La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (2)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avec Penser la trivialité (2008), Yves Jeanneret propose quelques pistes théoriques pour mieux cerner les différentes dimensions de son concept. Dans le premier chapitre, l’auteur se situe vis-à-vis de trois modèles de la circulation des idées, que sont la propagation, présente dans la philosophie sociale de Gabriel Tarde, la transmission, au cœur de la médiologie de Régis Debray, et la reproduction, privilégiée par une approche sémiotique comme celle de Roland Barthes. S’appuyant sur la conception de l’archive proposée par Foucault (1969) – dynamique, fondée sur la reprise et la réappropriation des productions antérieures –, Jeanneret met en lumière les opérations (gestes, pratiques, inscription dans des formes induites par les architextes, etc.) sur lesquelles repose la réécriture créative des êtres culturels, en vue de leur conservation et de leur transmission. Le troisième chapitre de l’ouvrage décrit les mécanismes d’altération que subissent les êtres culturels, du fait de la pluralité des logiques sociales auxquelles ils se trouvent soumis (Jeanneret 2008 : 85) ainsi que des enjeux et usages qui y correspondent. À cet endroit, Jeanneret s’arrête plus particulièrement sur la communication scientifique et les pratiques de vulgarisation.

Ce sont ensuite les processus de communication en eux-mêmes qui sont envisagés dans le quatrième chapitre. En raison de leur instabilité, l’auteur les associe à une cybernétique de l’imparfait (Ibid. : 135), pour en souligner, à travers la figure du pilote (kubernétès) qu’évoque l’étymologie grecque, le caractère incertain d’une navigation à vue. Centrale dans les théories de la communication médiatisée, la notion de « contrat » se voit ici remise en cause au profit d’une compréhension plus fine de la complexité des échanges :

[…] toutes les médiations de la trivialité se laissent alors décrire comme un ajustement entre une prétention à intervenir sur le cours de la communication et l’exercice de prédilections.  (Ibid. : 168)

Enfin, le dernier chapitre aborde les enjeux par lesquels la trivialité se charge de valeur (Ibid. : 182), et la manière dont elle est appareillée par des discours, imaginaires sociaux, etc. déterminant ce que devrait être la circulation des connaissances – représentations qualifiées par l’auteur d’illusions de la trivialité (Ibid. : 186).

Cette question de la production de valeur et de l’appropriation, par les acteurs sociaux, des processus de la trivialité devient centrale dans l’ouvrage suivant, Critique de la trivialité (2014) ; où la trivialité est abordée comme enjeu de pouvoir permettant un positionnement dans le champ des industries médiatiques.

La première partie du livre explore les modes d’intervention sur le processus de la trivialité ; sur « ce qui, dans la trivialité, donne particulièrement prise au pouvoir et à la valeur » (Jeanneret 2014 : 58). Jeanneret s’attache ici à détecter les moments de l’interaction médiatisée, et propose six catégories – liées deux à deux- que sont la promesse, explicitation d’une conception de la communication assortie d’une visée particulière, et l’implication, création d’un dispositif matériel prétendant répondre à ce projet en y impliquant les sujets ; l’attente, ensemble de valeurs, représentations et formes entourant la production de signes dans la mémoire sociale, et la figuration, mise en œuvre de cet ensemble dans un « texte » précis – Jeanneret adopte ici la définition large qu’en avait donné McKenzie (1991), l’étendant aux productions sémiotiques non verbales ; enfin, la prédilection, reconnaissance par le sujet des signes et formes du texte et l’ajustement, engagement du public dans une posture vis-à-vis des productions culturelles.

Jeanneret met en avant le rôle prépondérant du discours – « pratique de signes qui met en mouvement les mots, les idées, les paroles, les textes » (Jeanneret 2014 : 91) – dans la circulation des connaissances. Comme « opérateur puissant de trivialité » (Ibid. : 93), l’activité discursive est porteuse de caractéristiques propres à la stimuler : stratégies rhétoriques d’adaptation au public, densification sémiotique (Ibid.: 100) permettant de capter l’attention et de faciliter la mémorisation, citations inscrivant l’énoncé dans réseau de connaissances antérieures (Ibid. : 109), ou encore, inscription dans de nouvelles formes matérielles par le jeu sur l’énonciation éditoriale (Ibid. : 121).

La circulation des êtres culturels est médiée par des objets particuliers, disposant du « pouvoir d’ancrer matériellement ces processus dans des dispositifs techno-sémiotiques » (Ibid. : 141) qui associent opérations techniques et langages. Au nombre de ces dispositifs, on trouve les plateformes numériques évoquées dans le précédent billet. Jeanneret distingue ici quatre modalités par lesquelles le dispositif stimule les pratiques de l’usager. Par les cadres d’écriture qu’il donne à voir, le dispositif préfigure certains éléments de contenus ; par la suggestion, ce même dispositif régit la forme du texte. La réquisition, « invitation à produire » (Ibid. : 182), incite l’usager à intervenir dans le dispositif ; enfin, la fantasmagorie le place face à des figurations de modèles possibles pour ses interventions. En résumé,

Ces jeux de préfiguration, suggestion, réquisition et fantasmagorie définissent les moyens que les sociétés ont inventés pour domestiquer ou anticiper les pratiques. Ils ne sont nullement propres aux médias contemporains. Mais ils ont été sans cesse perfectionnés par le bricolage, l’art, l’artisanat et l’industrie. (Ibid. 183)

La deuxième partie de l’ouvrage porte sur la manière dont s’engagent les acteurs qui exercent la trivialité, à travers leurs prétentions communicationnelles, définies comme « le lien qui s’établit entre une conception de la communication et un projet d’intervenir sur elle. » (Ibid. : 248). Jeanneret y constate l’évolution d’un discours sur ce qu’est la communication et, de là, une mutation des pratiques professionnelles, notamment dans les métiers de la recherche ou de l’information-communication. De telles prétentions sont, le cas échéant, le lieu d’une instrumentalisation de la communication par la sphère marchande, qui cherche par des « jeux métaphoriques de déplacement et d’emprunt » (Ibid. : 327) à s’emparer des êtres culturels.

La troisième partie étudie plus spécifiquement le dispositif numérique et la manière dont les médias informatisés influent sur le processus de la trivialité. C’est l’occasion pour Jeanneret de relire les propositions avancées par Michel de Certeau dans L’invention du quotidien (1990), et d’en faire un « point de départ pour considérer les nouvelles formes d’industrialisation de la trivialité » (Jeanneret 2014 : 366). Il s’agit alors de saisir comment se déploie, à travers l’écriture des pratiques, la « nouvelle économie scripturaire » (Ibid. : 388) liée aux médias informatisés, notamment à travers les deux concepts de textiel, qui consacre le « double statut technique et langagier de l’écrit d’écran » (Ibid. : 427) et d’architexte informatique, outil conditionnant tout à la fois leur forme et leur contenu – à l’instar des CMS, ou des logiciels – et dont les évolutions entérinent les pratiques des utilisateurs.

La quatrième et dernière partie du livre dégage les enjeux de la trivialité dans une économie politique au sens large, entendue comme « les relations entre l’industrialisation des médias, les évolutions de l’espace public et les enjeux sociétaux » (Ibid. : 523). Il est ainsi question de comprendre comment les êtres culturels se chargent de valeur au cours des échanges communicationnels. Jeanneret propose une relecture de la Théorie critique de l’École de Francfort, à laquelle il reproche une « ellipse de l’ajustement créatif » (Ibid. : 541) – le public étant perçu comme passif par rapport à l’action des médias. La Théorie critique garderait cependant toute sa pertinence quant à « l’analyse des stratégies en jeu au sein des processus d’instrumentalisation de la vie triviale des êtres culturels » (Ibid. : 542). Ces jalons posés, l’auteur examine la transformation des industries culturelles dans la société contemporaine et plaide résolument, face au « constat d’une instrumentation et d’une instrumentalisation croissantes de la trivialité » (Ibid. : 657) en faveur d’une éthique et d’une politique de la trivialité.

 

Comme on le voit, ces deux ouvrages, très denses, ouvrent de nombreuses pistes de réflexions potentiellement mobilisables pour une étude de cas; une livraison récente de la revue Communication et Langages (Analyses et perspectives de la trivialité, 2015, dir. V. Patrin-Leclère et M. Seurrat) en a d’ailleurs fait son objet. On n’y trouvera cependant pas de méthode directement applicable pour l’étude des phénomènes de trivialité. Jeanneret soulignait à cet égard la difficulté qu’il y aurait à modéliser les pratiques triviales, voire le risque de perte lié au figement d’un processus dynamique ; il invite donc le chercheur à se doter d’une méthode adaptée à la spécificité des objets d’études envisagés (Jeanneret 2008 : 22-24 ; 34), à assumer l’éclectisme inhérent à cette perspective et à faire preuve d’inventivité (Ibid. : 235).

Dans un prochain billet, je tenterai de dégager de ce parcours les perspectives concrètes offertes par la pensée de la trivialité dans le cadre de ma thèse.

Bibliographie

Certeau, Michel de. 1990. L’invention du quotidien: Arts de faire. Paris: Gallimard.
Foucault, Michel. 1969. L’archéologie du savoir. Paris: Gallimard.
Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications.
Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.
McKenzie, Donald Francis. 1991. La bibliographie et la sociologie des textes. Traduit par Roger Chartier. Cercle de la Librairie.
Patrin-Leclère, Valérie, et Aude Seurrat, éd. 2015. « Analyses et perspectives de la trivialité». Communication & langages (185). http://www.necplus.eu/action/displayIssue?decade=2010&jid=CML&volumeId=2015&issueId=185&iid=2464721. Consulté le 3 août 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.