Le lecteur attendu

La production scientifique en accès ouvert fait le pari du lecteur inattendu (Smith 2011) : celui-ci, un profane (averti tout de même) tirerait profit de la consultation des textes scientifiques, désormais accessibles sans barrières sur le web via les plateformes d’édition actives dans la promotion du libre accès. Il en résulterait au minimum un double bénéfice : pour la recherche d’abord, par le développement possible des pratiques de crowdsourcing ; pour le bon fonctionnement d’une société démocratique ensuite, par l’accès facilité à des savoirs sur lesquels le citoyen est susceptible de devoir s’exprimer[1].

Or, on ne peut que constater, à la suite de Dacos et Bester (2009) dans leur tentative de cerner le lectorat de Revues.org, la faiblesse des indices sur lesquels repose ce postulat : les logs de connexion, principaux indicateurs de l’usage des textes scientifiques, sont partiellement faussés par la présence massive de bots. Par ailleurs, la méconnaissance du lectorat réel que masquent ces logs reste un problème de taille, puisque les enquêtes qualitatives menées en milieu universitaire ne touchent généralement que des individus au capital socio-culturel élevé qui ne correspondent pas vraiment au lecteur inattendu (Lemercier 2016). Peut-on dire dès lors quelque chose de sensé sur l’usage des savoirs dans le contexte de l’accès ouvert et, si oui, sur la base de quels observables travailler ? Je n’ai certes pas la prétention d’épuiser la question dans le cadre de ce billet, mais il me semble qu’il faut en tout cas repréciser ce que l’on entend par « usages réels », et dans quelle perspective disciplinaire on entend les étudier.

À mon sens, le bénéfice des discours entourant le lecteur inattendu réside précisément en qu’il contribue à transformer les conditions de production des savoirs en postulant l’existence de ce lectorat extra-universitaire rendu possible par l’Open Science. Qu’on considère ainsi, pour prendre un exemple qui nous concerne de près, le contenu de la rubrique « À propos » de la plateforme Hypothèses : il y est ainsi spécifié que « [les textes] ne s’adressent pas exclusivement à des spécialistes, mais également au grand public. »[2] – explicitation d’un projet communicationnel bien précis, instrumenté par le dispositif médiatique de la plateforme de blogging scientifique. Les chercheurs sont invités à se l’approprier, que ce soit intuitivement, en suivant une formation, en recherchant des conseils sur la Maison des carnets, en échangeant sur la liste des carnetiers, etc. pour diffuser des connaissances vers un public que l’on suppose hétérogène ; de plus, par l’animation de ces lieux de sociabilité, par l’éditorialisation quotidienne des contenus en Une d’Hypothèses ou par la promotion de nouveaux carnets, la plateforme de blogging invite à faire communauté. Les textes scientifiques publiés sur Hypothèses constituent une trace bien concrète de l’appropriation d’un dispositif de médiat(isat)ion scientifique, un observable sur base duquel étudier des « usages réels » – provenant non des usagers en tant que lecteurs, mais des usagers en tant que chercheurs, et attestant de la manière dont ils travaillent les formes données aux savoirs pour faciliter leur diffusion et les rendre éventuellement appropriables par le public non universitaire qu’anticipe le comité éditorial de la plateforme.

Les sciences du langage – l’analyse des discours et la pragmatique en particulier – s’attachent à déceler dans le texte la construction d’un allocutaire invité à prendre part à la construction du sens, et sur lequel le discours cherche à agir. En ce qui concerne les mécanismes de la coopération textuelle, Umberto Eco (1985) a montré dans Lector in fabula comment le texte anticipait un Lecteur Modèle qui, en usant de sa compétence encyclopédique, est à même de reconstituer sa cohérence. D’autre part, la notion de dimension argumentative développée par Ruth Amossy (2000) en analyse du discours défend l’idée que tout discours, quel qu’il soit, suppose la volonté d’agir sur l’allocutaire, ne serait-ce que pour faire partager un point de vue. Elle s’appuie en cela sur les propositions de la nouvelle rhétorique de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (1958), dans laquelle l’argumentation se déploie pour convaincre un auditoire. Or, cet auditoire ne correspond pas à un public précisément circonscrit : il est au contraire une construction mentale de l’orateur[3], issue de son expérience et de son appréciation du contexte dans lequel il communique. Cette représentation mentale du public conditionne le choix des arguments. De la justesse de l’image construite, de la prise en compte d’une éventuelle hétérogénéité de l’auditoire dépend l’efficacité de l’adhésion aux thèses suscitées ou plus simplement, dans la perspective de la dimension argumentative, la ratification d’un point de vue ou l’intégration d’un savoir.

Dès lors, on peut raisonnablement faire l’hypothèse que la communication scientifique se transforme dans ce contexte de l’Open Science, en ce qu’elle suppose un allocutaire différent, un auditoire hétérogène distinct de l’auditoire traditionnellement composé de pairs et de membres d’une même communauté disciplinaire – et cela, indépendamment des « usages réels » au sens d’une identification des logs de connexion et des pratiques effectives d’utilisation des savoirs par des lecteurs non-universitaires. En d’autres termes, même si la connaissance des publics effectivement touchés et des usages qu’ils font des savoirs reste incertaine à ce stade (ou doit être reconstituée à l’aide d’autres observables), il est en revanche plus que probable que l’Open Science oriente les modes de production des savoirs scientifiques et anticipe des usages précis : et cette hypothèse peut être mise à l’épreuve en étudiant l’image du nouveau Lecteur Modèle ou de l’auditoire qu’elle suppose à partir d’observables concrets, de ces autres traces d’usage que sont les textes scientifiques conçus pour être diffusés en libre accès. Le lecteur attendu procède du lecteur inattendu, sans doute à même de constituer un angle d’attaque pertinent pour l’étude des transformations des pratiques de savoir en régime d’accès ouvert.

Bibliographie

Tous les liens ont été vérifiés le 10 mai 2017.

Amossy, Ruth. 2000. L’argumentation dans le discours. Paris: Nathan Université.

Bester, Emma, et Marin Dacos. 2010. « Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009? » En Ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00452002/document.

Eco, Umberto. 1985. Lector in fabula. Paris: Grasset.

Lemercier, Claire. 2015. « Pour qui écrivons-nous ? » Revue d’histoire moderne et contemporaine 2015/5 (62‑4 bis): 43‑61.

Perelman, Chaïm, et Lucie Olbrecht-Tyteca. 1958. La Nouvelle Rhétorique. Traité de L’argumentation. Paris: Presses Universitaires de France.

Smith, Kevin J.D. 2011 (15 novembre). « The unexpected reader ». Scholarly Communications @ Duke. En ligne: http://blogs.library.duke.edu/scholcomm/2011/11/15/the-unexpected-reader/.

Stilgoe, Jack. 2009. Citizen Scientists: reconnecting science with civil society. Demos London. http://creias.ipleiria.pt/files/2010/08/Citizen_Scientists_-_web.pdf.

[1] On pourrait y ajouter la collaboration de scientifiques et de citoyens sur des questions d’intérêt général, ainsi que le décrit Stilgoe dans Citizen Scientists (2009).

[2] Hypothèses, « À propos », https://fr.hypotheses.org/a-propos-dhypotheses, consulté le 08/05/2017.

[3] Orateur est ici entendu au sens rhétorique du terme : il peut tout aussi bien s’agir de communication écrite.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.