Le point sur la thèse en cours. Journée des doctorants de l’ED3bis – 23 mai 2017 (Université libre de Bruxelles)

La journée annuelle des doctorants s’inscrit dans la formation doctorale en langues, lettres et traductologie organisée par l’ED3bis (f.r.s.-FNRS). La participation du doctorant à deux de ces journées est obligatoire pour la validation du cursus : au cours de l’une d’entre elles, il sera d’ailleurs invité à présenter brièvement son projet de thèse au moyen d’un poster. Si cette journée est parfois vécue par le doctorant comme un exercice imposé, c’est également un lieu d’échange, et surtout l’occasion de faire le point sur les orientations d’une thèse en cours : cadre théorique, méthode, choix du corpus, ou formulation des questions de recherche. Ayant déjà assisté l’an dernier à l’une de ces journées, je présentais donc hier matin l’état d’avancement de ma thèse.

Mon projet de thèse est lié à l’Action de Recherche Concertée « Genach » – acronyme de « Genèse et Actualité des Humanités critiques » – menée à l’Université de Liège (dir. G. Cormann et F. Provenzano). Pour situer son objet en quelques mots, le groupe de recherche Genach étudie la circulation des savoirs savants et les échanges culturels au sein des revues intellectuelles françaises et allemandes au lendemain de la seconde guerre mondiale, et ce jusqu’en 1980. Le projet va de pair avec la création d’une plateforme numérique où seront prochainement présentés et mis à disposition des usagers les résultats de la recherche, des matériaux d’archive, des annonces d’activités etc. dans l’optique d’expérimenter empiriquement « la fonction de collectivisation du savoir » (cf. Projet Genach) telle qu’elle a pu être assurée par les revues durant la période envisagée par l’ARC[1]. Ma thèse, dirigée par B.-O. Dozo et F. Provenzano, entend questionner le régime de production et de circulation des savoirs savants au sein des plateformes numériques de la recherche en sciences humaines, sous l’angle sémiotique et discursif.

1. Un bref état des lieux

  • Tout d’abord, en ce qui concerne la matérialité du texte numérique comme support de connaissances : les travaux menés dans le champ des Sciences de l’Information et de la Communication ont permis très tôt de penser les médiations du texte par les dispositifs informatisés. Ils ont aussi souligné les propriétés du texte numérique comme textiel, dont les composantes linguistiques et techniques, opératoires, sont étroitement imbriquées (Davallon et al. 2003; Tardy et Jeanneret 2007; Souchier 1998; Jeanneret et Souchier 2005);
  • On assiste, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, à l’émergence de nouveaux modes de diffusion de la recherche: les formes traditionnelles de la communication scientifique écrite que sont la monographie et l’article se transforment avec le numérique, tandis que se développent des pratiques de communication en ligne comme le blogging scientifique (Mounier et Dacos 2010; Beaudry 2011). On voit apparaître des plateformes de diffusion de la recherche (on peut citer, pour les SHS francophones : Cairn, Érudit, Persée, OpenEdition), où les textes scientifiques sont éditorialisés (Vitali-Rosati et Sinatra 2014), soit inscrits dans la réticularité du web et de la plateforme, soumis à des régimes particuliers de mise en visibilité et d’interactions. Ces plateformes reconfigurent le paysage éditorial et amènent de nouvelles pratiques, comme par exemple l’abonnement des bibliothèques universitaires aux « bouquets » de revues proposée par des éditeurs privés, ce qui peut coûter un argent considérable. De ce fait, on voit émerger les mouvements de l’accès ouvert et de l’Open Science (Eve 2014; Suber 2016) qui reposent sur le postulat qu’une recherche financée par l’argent public doit être rendue librement accessible au public ;
  • On voit naître par là l’idée de nouveaux publics de la recherche: les modes de communication scientifique numérique (revues ou monographies en ligne, mais également billets de blog, veille Twitter, etc.) rendent le texte scientifique polychrésique, càd susceptible de soutenir différentes logiques sociales et de mener à des usages différents (Jeanneret 2014 : 14), car ces textes sont potentiellement accessibles à un public hétérogène. L’accessibilité ne signifie pas l’appropriabilité ; les chercheurs et usagers des plateformes s’ajustent à cet environnement, ce qui peut entraîner d’éventuelles pratiques de vulgarisation, de médiatisation scientifique, l’engagement en faveur d’une science citoyenne (citizen science), etc. (Jacobi 1984; Fayard 1988; Jeanneret 1994; Bensaude-Vincent 2010; Stilgoe 2009) ;
  • Avec l’élargissement des publics potentiels de la recherche se pose la question de la valeur sociale des Humanités (Leclercq 2014; Sibertin-Blanc et Legrand 2009; Small 2013), dans un contexte où elles se trouvent dévalorisées au profit des STM (sciences, techniques, médecine). On cherchera alors à refonder la valeur des Humanités, et cela peut se faire entre autres en mettant en exergue le rôle critique qu’elles sont susceptibles de jouer sur des questions sociales. Le mouvement des Humanités Numériques (Dacos et Mounier 2014), qui a milité très tôt en faveur de l’accès ouvert, apporte une tentative de réponse en créant des dispositifs techniques (outils, plateformes de communication de la recherche, etc.) qui vont permettre une large diffusion de savoirs.

J’en arrive ici à l’ébauche d’une question de recherche très générale, qui devra être affinée (cf. infra) :

Dans cet environnement, comment se déploie la communication scientifique en sciences humaines d’un point de vue discursif, en termes de genres, de stratégies rhétoriques, de dialogisme, d’énonciation (en ce compris matérielle) ? [2]

2. Cadre théorique

Pour aborder cette question, j’ai besoin d’outils pour penser les dispositifs informatisés que sont les plateformes de communication de la recherche. Les travaux d’Yves Jeanneret sur la trivialité (Jeanneret 2008, 2014) fournissent une série de concepts opérants, mais pas à proprement parler de méthode:

  • La trivialité est définie non pas selon l’acception courante qui évoque quelque chose de banal, vulgaire, mais d’après son étymologie latine (trivium > le carrefour) : soit « le caractère fondamental des processus qui permettent le partage, la transformation, l’appropriation des objets et des savoirs au sein d’un espace social hétérogène. » (Jeanneret 2014 : 20);
  • Les travaux de Jeanneret permettent de penser les médiations matérielles et idéologiques des médias informatisés, et donnent également des clés pour appréhender la réécriture des savoirs en vue de leur circulation dans un espace social hétérogène ;
  • Jeanneret considère le discours comme un puissant opérateur de trivialité en ce qu’il met en lien, reformule, condense ou augmente les énoncés antérieurs. Les discours favorisent ainsi la circulation des savoirs à travers plusieurs pratiques, au rang desquels figurent les stratégies rhétoriques d’adaptation au public, la citation, la densification sémiotique et l’énonciation éditoriale (la liste n’étant pas exhaustive).

Le recours à ce cadre théorique complétera une approche plus classique en analyse (qualitative) des discours (Maingueneau 2009; Kerbrat-Orecchioni 1999; Amossy 2000, 2010; Adam 2011). Pour l’analyse du discours numérique, les recherches de Marie-Anne Paveau (Paveau 2015b, 2015a, 2012) fournissent des outils opératoires pour travailler les textes inscrits en réseau.

3. Choix du corpus

La plateforme OpenEdition sera utilisée comme lieu de corpus (Emerit 2016)[3]. Elle possède en effet des propriétés particulières qui la rendent intéressante au regard de ma question de recherche :

  • OpenEdition articule quatre plateformes complémentaires d’édition en sciences humaines et sociales (Revues.org pour les revues, Calenda pour les annonces, Hypothèses pour les carnets de recherche en ligne et OpenEditionBooks pour les monographies) ;
  • La plateforme poursuit une politique d’appropriation active du dispositif par les chercheurs, à travers une offre de formation et l’organisation d’événements communautaires (ThatCamp, assemblées des revues ou des carnetiers, etc.);
  • Enfin, elle s’engage en faveur de l’accès ouvert, pour la libre diffusion de la recherche auprès d’un public scientifique mais également extra-scientifique. Les discours d’accompagnement de la plateforme témoignent en outre d’une conscience très forte du rôle social que sont susceptibles de jouer les Humanités.

Ainsi qu’on l’a dit plus haut, la question de recherche reste trop large en l’état pour permettre de sélectionner des observables au sein du lieu de corpus et d’aboutir à des résultats pertinents. Je voudrais étudier plus spécifiquement les blogs francophones en sciences humaines, dont les textes sont, pour reprendre un terme de Marie-Anne Paveau, numériqués soit écrits nativement en réseau[4] . La question doit donc être reformulée pour aborder le lieu de corpus sous un angle plus spécifique :

Comment l’actualité qui caractérise l’écriture sur blog, souvent présentée comme une évidence, est-elle construite discursivement et sémiotiquement comme référent de la recherche dans les carnets Hypothèses ? De quelle actualité s’agit-t-il ? Il peut en effet s’agir de l’actualité du chercheur (ou du doctorant), d’un groupe ou centre de recherche, d’un média de la recherche (revues ou sites, extérieurs ou non à la plateforme OpenEdition) ou encore de l’actualité sociale : comment s’effectue cette construction de l’actualité dans ces différents contextes ?

Cette reformulation permettra sans doute de mieux délimiter les observables de ma thèse, les constituants du corpus, et les résultats attendus.

4. Hypothèses de travail

On peut encore ajouter quelques hypothèses de travail, à redéfinir/affiner ultérieurement :

  • Tout d’abord, celle d’une transformation du discours scientifique dans l’environnement numérique, et plus particulièrement en contexte d’accès ouvert, où il se caractérise par ce qu’on pourrait appeler d’après Amossy une nouvelle dimension argumentative (Amossy 2000) qu’amène la prise en compte du public hétérogène postulé par le contexte de l’Open Science. Il faudrait voir à quel niveau ces transformations se jouent, et en quoi elles concourent à faire du discours un opérateur de trivialité. Par exemple, voit-on (ou non) se modifier l’ethos du chercheur, les stratégies rhétoriques d’adaptation au public (lexique, rupture avec l’effacement énonciatif, absence d’embrayeurs etc.) ; quels sont les nouveaux genres de la recherche, par exemple l’investissement d’hypergenres (Maingueneau 2009) comme le billet, ou le recours aux interviews, etc. ;
  • Ensuite, il me semble qu’il faut reconsidérer l’idée de communication scientifique directe, utilisée pour parler du blogging ou du dépôt d’archives (Beaudry 2011). Cette dénomination fait l’impasse sur les médiations techniques et idéologiques du dispositif de la plateforme, les médiations discursives, les mécanismes de validation a posteriori (ainsi, les relais sur Twitter, les commentaires ouverts, etc.)[5];
  • Enfin, il faudrait voir en quoi cette transformation du discours, des auditoires projetés participe d’une tentative de relégitimer les savoirs en sciences humaines, d’une part en médiatisant le processus de la recherche en train de se faire, d’autre part en donnant aux savoirs un rôle concret (ex. : appropriation de connaissances pour « lire » l’actualité avec un regard critique). Il faudrait par exemple s’interroger sur le rôle du chercheur dans ce contexte, sur la nature du double processus de médiation (qui n’est pas forcément de la vulgarisation car celle-ci ne s’adresse qu’à un auditoire de profanes, ce qui n’est pas le cas du public hétérogène postulé par la plateforme Hypothèses) et de médiatisation de la recherche au sein des carnets étudiés.

Consulter ici le poster présenté lors de la journée des doctorants de l’ED3bis du 23 mai 2017.

Références

Adam, Jean-Michel. 2011. La linguistique textuelle: Introduction à l’analyse textuelle des discours. Paris: Armand Colin.

Amossy, Ruth. 2000. L’argumentation dans le discours. Paris: Nathan Université.

Id. 2010. La présentation de soi: ethos et identité verbale. Paris: Presses universitaires de France.

Beaudry, Guylaine. 2011. La communication scientifique et le numérique. Paris: Lavoisier.

Bensaude-Vincent, Bernadette. 2010. « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique ». Questions de communication, no 17 (juin): 19‑32. doi:10.4000/questionsdecommunication.368.

Boch, Françoise, et Fanny Rinck. 2010. « Pour une approche énonciative de l’écrit scientifique », n°41. En ligne: http://lidil.revues.org/3004.

Dacos, Marin, et Pierre Mounier. 2010. « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée ». In Lieux de savoir. 2. Gestes et supports du travail savant, édité par Christian Jacob, 2:N/A. Paris: Albin Michel. En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849/document.

Id. 2014. Humanités numériques: État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international. Institut Français. En ligne: http://issuu.com/institut_francais/docs/if_humanites-numeriques.

Davallon, Jean, Marie Després-Lonnet, Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec, et Emmanuël Souchier. 2003. Lire, écrire, récrire : Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Études et recherche. Paris: Éditions de la Bibliothèque publique d’information. En ligne: http://books.openedition.org/bibpompidou/394.

Deseilligny, Oriane. 2013. « Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran ». Sciences de la société, no 89 (octobre): 38‑53. doi:10.4000/sds.224.

Eve, Martin Paul. 2014. Open Access and the Humanities: Contexts, Controversies and the Future. Cambridge University Press. En ligne: http://ebooks.cambridge.org/ebook.jsf?bid=CBO9781316161012.

Fayard, Pierre. 1988. La communication scientifique publique: de la vulgarisation à la médiatisation. Lyon: Chronique sociale.

Herman, Thierry, dir. 2017. Techniques, rhétoriques et écrits scientifiques. Tranel, n°65 (printemps 2017). En ligne: http://www.unine.ch/tranel/home/tous-les-numeros/tranel-65.html.

Jacobi, Daniel. 1984. « Auteurs et lecteurs de la recherche ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n°6 (janvier): 484‑91.

Jeanneret, Yves. 1994. Écrire la science: Formes et enjeux de la vulgarisation. Paris: Presses Universitaires de France.

Id. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications.

Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Jeanneret, Yves, et Emmanuël Souchier. 2005. « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran ». Communication et langages 145 (1): 3‑15. doi:10.3406/colan.2005.3351.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1999. L’énonciation: De la subjectivité dans le langage. Paris: Armand Colin.

Leclercq, Bruno. 2014. « Qu’est-ce qu’un savoir critique ? » In Leurres de la qualité dans l’enseignement supérieur ? Variations internationales sur un thème ambigü, édité par Bruno Leclercq et Fallon, Catherine, 31 et sqq. Louvain-la-Neuve: Academia.

Maingueneau, Dominique. 2009. Analyser les textes de communication. 2e édition. Paris: Armand Colin.

Mounier, Pierre, et Marin Dacos. 2010. L’édition électronique. Paris: La Découverte.

Paveau, Marie-Anne. 2012. « L’intégrité des corpus natifs en ligne Une écologie postdualiste pour la théorie du discours ». Cahiers de praxématique, no 59 (juin): 65‑90.

Id. 2015a. « En naviguant en écrivant. Réflexions sur les textualités numériques ». In Faire texte. Frontières textuelles et opérations de textualisation, par Jean-Michel Adam, Besançon, 337‑53. Presses universitaires de Franche-Comté. https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-01163507/document.

Id. 2015b. « Présentation. Les textes numériques sont-ils des textes? » Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2014‑1 (février). https://itineraires.revues.org/2312.

Rinck, Fanny. 2010. « L’analyse linguistique des enjeux de connaissance dans le discours scientifique ». Revue d’anthropologie des connaissances 4, n° 3 (3): 427‑50.

Sibertin-Blanc, Guillaume, et Stéphane Legrand. 2009. Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs. Reims: Le Clou dans le fer.

Small, Helen H. 2013. The Value of the Humanities. Oxford: Oxford University Press.

Souchier, Emmanuel. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie 6 (2): 137‑45.

Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Cépaduès. Toulouse.

Stilgoe, Jack. 2009. Citizen Scientists: reconnecting science with civil society. Demos London. En ligne: http://creias.ipleiria.pt/files/2010/08/Citizen_Scientists_-_web.pdf.

Suber, Peter. 2016. Qu’est-ce que l’accès ouvert ? Traduit par Marie Lebert. Encyclopédie numérique. Marseille: OpenEdition Press. En ligne: http://books.openedition.org/oep/1600.

Tardy, Cécile, et Yves Jeanneret. 2007. L’écriture des médias informatisés: espaces de pratiques. Paris: Hermès science.

Tutin, Agnès, et Francis Grossmann, éds. 2013. L’écrit scientifique : du lexique au discours. Rennes: Presses universitaires de Rennes.

Vitali-Rosati, Marcello, et Michael E. Sinatra, éds. 2014. Pratiques de l’édition numérique. Parcours numérique. Montréal: Presses de l’Université de Montréal. En ligne: http://books.openedition.org/pum/306.

 

[1] Sur cette question, on consultera utilement le tout récent article de Marcello Vitali Rosati dans TheConversation, qui déplore le fait que les revues n’assurent plus ce rôle dans l’environnement numérique.

[2] Si la question de la communication scientifique numérique a été beaucoup travaillée dans le champ de l’information et de la communication, il n’en va pas de même en analyse du discours. Il existe par ailleurs des travaux importants sur les écrits scientifiques en analyse du discours (Rinck 2010; Bock et Rinck 2010; Tutin et Grossmann 2013) ou en rhétorique (comme le dernier numéro de la revue Tranel, « Techniques, rhétoriques et écrits scientifiques » [Herman 2017]) mais qui n’abordent pas encore, sauf erreur de ma part, ce que devient ce discours dans l’environnement numérique.

[3] Le lieu de corpus est entendu comme un « espace numérique délimité dont les données possèdent trois caractéristiques incompatibles avec la notion de corpus : l’instabilité, la mixité et l’incomplétude ». On y prélève les observables qui sont alors artificiellement coupés de leur inscription dans l’environnement numérique.

[4] Ou en tout cas, conçus pour être lus et diffusés dans un environnement connecté – Emerit (2016) juge utile de ce point de vue de parler de degrés de numéricité (Emerit 2016 : §26) pour témoigner d’un continuum des pratiques.

[5] À ce propos, la thèse de Bérangère Stassin, La blogosphère info-doc (Stassin 2016), met très justement en cause l’idée d’une absence de médiation dans les textes autopubliés.


Une pensée sur “Le point sur la thèse en cours. Journée des doctorants de l’ED3bis – 23 mai 2017 (Université libre de Bruxelles)”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.