Après les attentats. L’actualité construite comme objet de recherche sur Hypothèses

Remarque: ce travail a été réalisé dans le cadre du séminaire doctoral « Analyse des médias numériques » dispensé par le Pr J. Bonaccorsi (18-21 avril 2017, UCL – FUCaM)

Le carnet de recherche Hypothèses est le lieu d’une mise en visibilité des activités universitaires. Les chercheurs l’investissent pour communiquer l’actualité de leur recherche (notes, réflexions, etc.), ou pour diffuser des informations résultant d’une veille scientifique : annonces, recensions, etc. (Dacos et Mounier 2010). Ce travail de séminaire entend étudier deux carnets de recherche qui prennent pour référent un événement lié à l’actualité, à savoir les attentats de Paris : UC@ctualité (sous-section : Les attentats, et après ?) et Janvier/Novembre 2015 : Réfléchir après… Je voudrais montrer de quelle manière la construction de l’actualité comme objet de recherche répond au sein de ces carnets à des logiques différenciées, qui transparaissent dans leur énonciation visuelle, éditoriale, ainsi que dans leurs rythmes de publication. Cette construction de l’actualité donne par ailleurs à voir une mise en scène particulière de l’activité scientifique : je souhaite également questionner la posture des énonciateurs et l’image de l’énonciataire qu’ils construisent.

Les observables envisagés ici sont, d’une part, les pages d’accueil de ces carnets telles que capturées en date du 19 avril 2017 et, d’autre part, les deux articles qui en explicitent le projet communicationnel : « Ouverture » dans Janvier/Novembre 2015, et « Les attentats, et après [éditorial] » de UC@ctualité (Gautier et Fabre 2016; Zouari et Gay 2016; « Janvier/Novembre 2015. Réfléchir après… » 2017, « Les attentats et après ? – UC@ctualité » 2017).

Le premier contact avec la page d’accueil des carnets étudiés témoigne, d’un point de vue strictement visuel, de choix contrastés. L’image du bandeau apparaît à cet égard signifiante : si celle d’UC@ctualités montre un alpiniste isolé sur un somment enneigé, contemplant à la jumelle le paysage qui s’offre à lui – vision presque caricaturale de l’universitaire planant au-dessus de la mêlée –, le bandeau de Janvier/Novembre 2015 présente précisément une photographie en gros plan de cette mêlée, issue probablement des manifestations ayant suivi les attentats. On y voit des corps serrés, des mains nouées, à travers lesquelles on peut lire la recherche d’un renforcement des liens sociaux et d’une cohésion nationale sécurisante (dont témoigne d’ailleurs le panneau portant la mention « Pas peur »). Les tons contrastent également : à la paix tranquille et froide du décor blanc et bleu s’opposent les nuances de gris, rappelant les coloris de la presse imprimée ancienne, sur lesquelles tranche le rouge des liens cliquables – couleur vive pouvant évoquer le sang versé. À la prise de hauteur, s’oppose une approche que l’on voudrait « en situation ».

Les éléments de titre contribuent à éclairer la saisie de l’actualité comme objet de recherche, avant toute lecture plus poussée du projet communicationnel du carnet. Le sous-titre de Janvier/Novembre 2015 est Réfléchir après…, tandis que celui de la sous-section d’UC@ctualité consacrée à ce même sujet s’intitule Les attentats : et après ? Il s’agirait donc non pas de parler des attentats en eux-mêmes, mais bien d’aborder via une approche réflexive les défis auxquels fait face une société désormais marquée par le traumatisme qu’ils ont occasionné. L’actualité n’est pas celle de l’événement, mais celle d’un état social dans lequel s’exerce l’activité de recherche, un après où s’inscrit la réflexion universitaire.

La logique éditoriale, l’organisation documentaire et les rythmes de publication de ces carnets de recherche diffèrent sensiblement. Janvier/Novembre 2015 est un espace de mise à disposition de documents liés à des cycles de conférences : vidéos ou textes, mais également recensions d’ouvrages et notes critiques. Il associe ainsi le traitement de l’actualité sociale à la mise en visibilité des matériaux d’un travail de recherche, qui s’y trouvent archivés. Les publications suivent a minima le rythme des conférences et l’actualité des publications liée au thème sociaux abordés. Les rubriques organisant les contenus du site ne sont pas thématiques, mais correspondent à des activités concrètes (conférences – à écouter – atelier de lecture – à lire) – qui sont soit le résultat d’un travail du chercheur, soit une suggestion faite au lecteur. À l’inverse, UC@ctualités se présente comme un lieu de prise de parole pluridisciplinaire par des intervenants d’horizons divers, qui sont librement invités à s’y exprimer (une adresse de contact est fournie pour toute proposition de contribution). Le rythme de publication est de ce fait très souple, et dépend des contributions qui seront proposées. Le site distribue ses billets entre deux rubriques thématiques : « Les attentats et après ? » et « Les espaces du vivre ensemble ».

Les formes textuelles mobilisées pour donner corps à la communication scientifique informent également sur la manière dont l’actualité est construite comme objet de recherche. Les carnets de recherche Hypothèses ont pour architextes les CMS des blogs WordPress ; ceux-ci se déclinent en une gamme de thèmes variés[1]. On peut grossièrement établir une ligne de démarcation entre deux types d’organisation des contenus (outre la ou les colonne(s) verticale(s) qui encadre(nt) les billets) : une organisation en mode « magazine » où plusieurs posts sont susceptibles de s’aligner horizontalement et une organisation en mode « blog » plus classique, où les billets se succèdent sur le plan vertical uniquement. Janvier/Novembre 2015 adopte le thème Twenty fourteen, dans lequel un second bandeau éditorialise les billets les plus récents issus des différentes catégories du carnet (dont la mise en visibilité est renforcée par des vignettes d’illustrations). Il se rattache ainsi au type magazine. UC@ctualité adopte pour sa part le thème Twenty sixteen qui convient davantage aux blogs : seul le billet le plus récent figure en tête de la page. Ce qui mène à un paradoxe apparent : si l’énonciation éditoriale de Janvier/Novembre 2015 le rapproche ainsi du modèle culturel du magazine, sa logique éditoriale est celle de la chronique d’une activité en cours : un cycle de conférence se déroule linéairement dans le temps, les comptes rendus accompagnent la sortie de nouveautés, etc. Inversement, UC@ctualité poursuit une logique éditoriale de type « magazine », par la publication successive d’articles thématiques émanant de contributeurs divers, sans être liée au déroulement d’une activité de recherche.

Les deux carnets poursuivent en revanche de manière très explicite le même souci d’une diffusion extra-universitaire des analyses produites et s’inscrivent dans un processus de médiation vers la société civile – suivant en cela la promesse communicationnelle d’Hypothèse d’adresser les productions scientifiques des blogs non seulement aux spécialistes, mais également au grand public[2]. Janvier/Novembre 2015  indique dans le texte de présentation son souhait de « mettre à disposition une édition adaptée des textes de conférences » [je souligne] ainsi que d’autres matériaux critiques « en réaction au grand ‘blabla’ politico-médiatique quand celui-ci est manifestement un déni du réel. » – position pour le moins abrupte apte à conforter une méfiance croissante du public à l’égard des médias traditionnels. Plus mesuré, le texte d’ouverture insiste sur le rôle des événements comme catalyseurs de questions déjà sous-jacentes, auxquelles on n’échappe plus désormais, « après ». Ce qui a donné lieu à l’organisation par des universitaires, de leur propre aveu « non spécialistes », d’un cycle de conférences à l’intention d’un large public en demande dont le carnet de recherche se fait l’écho. UC@ctualités prône pour sa part, dans son éditorial, une prise de recul par rapport au traitement immédiat des attentats par les médias traditionnels et les réseaux sociaux. Le rôle des universitaires est alors d’apporter une analyse distanciée, un regard particulier sur l’actualité mais, comme dans Janvier/Novembre 2015, ce regard ne se prétend pas celui d’experts ès attentats. Les responsables éditoriaux estiment de cette manière renouer avec « l’ouverture à la société qui est [leur] vocation première ». On constate ainsi que l’actualité de l’après dont il est question dans les éléments de titre revêt des réalités différentes : pour une part, c’est la mise à jour de questions implicites qui ne peuvent le rester, ni rester sans réponse, après les événements ; d’autre part, une réflexion qui se laisse le temps de l’analyse sur ces mêmes événements et leur inscription dans un horizon de connaissances universitaires interdisciplinaires (histoire, sociologie, littérature, etc.) à même de leur donne­r du sens.

