Hayles, N.-Katherine. 2016. Lire et penser en milieux numériques : Attention, récits, technogenèse. Grenoble: ELLUG

 

L’environnement numérique affecte à bien des égards notre manière de raisonner, d’appréhender le réel, de l’expérimenter. Les modes d’inscription et de transmission des savoirs, des œuvres culturelles, se trouvent modifiés par les médias numériques et les paradigmes de pensée qu’ils favorisent. Comment s’effectuent concrètement ces transformations, à travers quelles matérialités, et avec quelles conséquences sur les pratiques intellectuelles ? N.-K. Hayles, chimiste reconvertie dans l’enseignement de la littérature à l’Université Duke de Durham (États-Unis), mène l’enquête dans des secteurs a priori aussi disparates que les humanités numériques, les neurosciences, la littérature ou l’histoire des codes télégraphiques ; ce tour d’horizon fournit au demeurant des clés pour comprendre la technognèse, entendue comme la « coévolution des facultés humaines et des dispositifs médiatiques » (p. 22). Le livre, paru originellement sous le titre How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis (University of Chicago Press, 2012), possède une extension en ligne sur le site personnel de l’auteure (How We Think : A Digital Companion), où le lecteur intéressé trouvera des ressources complémentaires. La traduction française de Christophe Degoutin est précédée d’une introduction fournie d’Yves Citton, qui met en évidence son intérêt pour la compréhension des enjeux entourant actuellement les humanités. Celles-ci trouveraient, avec les médias numériques, l’opportunité de se repositionner en spécialités de la médiation.

Hayles inscrit son propos dans le champ des études médiatiques, à la suite des travaux de Lev Manovich (2001), d’Alan Liu (2008) ou de Matthew Kirschenbaum (2008). Elle plaide pour une approche en études des médias comparés qui ferait « ressortir les différents types de pratiques de lectures, de compétences de lecture et de communautés qui ont prédominé à différentes époques de l’histoire des médias. » (p. 46). Pour rendre compte de la technogenèse, l’accent est mis sur la matérialité des médias numériques (interfaces, instruments, etc.), en particulier ses effets sur le corps et ses prolongements dans l’environnement. L’auteure soutient l’idée d’une cognition incarnée,

ce qui veut dire, pour les humains, qu’elle existe dans tout le corps et pas seulement dans le néocortex. Elle s’étend d’ailleurs au-delà des frontières du corps, au point de remettre en question notre capacité à dire où les réseaux cognitifs se terminent, ni même s’ils se terminent vraiment. (p. 62).

C’est ainsi notre environnement, dans sa totalité, qui se trouve impliqué dans les processus de cognition. L’auteure convoque les recherches en neurosciences qui mettent au jour la plasticité du cerveau humain : l’adaptation à l’environnement numérique est ainsi source de modifications neurologiques conséquentes. Hayles pointe encore le rôle de l’attention comme co-constitutive de la matérialité d’un objet, par la sélection de traits pertinents : « La matérialité, comme l’objet lui-même, n’est pas une entité déjà donnée mais plutôt un processus dynamique qui se modifie à mesure que le centre d’attention se déplace. » (p. 56).

L’ouvrage se divise en trois sections de deux ou trois chapitres, précédées chacune d’un interlude qui en fait ressortir la cohérence. La première section se consacre à l’étude de pratiques intellectuelles modifiées par les médias numériques : d’une part, la recherche en humanités, d’autre part, la lecture. Hayles entend questionner, dans son premier chapitre, « la manière dont l’implication dans les technologies numériques affecte les hypothèses et les suppositions des chercheurs en humanités » (p. 66). Prenant appui sur une vingtaine d’entretiens menés avec des acteurs anglo-saxons des humanités numériques (Willard McCarty, Alan Liu, Jeffrey Schnapp, Stephen Ramsay, etc.), elle souligne la vitalité polémique qui a cours dans les entreprises de définitions du champ, ainsi que la tension qui existe entre la vocation herméneutique, critique des humanités et le caractère automatique des traitements algorithmiques appliqués aux objets d’étude. La technogenèse, selon laquelle humains et outils se développent par apports mutuels, met en évidence le dialogue qui s’instaure entre les humanités et le numérique :

Les réseaux numériques influencent les livres imprimés et les traditions de l’imprimé informent la manière de comprendre et de théoriser la matérialité des objets numériques. Deux dynamiques sont ainsi à l’œuvre: une première dans laquelle les humanités numériques avancent pour dégager de nouveaux domaines d’exploration, et une seconde dans laquelle elles sont engagées dans une boucle de rétroaction récursive avec les humanités traditionnelles. (p. 84)

Les axes de questionnement et la conceptualisation au sein des humanités se transforment ainsi sous l’effet des collaborations entre informaticiens et chercheurs, de la formalisation des savoirs dans des bases de données (formes culturelles émergentes qui supplantent dans la recherche le développement linéaire de l’argumentation), ou encore du changement d’échelle que permet la quantité de données disponibles. Hayles suggère deux pistes quant à la manière dont se négocieront, à l’avenir, les relations entre humanités traditionnelles et numériques : elles iront soit dans le sens d’une assimilation, où les travaux savants traditionnels se prolongeront dans le numérique – ce qui impliquera le maintien de la forme-texte comme unité de travail ; soit dans le sens d’une distinction, consacrant la rupture avec le texte, où l’on exploitera au maximum les possibilités dynamiques du numérique avec, par exemple, les API et les outils de visualisation. Hayles souligne le potentiel transformateur de l’une et l’autre option.

Le chapitre qui suit porte sur les pratiques de lecture à l’ère numérique. Partant du constat d’un déficit de compétence en lecture que relèvent les enquêtes en milieu scolaire, l’auteure avance l’hypothèse que l’enseignement de la lecture rapprochée de textes imprimés n’est plus en phase avec les pratiques effectives des apprenants, de telle sorte qu’elle sort de leur zone proximale de développement (Vygotski 1934). Il s’agit donc de mener une réflexion sur des pratiques de lecture différenciées qui, outre la lecture rapprochée, intègrent l’hyperlecture – liée aux opérations de repérage, adaptée à l’abondance et la fragmentation de l’information caractéristique des environnements numériques –­ et la lecture machinique, permettant à l’aide d’algorithmes la reconnaissance de formes au sein de grands corpus de textes. Toutefois, ainsi que le note Hayles, les frontières sont poreuses; raison pour laquelle il est indispensable de créer des synergies entre ces différents modes de lecture:

écrémage, repérage et reconnaissance de formes ont toutes les chances de se produire dans chacune des trois stratégies de lecture; leur fréquence dans l’une ou l’autre est une question d’échelle et d’accent, plutôt que de frontière tranchée. (p. 141).

Dans la deuxième section du livre, on aborde les temporalités qui rythment le processus de la technogenèse. Prenant appui sur les recherches menées en philosophie de la technique, en particulier celles de Gilbert Simondon (1958), l’auteure met en débat « le point de vue selon lequel les objets techniques incarnent des temporalités complexes enveloppant le passé dans le présent et le présent dans l’avenir » (p. 162). L’attention joue de ce point de vue un rôle décisif, dans le repérage des propriétés saillantes qui constituent la matérialité d’un objet – ce qui fait de la matérialité une donnée construite, un « hybride homme-technique » (p. 169), à l’inverse des propriétés physiques d’un objet donné. Au sein de cette réflexion sur les temporalités de la technogenèse s’inscrit une étude du technotexte TOC. A new media novel de Steve Tomasula, ainsi qu’un chapitre particulièrement fouillé consacré à l’histoire du télégraphe. L’idée est ici de montrer comment le code télégraphique, ancêtre du code informatique, évolue selon les nécessités sociales (liées aux guerres, aux industries ou au chemin de fer) qui anticipent les usages ; usages qui sont à leur tour source de transformation cognitives :

Tandis que les livres de code évoluaient vers la construction de codes algorithmiques, les pratiques incarnées d’individus directement impliqués dans la transmission des messages ont commencé à se diffuser dans la population, transformant les façons de percevoir la relation entre le langage naturel et le code télégraphique. Non seulement les opérations du télégraphe mais aussi tous ceux qui envoyaient ou recevaient un télégramme codé (c’est-à-dire les milieux d’affaire, quasiment dans leur ensemble, ainsi que les personnes, très nombreuses, qui utilisaient le télégramme dans leurs relations sociales) prenaient part à ces pratiques linguistiques qui avaient des effets physiologiques et cognitifs. (p. 229)

La troisième et dernière section du livre revient sur les liens entre récit et base de données, à partir d’une critique des travaux de Lev Manovich (2001). Dans la conception de Manovich, le récit, lié à l’axe syntagmatique, se déploie linéairement, tandis que la base de données donne corps à un répertoire paradigmatique. Il s’agit de formes culturelles concurrentes, bien qu’occasionnellement capables de coopération. Renversant cette perspective qui les considère comme ennemis naturels, Hayles propose de les envisager en tant que symbiotes, espèces différentes tirant avantage de leurs interactions :

Parce que la base de données est capable de construire des juxtapositions relationnelles, mais pas de les interpréter ou de les expliquer, elle a besoin du récit pour donner sens à ses résultats. Le récit, pour sa part, a besoin de la base de données, dans la culture à forte intensité de calcul du nouveau millénaire, pour renforcer son autorité culturelle et tester la portée générale de ses idées. (p. 282)

L’auteure souligne à cet endroit l’évolution du rôle social dévolu au récit, qui dans la culture du 21e siècle se voit de plus en plus « imprégné de données » (p. 291) tandis qu’il peine par sa structure à en intégrer de nouvelles, contrairement aux bases de données. Le récit, recelant une part d’implicite et laissant libre cours à l’expérience singulière du locuteur, se définit également par sa résistance à toute forme de standardisation et d’interopérabilité, d’où la base de données tire ses avantages. Hayles doute cependant que le récit se voie supplanté par la base de données dans l’accès au savoir, ce qui entraînerait la perte de connaissances non formalisables ; le récit se démarque également par sa capacité à prendre en charge des temporalités complexes, là où la base de données s’inscrit dans une temporalité plus souple, qui peut se manifester dans les représentations spatiales des informations.

Les derniers chapitres se consacrent à l’analyse détaillée de deux œuvres littéraires traversées, chacune à leur manière, par une tension entre le mode d’organisation linéaire propre au récit, et la structuration de données en son sein même, appuyée notamment par des techniques de visualisation : Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde (Steven Hall), fiction narrative polyphonique, et Ô Révolutions de Mark Z. Danielewski, où le voyage des protagonistes est matérialisé par une disposition particulière des mots et des espaces sur la page. Toutefois, ces analyses minutieuses se révèlent quelque peu difficile à suivre pour qui ne possède pas la connaissance des textes de référence, malgré les illustrations et détails fournis par l’auteure. Enfin, on aurait sans doute apprécié un chapitre de conclusion permettant de lier ensemble les résultats des différentes sections – bien que la structure de l’ouvrage, rythmé par les interludes, présente de ce fait assez de cohérence ; et que les index des noms et des notions qui font suite aux références assistent efficacement la consultation du livre.

La perspective de l’étude des médias comparés préconisée par Hayles, qui prend corps au fil de la lecture, démontre toute sa pertinence. Le concept de technogenèse, ancré dans les apports de la philosophie de la technique et des neurosciences, se révèle très convaincant pour rendre compte des changements qu’amène le numérique dans nos manières de penser, de lire, de construire un savoir  – et l’on reste au final impressionné tant par l’étendue des centres d’intérêt de l’auteure que par la richesse de la bibliographie activement mobilisée.

Bibliographie

Hayles, N. Katherine. 2012. How We Think: Digital Media and Contemporary Technogenesis. Chicago: University of Chicago Press.

Kirschenbaum, Matthew G. 2008. Mechanisms: New Media and the Forensic Imagination. MIT Press.

Liu, Alan. 2009. Local Transcendence: Essays on Postmodern Historicism and the Database. University of Chicago Press.

Manovich, Lev. 2001. The Language of New Media. MIT Press.

Simondon, Gilbert. 1958. Du mode d’existence des objets techniques. Paris : Aubier.

Vygotski, Lev-Sémionovitch. 2013 [1934]. Pensée et langage. 4e édition. Paris: La Dispute.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *