La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (1)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Avertissement: Ces notes de lecture ne constituent pas à proprement parler un compte rendu. Elles cherchent à montrer l’intérêt de la notion de trivialité, élaborée par Yves Jeanneret, pour une étude portant sur la manière dont les connaissances scientifiques se diffusent à travers une plateforme numérique comme OpenEdition. Elles pourraient dès lors paraître lacunaires ou simplistes au regard du projet de l’auteur. Partant des deux ouvrages publiés par Jeanneret autour de la trivialité, il s’agira en ce qui me concerne de mettre en évidence les grilles de lecture qu’il suggère pour aborder les pratiques triviales, et la manière dont elles peuvent être appliquées dans une étude de la plateforme OpenEdition.

L’élargissement des modes de production et de diffusion des savoirs est au cœur du projet des Digital Humanities. Cette préoccupation se voit clairement exprimée à l’entame du premier manifeste de ce champ de recherche (Schnapp & Presner 2009), lié comme on le sait à l’usage des méthodes informatiques dans les sciences humaines et sociales. Il a débouché -entre autres choses- sur la mise au point d’outils favorisant la circulation des connaissances : bases de données en ligne, valorisation de collections d’archives sur des sites dédiés, cartographies interactives, édition scientifique électronique… Le développement de ces techniques s’est accompagné d’un retour réflexif sur les conditions concrètes de la dissémination des savoirs en contexte numérique. Aux Sofware Studies et aux approches matérialistes (p. ex. Kirschenbaum 2008, Drucker 2013, Stiegler 2014, Gras 2015, Magis et Granjon 2016) se mêlent des enquêtes plus larges visant à appréhender les impacts du numérique sur notre culture et nos modes d’organisation sociale (p. ex. Doueihi 2008 et 2011, Casilli 2012, Caron 2014).

Les Sciences de l’Information et de la Communication se sont depuis longtemps intéressées aux médiations matérielles des échanges communicationnels, et privilégient une perspective « continuiste »  dans l’approche des médiations introduites par le numérique. Ainsi que le soulignaient les auteurs de l’introduction au dossier Humanités numériques et SIC (Domenguet, Bonaccorsi et Carayol 2016 : §1), « la question de l’artefactualité technique, impliquée par toute transmission ou transformation d’informations ou de connaissances, est depuis la fin des années 70 une question essentielle des SIC ». Au sein de la même livraison, Marc Jahjah (2016) précisait en quoi les propositions de la bibliographie matérielle de McKenzie (McKenzie & Chartier 1991) sur le sens que produisent les formes, prolongées par les travaux sur l’énonciation éditoriale d’Emmanuel Soüchier (1998, 2007) enrichissaient l’étude des textes, en y intégrant son image matérielle. Dans l’environnement numérique, ces outils permettent de rendre compte des écrits d’écran (Jeanneret et Souchier 2005) dans toute leur complexité sémiotique[1].

Les travaux d’Yves Jeanneret sur la trivialité, élaborés à partir de recherches menées plusieurs décennies durant et enrichis par le dialogue de l’auteur avec un large réseau scientifique interdisciplinaire, s’inscrivent dans une démarche similaire. Jeanneret part du postulat que les productions culturelles se modifient continuellement, du fait même de leur circulation et de leur appropriation. Cette appropriation passe en premier lieu par un travail sur les formes :

Les hommes créent, pérennisent et partagent les êtres culturels, qu’ils élaborent en travaillant les formes que ces derniers peuvent prendre et en définissant la façon dont les formes font sens: il en est ainsi de nos savoirs, de nos valeurs morales, de nos catégories politiques, de nos expériences esthétiques. (Jeanneret 2008 : 13)

La notion de trivialité, loin de toute connotation négative véhiculée par l’acception courante du terme (c’est en fait un retour à l’étymologie latine, où trivium désigne le carrefour), est indissociable de celle d’êtres culturels, sur lesquels elle agit :

J’entends par « être culturel » une complexe qui associe des objets matériels, des textes, des représentations et qui aboutit à l’élaboration et au partage d’idées, d’informations, de savoirs, de jugements. Il s’agit de configurations dynamiques qui traduisent l’élaboration historique des ressources et enjeux d’une société: des postures, des savoirs, des valeurs, qui ne se comprennent pas les uns sans les autres et qui reposent sur une panoplie d’objets et de procédures, sans toutefois se résumer à ce seul inventaire technique. (Jeanneret 2008 : 16)

Comme êtres culturels affectés par la trivialité, les connaissances scientifiques se transforment selon les espaces sociaux qu’elles traversent et les usages qui en sont fait (traduction, vulgarisation, dialogue interdisciplinaire, etc.). Il s’agit là d’un processus dynamique, qui suppose une conception particulière de la communication non comme simple transfert d’information à travers un canal de transmission, mais comme activité créatrice de social (Jeanneret 2008 : 17-19). C’est par ces transformations issues d’un processus d’appropriation que l’être culturel se « charge de valeur » (Jeanneret 2008 : 15).

Les portails et plateformes en ligne jouent un rôle de transmission et de transformation des êtres culturels; rôle jusque-là assuré essentiellement, dans la culture occidentale, par le livre (Jeanneret 2008 : 66). Ces espaces numériques génèrent de nouvelles pratiques triviales à travers les formes et moyens de réécritures qu’ils autorisent. Il s’agit là d’une question abordée dans le chapitre «  Susciter des pratiques » (Jeanneret 2014 : 178-244), qui interroge la manière dont ces dispositifs médiatisants agissent sur la trivialité des êtres culturels en « stimulant les pratiques des sujets » (Ibid. : 179). L’auteur relève également que les médias informatisés sont solidaires d’une « nouvelle économie scripturaire » (Ibid. : 388) qui redéfinit les liens entre écriture et pratiques. La pensée de la trivialité développée par Yves Jeanneret me paraît ainsi constituer un prisme engageant pour l’observation de la circulation des savoirs sur la plateforme OpenEdition, en particulier la manière dont cette circulation résulte de pratiques et usages entrant en résonance avec un projet éditorial particulier. Celui-ci repose en effet sur l’appropriation du dispositif par l’utilisateur, qui peut recourir à la consultation de sites d’accompagnements (comme La maison des revues ou La maison des carnets), de listes de discussions (la liste des carnetiers) ou encore s’inscrire à des formations dispensées par le Centre pour l’Édition Électronique Ouverte.

La question des modes de circulation des savoirs dans l’environnement numérique est traitée plus spécifiquement dans le second volume que consacre Jeanneret à la notion de trivialité (2014). Toutefois, pour mieux saisir le cadre global de sa réflexion, l’introduire par le cheminement théorique développé dans le premier ouvrage (2008) me paraît nécessaire.

La suite de ces notes de lecture paraîtra dans un prochain billet.

Bibliographie

Caron, Daniel J. 2014. L’homme imbibé: De l’oral au numérique : un enjeu pour l’avenir des cultures ? Paris: Hermann.
Domenget, Jean-Claude, Julia Bonaccorsi, et Valérie Carayol. 2016. « Introduction au dossier « Humanités numériques et SIC » ». Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 8(janvier). https://rfsic.revues.org/1984. Consulté le 3 août 2016.
Doueihi, Milad. 2011a. Pour un humanisme numérique. Paris: Seuil.
Id.. 2011b. La grande conversion numérique: Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. Points. Paris: Seuil.
Drucker, Johanna. 2013. « Performative Materiality and Theoretical Approaches to Interface ». Digital Humanities Quarterly 7 (1). http://www.digitalhumanities.org/dhq/vol/7/1/000143/000143.html. Consulté le 3 août 2016.
Granjon, Fabien, et Christophe Magis. 2016. « Critique et humanités numériques: Pour une approche matérialiste de l’ »immatériel » ». Variations. Revue internationale de théorie critique, no 19 (avril). https://variations.revues.org/748. Consulté le 3 août 2016.
Gras, Stéphan-Eloïse. 2015. « Éthique computationnelle et matérialisme numérique : l’apport des Software Studies ». Critique n° 819-820 (8): 667‑79.
Jahjah, Marc. 2016. « De la bibliographie matérielle aux « Digital Studies » ? » Revue française des sciences de l’information et de la communication, no 8(janvier). doi:10.4000/rfsic.1968. Consulté le 3 août 2016.
Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications.
Id.. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.
Jeanneret, Yves, et Emmanuël Souchier. 2005. « L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran ». Communication et langages 145 (1): 3‑15. doi:10.3406/colan.2005.3351. Consulté le 5 janvier 2016.
Kirschenbaum, Matthew G. 2008. Mechanisms: New Media and the Forensic Imagination. MIT Press.
McKenzie, Donald-F. 1991. La bibliographie et la sociologie des textes. Traduit par Roger Chartier. Cercle de la Librairie.
Schnapp, J., et Todd Presner. 2009. « The Digital Humanities Manifesto 2.0 ». http://www.humanitiesblast.com/manifesto/Manifesto_V2.pdf. Consulté le 3 août 2016.
Souchier, Emmanuel. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie N° 6 (2): 137‑45.
Souchier, Emmanuël. 2007. « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale ». Communication et langages 154 (1): 23‑38. doi:10.3406/colan.2007.4688.
Stiegler, Bernard, dir. 2014. Digital Studies: Organologie des savoirs et technologies de la connaissance. s.l.: Fyp éditions.
Vitali Rosati, Marcello. 2016. « What is editorialization? » Sens public, janvier. http://www.sens-public.org/article1059.html. Consulté le 3 août 2016.

[1] Les travaux de M. Vitali Rosati autour de  la notion d’éditorialisation (2016) abordent également la question de la production des connaissances en contexte numérique à la lumière du support technique. L’approche me semble toutefois différente de celle proposée par les SIC, l’espace numérique dans lequel s’inscrit les connaissances étant « produit » par un « ensemble de dynamiques » – sociales, techniques, etc. Je voudrais y consacrer prochainement un billet de réflexion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.