À la suite de cette brève analyse, que peut-on retenir des modalités de construction de l’actualité comme référent au sein d’UC@ctualité et de Janvier/Novembre 2015 ? Les écrits des carnets de recherche peuvent être envisagés comme des traces d’usage, d’appropriation d’un dispositif éditorial qui est celui de la plateforme Hypothèses, elle-même section de la plateforme OpenEdition. Les chercheurs, qui forment une catégorie d’usagers, s’ajustent au dispositif et prennent ici la posture du médiateur ; on y reviendra. Ce dispositif de communication de la recherche recourt aux architextes du blog, qui est à l’origine utilisé comme outil de veille (Web-log) puis comme page personnelle où se raconte l’actualité de l’énonciateur – d’où, dans le carnet de recherche, les usages répandus de communication d’une actualité de la recherche (annonces, séminaires, recensions, etc.) ou du chercheur (réflexions en cours, états d’âme, etc.). L’actualité sociale entre ici en résonnance avec l’actualité de la recherche : UC@ctualité invite les universitaires à prendre la parole pour investir une place dans la société civile, marquée par un contexte d’actualité bien défini. Janvier/Novembre 2015 articule toutefois des strates d’actualité plus complexes : outre cette même mission que se donnent les universitaires de dialoguer avec la société civile (ici, par la mise à disposition de documents issus de manifestations scientifiques ouvertes au grand public), il s’agit également de mettre en visibilité d’une part l’actualité d’une activité de recherche et l’archivage progressif des matériaux associés, et d’autre part l’actualité des publications liées aux thématiques abordées par les recensions détaillées d’ouvrages. La tension archive/actualité animant la vie de la recherche est plus forte dans ce dernier cas.

Ce parcours sur la construction de l’actualité comme référent et sur l’énonciation éditoriale des carnets nous renseigne aussi sur la construction de l’autorité par l’énonciateur et la posture attribuée à l’énonciataire, au lecteur attendu qu’anticipe le carnet de recherche. Énonciateurs et énonciataires sont tous deux décrits comme citoyens partageant un même « après ». Aucun ne peut prétendre au statut d’expert, mais les universitaires se positionnent, par l’investissement d’un carnet de recherche destiné au public extra-académique, en intellectuels à même d’apporter à ce public le complément d’information dont il est demandeur. Les deux carnets diffèrent en revanche radicalement quant à l’image de l’énonciataire qu’ils construisent. Si Janvier/Novembre 2015 multiplie les suggestions à l’encontre du lecteur profane (lien cliquable vers les inscriptions aux conférences, suggestions de lecture, etc.), UC@ctualité adresse une suggestion de participation aux seuls universitaires invités à prendre la plume – si l’on fait l’impasse évidemment sur l’incitation à laisser des commentaires, ouverte à chacun, que permet l’architexte du blog (non utilisée par les lecteurs d’ailleurs : aucun des posts de la page d’accueil des deux carnets étudiés ne fait l’objet d’un commentaire). Si l’un et l’autre carnet anticipent un lecteur non universitaire, la réquisition de ce lecteur et son implication active n’a pas la même force. Enfin, si UC@ctualité place davantage la focale sur l’universitaire médiateur, par sa logique de réquisition et son énonciation éditoriale, et ne donne finalement qu’une image assez floue de l’énonciataire attendu, Janvier/Novembre 2015 engage l’universitaire comme partie prenante d’une communauté de citoyens dans une logique de partage (cf. suggestions) et de resserrement des liens sociaux (cf. image du bandeau).

Bibliographie

Tous les liens ont été vérifiés le 19 avril 2017.

Dacos, Marin, et Pierre Mounier. 2010. « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée ». In Lieux de savoir. 2. Gestes et supports du travail savant, édité par Christian Jacob, 2:N/A. Paris: Albin Michel. En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849/document.

Gautier, Claude, et Marie Fabre. 2016 (21 mars). « Ouverture | Janvier/Novembre 2015. Réfléchir après… ». Janvier/Novembre 2015. Réfléchir après…. http://apres2015.hypotheses.org/category/ouverture.

« Janvier/Novembre 2015. Réfléchir après… » [site]. 2017. http://apres2015.hypotheses.org/.

« Les attentats et après ? – UC@ctualité » [site]. 2017. https://ucactualite.hypotheses.org/category/les-attentats-et-apres.

Zouari, Khaled, et Pascal Gay. 2016 (6 juillet). « Les attentats, et après ? [éditorial] ». UC@ctualité. Une mise en perspective de l’actualité par les universitaires. https://ucactualite.hypotheses.org/category/editorial.

[1] On en trouvera une description détaillée sur https://fr-be.wordpress.org/themes/

[2] « À propos », Hypothèses, https://fr.hypotheses.org/a-propos-dhypotheses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.