbert. 2016. Le texte à venir. Études digitales, n°1, Paris, Classiques Garnier

L’environnement numérique met en crise la notion même de texte. D’une part, la polyphonie énonciative de l’écrit d’écran (Souchier 1996), articulant différents cadres visuels, et son inscription en réseau, autorisant la délinéarisation vers un texte autre (Paveau 2016), rendent problématique la définition de frontières stables, autrefois balisées par le paratexte éditorial de l’imprimé. D’autre part, le caractère opératoire du texte numérique envisagé comme textiel (Davallon et al. 2013 [2003]), associant étroitement les éléments langagiers et  techniques, nécessite une manipulation de la part du lecteur qui collabore de ce fait à l’acte d’écriture, voire de constitution du texte lui-même.

Le collectif dirigé par F. Cormerais et J. A. Gilbert, premier numéro de la revue Études digitales, entend contribuer à explorer « les dimensions variées de la textualité digitale » (p. 15). La question textuelle est ici mobilisée comme une porte d’entrée permettant d’interroger ce que le numérique fait à la culture et à nos manières de penser : ainsi que le signale F. Cormerais,

La textualité digitale marque l’avènement d’une « technoculture ». Ce concept définit la rencontre d’un langage informatique formel et calculatoire avec la culture, où l’interprétation superpose des signes ininterprétés par les machines à une interprétation qui se livre au travers des actes noétiques d’écriture et de lecture s’effectuant en fonction de normes culturelles et sociales. (p. 29)

Il n’est peut-être pas tout à fait certain que ces signes soient « ininterprétés » par les machines, dans le sens où le traitement machinique, par exemple celui qu’opèrent les moteurs de recherche, porterait plutôt, comme le suggérait C. Paolucci, sur le signifiant, en classant les documents à partir de chaînes de caractères récurrentes (Paolucci 2013, 96). Mais c’est bien à cette intersection du computationnel et du symbolique, du machinique et de l’humain, que se situe cette culture numérique dont les textes sont vecteurs. La culture est étroitement liée aux techniques qu’elle rencontre ; de ce fait, plusieurs contributions (F. Cormerais, J.-A. Gilbert, É. Guichard) discutent ou explicitent les travaux de J. Goody sur la raison graphique (Goody 1979), où l’écriture et le langage sont catégorisés comme technologies de l’intellect. Cet héritage se révèle indispensable pour appréhender la culture numérique, qui implique de penser à nouveaux frais ces technologies : la raison graphique trouve ainsi un prolongement dans la raison computationnelle, concept que l’on doit à B. Bachimont (Bachimont 2000).

Les contributions de cette première livraison d’Etudes digitales offrent un panorama diversifié d’approches des textualités numériques : retours d’expérience (J. de Bideran, à propos d’un projet de numérisation des articles de presse de François Mauriac) ; réflexions théoriques sur l’hypertexte et son rôle dans la structuration des savoirs (S. Shigemi) ; questionnements sur le texte numérique comme corpus (C. Jacquot) ou comme support de transcriptions sonores (P. Maréchaux) ; voire encore étude de l’environnement numérique comme espace de création littéraire (V. Béghain sur Emoji Dick, « traduction » en émoticônes du roman Moby Dick) et de mise en scène de l’oeuvre (G. Bonnet défend ainsi l’hypothèse que « le site Internet d’écrivain est devenu le lieu d’une exposition de la littérature et du monde dans lequel elle s’inscrit » [p. 144]).

L’ouvrage joue sur une gamme de formats textuels variés, de la note liminaire à l’article, en passant par les brèves (par exemple, la série de billets de la sous-section « controverse et nomenclatures » regroupe des notes succinctes autour des dénominations de numérique ou de digital) ou l’entretien. À cet égard, on signalera le « grand entretien » avec Emmanuël Souchier, qui est l’occasion d’un retour réflexif sur la notion d’énonciation éditoriale (Souchier 1998; Jeanneret et Souchier 2005) au prisme de la pensée des écrits d’écran (Souchier 1996), dans ce que ces notions conservent d’actuel et de pertinent pour comprendre la textualité digitale. Les sciences de l’information et de la communication ont en effet largement contribué à creuser le sillon des études numériques, en poursuivant une approche centrée sur le texte au regard de son support et de ses usages sociaux.

On trouve encore, dans cette livraison, une rubrique Varias, qui prolonge les réflexions menées sur l’impact du numérique dans les différents champs de l’activité humaine (arts, savoirs ou économie). En clôture du numéro, un index (dénomination s’intégrant, on l’imagine, au champ sémantique du digital) rassemble un nombre conséquent de recensions, qui présentent un aperçu très utile d’une série de monographies francophones ou anglophones récemment parues sur les études numérique dans le domaine de la philosophie, de la littérature ou des sciences de l’information et de la communication.

On regrettera simplement la quasi-absence de supports visuels illustrant les quelques études de cas, qui donne à l’ensemble une tonalité plutôt abstraite, et requiert un travail d’imagination dans le chef du lecteur. Une question subsiste donc, au terme de la lecture : en fin de compte, quelles seraient les formes concrètes, les configurations de ce texte à venir ?

Bibliographie

Bachimont, Bruno. 2000. « L’intelligence artificielle comme écriture dynamique : de la raison graphique à la raison computationnelle ». In Au nom du sens: autour de l’oeuvre d’Umberto Eco, édité par J. Petitot et P. Fabbri, 290‑319. Paris: Grasset.

Davallon, Jean, Marie Després-Lonnet, Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec, et Emmanuël Souchier. 2013. « Introduction ». In Lire, écrire, récrire : Objets, signes et pratiques des médias informatisés, 19‑43. Études et recherche. Paris: Éditions de la Bibliothèque publique d’information. http://books.openedition.org/bibpompidou/407.

Goody, Jack. 1979. La raison graphique: la domestication de la pensée sauvage. Editions de Minuit.

Jeanneret, Yves, et Emmanuël Souchier. 2005. « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran ». Communication et langages 145 (1): 3‑15. https://doi.org/10.3406/colan.2005.3351.

Paolucci, Claudio. 2013. « Archive,  patrimoine et mémoire. Un regard sémiotique sur la tiers-mondialisation du savoir à l’ère de la numérisation ». In Vers un nouvel archiviste numérique, édité par Matteo Treleani et Valentine Frey, 75‑103. Paris: Editions L’Harmattan.

Paveau, Marie-Anne. 2016. « Des discours et des liens. Hypertextualité, technodiscursivité, écrilecture ». Semen – Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no 42: 23‑48.

Souchier, Emmanuël. 1996. « L’écrit d’écran, pratiques d’écriture & informatique ». Communication et langages 107 (1): 105‑19. https://doi.org/10.3406/colan.1996.2662.

———. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie 6 (2): 137‑45.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *