Réponse à l’appel à communication « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir » (Paris)

Une fois n’est pas coutume, j’utiliserai l’espace de ce carnet de recherche non pour publier des réflexions en cours ou des notes de lecture, mais pour partager mon étonnement quant à la manière dont certains chercheurs empruntent très librement, et sans citation aucune, des matériaux figurant sur des blogs Hypothèses. Ça tombe bien d’ailleurs, vu que c’est plutôt en rapport avec mon sujet de thèse, cette question de la circulation des discours de savoir en humanités dans les carnets de recherche.

En fait, c’est même par-là que tout a commencé. Un collègue attentif (merci Benoît) m’a signalé avant-hier une annonce de colloque susceptible de m’intéresser. En lisant les premières lignes, je trouve le sujet tout à fait dans mes cordes et j’hésite à y répondre malgré le semestre déjà chargé qui se profile à la rentrée. En poursuivant, je me dis que certains passages ont tout de même de sacrés airs de ressemblance avec un billet que j’ai publié l’an dernier sur une thématique approchante – et qui concerne, au plan plus large, un projet de recherche mené par une équipe de chercheurs à l’Université de Liège (ARC Genèse et Actualités des Humanités critiques, dir. G. Cormann et F. Provenzano).

Ainsi, l’avant-dernière phrase du premier paragraphe de l’appel reformule et reprend l’état de l’art du troisième paragraphe de mon billet, tout en conservant telles quelles certaines locutions comme « les sciences dites « dures » » (d’accord, l’expression est lexicalisée) de même que « demeure un impensé » (chez moi « semble demeurer un impensé »). Le sous-titre de mon billet, « lacunes et zones d’ombre », est reprise presque à l’identique (« les lacunes et les zones l’ombre ») en fin du deuxième paragraphe de l’appel. Rien de trop scandaleux sans doute. Mais le dernier paragraphe est plus problématique : on y recopie mot pour mot une définition de ce que sont les savoirs critiques, qui figure effectivement dans mon billet… sauf que je signale bien pour ma part qu’il s’agit d’un emprunt (Leclercq 2014): ici, cette définition est présentée purement et simplement comme étant le fait des auteurs de l’appel. Le début de ce dernier paragraphe et la fin du deuxième paragraphe de mon billet sont… euh… très similaires, dirions-nous : comparer «  la mobilisation des connaissances de la société civile en vue d’une co-construction des savoirs, ou orientant les recherches des chercheurs vers l’intérêt commun » dans l’appel et « mobilisant les connaissances de la société civile en vue d’une co-construction des savoirs, ou orientant les recherches des scientifiques vers l’intérêt commun » dans mon billet… De là, j’en déduis que de nombreuses références de l’appel sont possiblement citées de seconde main d’après ma bibliographie (Stilgoe 2009; Bensaude-Vincent 2010; Sibertin-Blanc et Legrand 2009 etc.). Une petite dernière pour la route : on trouve dans la bibliographie de l’appel la référence d’un chapitre de Jeanneret dans un collectif de 2004 (Metzger 2004), qui à ma connaissance n’est pas un article très cité habituellement : pour la question de la médiation scientifique, on se réfère plutôt à son excellent ouvrage Écrire la science (Jeanneret 1994)… Ce doit être un pur hasard si l’on trouve précisément dans mon carnet une recension du volume de Metzger, qui rend bien compte de la contribution de Jeanneret.

Bon, je m’arrête là, les vacances sont proches et poursuivre le jeu des sept différences n’a pas beaucoup d’intérêt. Le propos de l’appel est évidemment beaucoup plus large que celui de mon billet, et aborde bon nombre de thématiques qui n’y figurent pas. Mais voilà : c’est très chouette que les savoirs circulent, c’est le principe même de la trivialité (dans la perspective de Jeanneret, que j’ai toujours trouvé très stimulant – voir deux notes de lecture ici et ). Et ce n’est pas que je tienne absolument à être citée, que ce soit par narcissisme ou pour augmenter mon facteur d’impact qui doit tendre vers 0 (d’ailleurs, en SHS, on s’en f… un peu) : mon billet consistait juste en un petit bout d’état de l’art qui ne comporte aucune idée vraiment originale. Mais il y a là pour moi une question de principe : la science ouverte repose sur un partage qui doit se faire dans la confiance, et les carnets de doctorants ne sont pas le lieu d’une pêche sauvage. D’ailleurs, les billets Hypothèses ont des standards pour la citation et les carnets sont des publications à part entière, dotés d’un identifiant ISSN (bien que j’attende encore le mien).

Ce qu’on peut tirer de cet épisode, c’est qu’il illustre pleinement le fait que les carnets Hypothèses sont d’excellents moyens de faire circuler les idées et les savoirs. Mais il semblerait que les notes de recherches qui s’y trouvent publiées ne soient pas encore perçues comme de véritables écrits scientifiques – parce qu’elles ne sont pas révisées par les pairs, ou qu’elles ne font pas l’objet d’une éditorialisation en revue ? Quoi qu’il en soit, ce genre d’emprunt est très dommageable à la dynamique de la recherche, car il est susceptible de freiner certains chercheurs dans leur souhait de médiatiser leurs réflexions en cours – raison pour laquelle il m’a paru nécessaire de le signaler publiquement[1]. Du post-publication peer review, en quelque sorte [2], et sur de la littérature grise comme un appel à communication, encore bien ; ce n’est pas très orthodoxe, j’en conviens.

Bibliographie

Bensaude-Vincent, Bernadette. 2010. « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique ». Questions de communication, no 17 (juin):19‑32. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.368.

Jeanneret, Yves. 1994. Écrire la science: Formes et enjeux de la vulgarisation. Paris: Presses Universitaires de France.

Leclercq, Bruno. 2014. « Qu’est-ce qu’un savoir critique ? » In Leurres de la qualité dans l’enseignement supérieur ? Variations internationales sur un thème ambigü, édité par Bruno Leclercq et Catherine Fallon, 31 et sqq. Louvain-la-Neuve: Academia.

Metzger, Jean-Paul, éd. 2004. Médiation et représentation des savoirs. Paris: L’Harmattan.

Sibertin-Blanc, Guillaume, et Stéphane Legrand. 2009. Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs. Reims: Le Clou dans le fer.

Stilgoe, Jack. 2009. Citizen Scientists: reconnecting science with civil society. Demos London. http://creias.ipleiria.pt/files/2010/08/Citizen_Scientists_-_web.pdf.

 

[1] Lors d’une table ronde en juin dernier organisée à l’occasion de la conférence ElPub 2017 (« Impact and Implications of Open Science on Early Career Researchers »), il m’avait été demandé si je ne craignais pas de voir des idées publiées sur mon carnet réappropriées ensuite par des lecteurs. Ma réponse était qu’au contraire, la pré-publication sur carnet (à l’instar du stockage d’un document de recherche dans un dépôt institutionnel par exemple) permettait de prouver l’antériorité de ces idées… CQFD.

[2] Ce n’est même pas tout à fait juste, puisque je ne peux pas me qualifier de peer. Mais j’utilise l’expression faute de mieux.


2 réponses sur “Réponse à l’appel à communication « Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir » (Paris)”

  1. Bonjour François,

    Merci pour ton commentaire.
    Tu as entièrement raison quant au fait que le procédé n’est pas généralisable: je ne prends ici la parole que sur un cas précis qui me concerne, et que j’ai estimé nécessaire de relever.
    Certains chercheurs sont au contraire très respectueux des idées développées dans les carnets, et invitent à poursuivre la réflexion (autour d’une table ronde par exemple): cela m’est aussi arrivé.
    Pour ma part, l’expérience du blogging sur Hypothèses est dans l’ensemble très positive, ne serait-ce que parce qu’elle m’oblige à formaliser des idées ou des notes de lecture en fonction d’un lecteur potentiel…

  2. Bonjour Ingrid,

    Merci pour ce billet !

    Il est clair que la nature même d’une plateforme comme Hypothèses, qui se veut librement accessible au plus grand nombre, peut avoir pour effet pervers de lever certaines inhibitions plus ou moins malhonnêtes, en vue de la réutilisation de certains contenus que l’on pourrait y trouver.
    Néanmoins, je me permets de plaider un peu pour notre paroisse commune en disant qu’il ne me semble pas que ce phénomène soit très étendu et encore moins généralisable comme une pratique courante à l’échelle de la plateforme. Amalgame que tu ne fais pas dans ton billet, mais je pense qu’il est bon de le préciser, car s’il est naturel de tirer la sonnette d’alarme et de rendre visibles les cas de plagiat que l’on repère, il est beaucoup moins fréquent de mettre en lumière les cas d’utilisation des billets de blogs dans un cadre respectueux des contenus et de leurs auteurs (et pour cause, puisqu’il s’agit alors d’une utilisation courante et normale d’Hypothèses).

    Au-delà, je me demande si le problème rencontré ici est réellement dû à un manque de reconnaissance de la scientificité des contenus publiés sur Hypothèses (si les personnes qui ré-utilisent des contenus issus d’Hypothèses considéraient qu’ils étaient invalides scientifiquement, les ré-utiliseraient-ils vraiment ?), à une perception particulière de la nature de cette plateforme, ou plus simplement au fait que la publication numérique, a fortiori dans un format ouvert, facilite grandement les pillages en tous genre (qu’il s’agisse de textes, d’images, de vidéos…), dans le cadre d’une démarche assumée ou d’une méconnaissance du droit d’auteur et de la publication en ligne plus largement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *