Pratiques de vulgarisation en sciences humaines et sociales : lacunes et zones d’ombre

En parcourant les carnets de recherche Hypothèses, j’ai été amenée à m’interroger sur la fonction qu’y occupait le traitement de l’actualité par des scientifiques, que l’on retrouve dans une quinzaine de carnets au moins[1]. S’agirait-il d’une forme particulière de journalisme scientifique, ou plutôt de journalisme par des scientifiques ? Répondant à une promesse communicationnelle d’OpenEdition de doter les sciences humaines et sociales de leurs propres médias (Dacos 2012) et de diffuser les savoirs auprès d’un large public (Dacos 2016), cette entreprise pourrait s’inscrire parmi d’autres activités de vulgarisation ou de médiatisation scientifique disponibles sur la plateforme (ainsi qu’en témoigne, dans le catalogue des carnets de recherche, la sous-catégorie « carnet de vulgarisation »).

Solidaire de la constitution de l’espace public moderne (Quéré 1982), la mise en publicité des savoirs et des résultats de la recherche a été favorisée au siècle classique par leur circulation dans les salons de lettrés à travers le format de la revue (ex. Le Journal des sçavans, Philosophical Transactions) qui joue là un rôle décisif (Beaudry 2011). La question de la circulation des savoirs entre monde scientifique et société civile se décline sous des vocables variés : science citoyenne, vulgarisation, science populaire, médiatisation scientifique… À cet égard, la mise au point de Bernadette Bensaude-Vincent (2010), à la suite de celle d’Yves Jeanneret (1994), permet d’y voir un peu plus clair. Coexistant avec la science populaire au 19e siècle – par exemple, l’initiative de Camille Flammarion et son Astronomie populaire à destination d’amateurs curieux –, le terme vulgarisation se répand au 20e et quitte un temps la connotation péjorative qui lui était autrefois accolée. Il s’agit bien toutefois d’une forme de diffusion de la science à sens unique, du « savant » vers un public supposé ignorant. On lui préfère aujourd’hui le terme de médiatisation ou de communication scientifique publique. Plus récemment, on a vu émerger le concept de citizen science (science citoyenne), mobilisant les connaissances de la société civile en vue d’une co-construction des savoirs, ou orientant les recherches des scientifiques vers l’intérêt commun (Stilgoe 2009).

Seulement, tant dans le domaine de la science citoyenne que dans celui de la vulgarisation ou de la médiatisation scientifique, on ne peut que constater le fait que les sciences « dures » se taillent la part du lion. En effet, un rapide tour d’horizon des références canoniques consacrées à la vulgarisation scientifique (Roqueplo 1976, Boltanski et Maldidier 1977, Jacobi 1986, Fayard 1988) fait apparaître que la vulgarisation dans les sciences humaines et sociales surgit ça et là par la bande, mais que sa spécificité semble demeurer un impensé ; surtout en ce qui concerne les humanités. Dans l’ouvrage de Stilgoe, Citizen Scientists (2009), il n’est tout simplement pas fait mention des SHS : il ne serait de science citoyenne que dans les domaines de la médecine, de la physique ou de la biologie. En forçant le trait, on pourrait dire que la reconnexion de la science avec la société civile ne se passe que par une action directement observable sur son environnement, comme si la compréhension du monde se limitait aux phénomènes physiques objectivement appréhendables. Il faut encore signaler le constat de Jurdant, débouchant sur l’impossibilité théorique de la vulgarisation en SHS :

Ce que nous voulons dire par là, c’est que derrière l’expression sciences sociales (ou sciences humaines), il y a une fonction, que l’existence ex nihilo de ces sciences, leur présence comme fait accompli consacré par voie institutionnelle (notamment, l’enseignement et l’académisme) dissimulent avec soin : cette fonction c’est celle de la socialisation de la science, dont le résultat académique n’est rien d’autre que la science socialisée. Celle-ci ne débouche pas sur une pratique où pourrait s’exercer une créativité de type scientifique, visant par définition à l’universalité (c’est à dire à la possibilité pour n’importe qui de s’y engager au nom de sa simple humanité), mais sur un simple lieu sémantique que certains hommes s’approprient pour y installer la « vérité scientifique » de leur « humanité » qui exclut celle des autres : les prolétaires, les fous, les Nambikwara, les nègres, les Vietnamiens, les Peaux-Rouges, les enfants, les femmes et bien sûr, les profanes…). (Jurdant 1973 : 150-151)

Voilà donc les sciences humaines renvoyées sèchement – en 1973 du moins – au statut de « simple lieu sémantique », qui ne serait pas celui de la « créativité ». Or, un tel constat passe complètement sous silence la dimension opératoire des sciences humaines, ou leur aptitude à constituer et transmettre des savoirs critiques – soit des savoirs conscients de leurs mécanismes d’élaboration, de leurs enjeux et de leur valeur dans le champ social (Leclercq 2014) ; des savoirs supposant par ailleurs une appropriation et une application pratique.

Cette question est au cœur du projet « Genèse et Actualité des Humanités critiques » (ARC Genach, dir. G. Cormann et F. Provenzano, ULg), qui, par la notion d’humanités critiques, entend interroger la portée sociale des humanités, et ce à partir d’une étude de leurs conditions concrètes d’élaboration et de diffusion dans les échanges intellectuels franco-allemands au lendemain de la seconde guerre mondiale. Un tel projet s’inscrit dans un paysage plus large de publications liées à cette préoccupation, ainsi qu’en témoignent les quatre hors-séries (#9-#12, 2009-2012) de la revue Tracés, très explicitement intitulés « À quoi servent les sciences humaines ? » ; des ouvrages comme celui de Legrand et Sibertin-Blanc (2009), de Citton (2010) ou encore, plus récemment, celui de Small (2016).

Pour faire le lien avec le traitement de l’actualité par des scientifiques abordé à l’entame de ce billet, ou d’autres activités de vulgarisation à l’œuvre sur Hypothèses, on peut souligner que de telles pratiques exploitent justement la dimension opératoire des humanités et contribuent sans doute, conformément au souhait de Legrand et Sibertin-Blanc, à repolitiser le champ du savoir :

Nous appelons politisation ce déplacement même, dont la teneur critique peut se mesurer à la façon dont il compromet le partage établi, dans un contexte social et idéologique déterminé, entre le politique et le non-politique, et dont il remet en cause corrélativement l’économie des savoirs (discours, représentations idéologiques et scientifiques) qui soutiennent la monopolisation par des institutions et des agents collectifs déterminés de la signification « politique », et corrélativement le monopole de la décision sélective des problèmes légitimés à entrer dans l’espace du débat public, théorique et « politique » (au sens institutionnel usuel). (Legrand et Sibertin-Blanc 2009 : 54)

Les sciences humaines et sociales amènent donc les savoirs qu’elles véhiculent à jouer un rôle dans la société. C’est en ce sens qu’Hypothèses, et plus largement la plateforme OpenEdition, par le projet éditorial qu’elle porte, constitue un terrain d’étude privilégié pour penser cette question du rôle critique des humanités à travers une médiatisation susceptible de toucher la sphère extra-académique.

Bibliographie :

Beaudry, Guylaine. 2011. La communication scientifique et le numérique. Paris: Lavoisier.

Bensaude-Vincent, Bernadette. 2010. « Splendeur et décadence de la vulgarisation scientifique ». Questions de communication, no 17 (juin): 19‑32. doi:10.4000/questionsdecommunication.368.

Boltanski, Luc, et Pascale Maldidier. 1977. La vulgarisation scientifique et son public: enquête sur « Science et vie ». Paris: Éd. de l’EHESS.

Citton, Yves. 2010. L’avenir des humanités: économie de la connaissance ou cultures de l’interprétation. Paris: La Découverte.

Dacos, Marin. 2012. « Vers des médias numériques en sciences humaines et sociales : une contribution à l’épanouissement de la place des sciences humaines et sociales dans les sociétés contemporaines ». Tracés. Revue de Sciences humaines, no #12 (décembre): 205‑23. doi:10.4000/traces.5534.

Id.. 2016. « Le savoir est une arme. Discours de remise de la médaille de l’innovation 2016 ». Billet. Blogo-numericus. http://bn.hypotheses.org/11728. Consulté le 23 décembre 2016.

Fayard, Pierre. 1988. La communication scientifique publique: de la vulgarisation à la médiatisation. Lyon : Chronique sociale.

Jacobi, Daniel. 1986. Diffusion et vulgarisation: itinéraires du texte scientifique. Besançon : Presses Univ. Franche-Comté.

Jeanneret, Yves. 1994. Écrire la science: Formes et enjeux de la vulgarisation. Paris: Presses Universitaires de France.

Jurdant, Baudouin. 1973. « Les problèmes théoriques de la vulgarisation scientifique ». Thèse de Doctorat de troisième cycle en psychologie, soutenue le 20 octobre 1973 devant Mme et MM. les Professeurs Andrée Tabouret-Keller, Président, Georges Lanteri-Laura, rapporteur et Michel Tardy, Université Louis Pasteur de Strasbourg. http://science.societe.free.fr/documents/pdf/these_bjurdant.pdf. Consulté le 23 décembre 2016.

Leclercq, Bruno. 2014. « Qu’est-ce qu’un savoir critique ? » In Leurres de la qualité dans l’enseignement supérieur ? Variations internationales sur un thème ambigü, édité par Bruno Leclercq et Fallon, Catherine, 31 et sqq. Louvain-la-Neuve: Academia.

Quéré, Louis. 1982. Des miroirs équivoques: aux origines de la communication moderne. Paris: Aubier Montaigne.

Roqueplo, Philippe. 1974. Le partage du savoir, science, culture, vulgarisation. Paris: Seuil.

Sibertin-Blanc, Guillaume, et Stéphane Legrand. 2009. Esquisse d’une contribution à la critique de l’économie des savoirs. Reims: Le Clou dans le fer.

Small, Helen H. 2016 [2013]. The Value of the Humanities. Oxford: Oxford University Press.

Stilgoe, Jack. 2009. Citizen Scientists: reconnecting science with civil society. Demos London. http://creias.ipleiria.pt/files/2010/08/Citizen_Scientists_-_web.pdf. Consulté le 23 décembre 2016.

[1] Question que je n’entends pas traiter ici, mais qui fera ultérieurement l’objet d’un traitement plus approfondi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *