Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias : Empathie, éthique, point(s) de vue. Limoges: Lambert-Lucas.

Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des recherches de Rabatel sur le point de vue (désormais PDV), qui avaient fait l’objet d’une importante synthèse publiée dans les deux volumes d’Homo narrans (Rabatel 2008a, 2008b). Reprenant à la suite de Ducrot (Ducrot 1980, 1984) la distinction locuteur/énonciateur[1], Rabatel l’appliquait alors au texte narratif dans son ensemble et non aux seuls énoncés phrastiques. Il s’opposait en outre à la conception structuraliste du texte narratif héritée de Genette, pour lequel la surface du discours n’était que la manifestation des structures profondes du récit. Si cette dernière approche faisait l’impasse sur les dimensions dialogiques et pragmatiques qui traversent tout texte, le recours à l’analyse des PDV présentait l’avantage de penser les rapports du locuteur aux agents internes du texte, les modalités de prise en charge énonciative et les pistes interprétatives ouvertes par le discours. Rabatel soulignait encore que les acquis théoriques engrangés par ses travaux sur les textes narratifs serviraient utilement l’analyse d’autres corpus (Rabatel 2008b, 2:345) ; il en va ainsi des textes médiatiques, qui forment la matière étudiée dans le présent recueil.

Le livre, qui se veut un bilan des recherches menées par l’auteur, compile pour une part des textes récents (interview liminaire p. ex.) et des articles plus anciens, remaniés et remis en contexte par une introduction précisant les positionnements scientifiques et éthiques de l’auteur. Rabatel y plaide en faveur d’une approche linguistique des études médiatiques : il signale très justement que les sciences de l’information et de la communication tendent, dans leurs analyses, à traiter le langage comme un matériau transparent et à privilégier l’analyse de contenu (p. 11)[2]. L’auteur se réclame néanmoins d’une approche communicationnelle des discours :

le repérage et l’analyse textuelle des marques n’épuisent pas les discours, dont il faut encore dégager les effets, la façon dont les marques construisent des interprétations, oriente vers des actions, à charge pour les lecteurs comme pour les chercheurs d’actualiser les unes et les autres en fonction de leur situation et de leur histoire (personnelles et collectives). (Ibid.)

La première partie, « Positionnement théorique », reprécise les notions-clés au moyen desquelles seront analysés les textes médiatiques. Rabatel définit le PDV en linguistique comme

tout énoncé qui prédique des informations sur n’importe quel objet du discours, en donnant non seulement des renseignements sur l’objet (relatifs à sa dénotation), mais aussi sur la façon dont l’énonciateur envisage l’objet, exprimant ainsi un PDV. (p. 43)

De ce fait, l’énonciation est étroitement liée à la référenciation, choix linguistique des expressions désignant le référent (soit le réel extérieur à la langue). Sur la base de cette solidarité entre énonciation et référenciation sont distinguées deux instances, le locuteur et l’énonciateur :

Le locuteur est l’instance qui profère un énoncé, dans ses dimensions matérielles, phonétiques ou scripturales. L’énonciateur correspond à une position (énonciative) qu’adopte le locuteur, dans son discours, pour envisager les faits, les notions, sous tel ou tel point de vue (PDV). L’énonciateur est l’instance à partir de laquelle les contenus prépositionnels (CP) sont agencés dans une prédication, de façon à indiquer, via la référenciation des états du monde, le PDV du sujet sur le monde, la langue, dans une situation particulière […]. (p. 44)

Si le locuteur est de fait un énonciateur premier (L1/E1), d’autres énonciateurs manifestent leur PDV de manière plus ou moins visible au sein de l’énoncé. Mais ce PDV étant communiqué par le seul locuteur principal, on comprend en quoi le discours qui en fait écho comporte une « dimension subjective et interprétative qui oriente l’interprétation du CP » (p. 45).

Les chapitres constitutifs de cette première partie abordent les questions de la mobilité empathique et de la co-construction du point de vue, de la responsabilité de la prise en charge énonciative, ainsi que de l’éthique et l’engagement du chercheur. À ce sujet, Rabatel propose de dépasser le poncif de l’objectivité garante de la validité de toute production scientifique: la subjectivité étant inhérente à toute démarche de recherche, le chercheur ne peut s’abstraire d’un PDV sur son sujet. Ce qu’il en ressort est la nécessité de présenter différents PDV, de les faire dialoguer et de les soumettre à la critique :

En réaction à la thèse d’une éthique du discours en appui sur son objectivité, ce travail plaide pour l’existence d’une éthique du discours en lien avec l’idée d’une subjectivité située […] qui tente d’articuler son propre point de vue avec d’autres points de vue complémentaires. (p. 144)
Ce qui se joue dans la critique, c’est la capacité d’interroger la co-construction des valeurs, des opinions, des savoirs, de faciliter leur discussion et, pour ce qui concerne les discours médiatiques, d’interroger des pratiques d’information, notamment dans les situations conflictuelles, de façon à faire émerger un nous (Jacques 1991; Muhlmann 2004) qui ressource sans cesse la démocratie. (p. 170)

La deuxième partie, « Les médias, sujets et objets de la critique », porte le regard sur le devenir de la responsabilité énonciative en contexte médiatique, que ce soit du fait de la multiplication des instances énonciatives (journaliste, rédaction etc.) ou de la visée éthique des débats politiques à travers l’enjeu d’une responsabilité collective. Celle-ci repose sur « les représentations et les pratiques à partir desquelles un individu ou un groupe prennent en compte les problèmes de la communauté », qui « implique la nécessité de faire dialoguer des points de vue différents, voire conflictuels, afin d’aider à la résolution des problèmes dans un sens utile à la société. » (p. 205) On y trouve encore plusieurs analyses de cas concrets, comme les discours de Nicolas Sarkozy ou le fonctionnement de la rubrique Désintox du journal Libération. La troisième partie, « Émotions et empathie dans la reconstruction des événements », s’intéresse, au travers d’exemples concrets toujours, à la manière dont les émotions mises en discours peuvent servir des stratégies variées en sollicitant l’empathie, capacité à se mettre à la place des autres, chez l’allocutaire. La quatrième et dernière partie, « Citer (à comparaître), dessiner les autres et se positionner par rapport à leur point de vue », s’interroge dans un premier temps sur de nouvelles formes de citations autorisées par les dispositifs numériques dans un contexte plurisémiotique, et aux mécanismes d’enchâssement des discours qui en résultent. Il est ensuite question de la représentation des PDV d’autrui par un locuteur premier qui n’est pas toujours très visible : c’est par exemple le cas au sein des hyperstructures (Adam et Lugrin 2000) d’un journal d’information comme Le Monde. Rabatel montre ainsi que, même en l’absence de manifestations explicites du PDV de L1/E1, celui-ci est pourtant bel et bien à l’œuvre dans l’agencement des discours des énonciateurs seconds :

L’hypothèse que je défends est que ce PDV se lit (s’interprète) à travers la scénographie énonciative, et, plus spécifiquement, à travers le montage des extraits des locuteurs/énonciateurs seconds. (p. 423)
[…] si mon analyse est juste, alors l’hyperstructure ainsi que la déliaison locuteur/énonciateur sont des moyens dont se sert le locuteur, en dépit de la contrainte d’objectivité et d’informativité, pour « laisser parler les faits » (arrangés par E1) dans un sens qui agrée à E1, lui permettant de dire sans dire. (p. 430)

La conclusion, en forme de passage de relais, récapitule les acquis de la théorie du PDV pour une étude des discours médiatiques. Selon Rabatel, cette « lecture linguistique et critique des médias » entend poursuivre comme finalité le « bien commun » (p. 449)  : l’auteur invite ainsi à poursuivre les perspectives de recherches amorcées, en déplorant un possible manque de confrontation des PDV dans la recherche en humanités qu’appellerait le respect d’une éthique professionnelle universitaire.

La réédition revue de travaux antérieurs, augmentée d’inédits, publiés dans un même ensemble, donne au recueil sa cohérence et convainc le lecteur de l’opérativité des outils théoriques pour l’analyse des PDV dans les discours médiatiques. Les nombreuses études de cas pratiques, l’abondance d’exemples accompagnant les développements permettent d’ancrer la théorie dans l’expérimentation concrète dont elle procède. On citera pour illustrer ceci les contributions n°22 et 23 consacrées à l’étude des mécanismes citationnels du site Arrêt sur images (« Analyse énonciative du discours rapporté/montré direct et du discours d’escorte sur le site d’Arrêt sur images », pp. 379-394, « Analyse pragma-énonciative des s/citations du site d’Arrêt sur images » pp. 395-404). Publiées séparément, la première comme partie d’ouvrage et la seconde comme article en revue scientifique, elles se succèdent ici et permettent de lire dans sa continuité une étude qui interroge opportunément le devenir des opérations de représentation du discours autre dans l’environnement du Web. On s’étonnera cependant, dans ces deux contributions qui ont très bien saisi le caractère plurisémiotique et délinéarisé du discours en ligne (voir par exemple, à ce sujet, Paveau 2015), de l’absence de toute capture d’écran (les extraits étudiés étant simplement retranscrits comme base de l’analyse), dès lors qu’on trouve pourtant bien des reproduction des hyperstructures lors des analyses des articles du Monde. L’ouvrage s’enrichit enfin d’une bibliographie actualisée composée de nombreuses références liées à la question du PDV ; ainsi que d’un index des notions et des noms, et d’un glossaire des termes-clés.

Bibliographie

Adam, Jean-Michel, et Gilles Lugrin. 2000. « L’hyperstructure : un mode privilégié de présentation des événements scientifiques ? », Les Carnets du Cediscor. Publication du Centre de recherches sur la didacticité des discours ordinaires, no 6 (janvier): 133‑49.

Ducrot, Oswald. 1980. Les Mots du discours. Paris: Éditions de Minuit.

Id. 1984. Le Dire et le dit. Paris: Éditions de Minuit.

Jacques, Francis. 1991. « Consensus et conflit: une réévaluation ». In La communauté en paroles. Communication, consensus, ruptures, par Hermann Parret (éd.), 97‑123. Liège: Mardaga.

Muhlmann, Géraldine. 2004. Du journalisme en démocratie. Paris: Payot.

Paveau, Marie-Anne. 2015. « En naviguant en écrivant. Réflexions sur les textualités numériques ». In Faire texte. Frontières textuelles et opérations de textualisation, par Jean-Michel Adam (éd.), Besançon, 337‑53. Presses universitaires de Franche-Comté. En ligne: https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01163507/document

Rabatel, Alain. 2008a. Homo narrans: Les points de vue et la logique de la narration. Vol. 1. Limoges: Lambert-Lucas.

Id. 2008b. Homo narrans: Pour une analyse énonciative et interactionnelle du récit. Dialogisme et polyphonie dans le récit. Vol. 2. Limoges: Lambert-Lucas.

 

[1] Pour Rabatel, le locuteur est conçu comme l’instance productrice de l’énoncé à partir de laquelle s’organise le repérage déictique ou modal (cf. infra). Le locuteur est de facto un énonciateur premier (L1/E1), ce qui n’empêche pas qu’existe également dans le discours d’autres PDV dont le locuteur fait écho, mais qui se rapportent à d’autres énonciateurs.

[2] Si on ne peut qu’être d’accord avec Rabatel sur ce point, il n’est reste pas moins que les éléments linguistiques sont, de fait, intriqués dans la matérialité d’un support et qu’il est illusoire de vouloir se passer d’une approche sémiotique du dispositif médiatique dans lequel s’inscrit le discours.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.