Metzger, Jean-Paul (éd.). 2004. Médiation et représentation des savoirs. Paris: L’Harmattan.

C’est d’un ouvrage déjà ancien, réalisé sous la direction de J.-P. Metzger et rassemblant les actes d’un colloque consacré au « Partage des savoirs » (Université Jean-Moulin Lyon 3, 28 février-1er mars 2003), que je voudrais rendre compte par ces notes de lectures. Publié voici douze ans, le livre aborde la question de l’accès aux savoirs, de leur représentation et des phénomènes de médiation à l’œuvre dans leur transmission au sein d’environnements variés (musées, listes de discussion, presse, université, etc.). La circulation des connaissances est aujourd’hui interrogée sous l’angle des transferts culturels aux frontières géographiques (Dahan-Gaida 2016), ou celui de l’interdisciplinarité (Darbellay 2012) ; mais ce sont également les mutations liées à l’arrivée des « nouvelles technologies » et du numérique, imposant des médiations particulières aux objets diffusés, qui éveillent l’intérêt des chercheurs (Stiegler 2014, Vitali-Rosati & Sinatra 2014, Vitali-Rosati 2016 ­ pour ne citer que ceux-là).

Médiation et représentation des savoirs aborde cette question par le prisme des sciences de l’information et de la communication (SIC). L’introduction d’Yves Jeanneret rappelle que les SIC ont ouvert une réflexion sur l’espace social au sein duquel s’inscrit la communication des savoirs, les formes qui leurs sont données ainsi que les enjeux de la transmission. Cette perspective a permis de nuancer la conception traditionnelle de la vulgarisation entendue comme traduction, qui fait perdre de vue la transformation subie par les savoirs au cours du processus de divulgation :

Au fil des recherches ici évoquées, ce qui s’éclaire, ce sont les conditions de description des métamorphoses que connaissent les savoirs au sein du social, notamment le rôle joué par les dispositifs médiatiques comme sources d’imposition de formes et de mobilisation d’investissements, mais aussi la dimension poétique des pratiques de discours, des interprétations, de la reprise polyphonique des paroles sur les savoirs dans la société. (p. 22).

La première section, intitulée « Accès au savoir et médiation », interroge plus particulièrement les modes d’accès et les opérations de transmission. Elle s’ouvre par une appréciation critique de « la promesse d’une société des savoirs, basée sur le partage des connaissances, apportant plus de démocratie et de croissance » (G. Henneron, R. Palermiti et Y. Polity, p. 40) – qui pourrait in fine se révéler n’être qu’un avatar de la « société de l’information ». La place de l’usager qui, par une manipulation active des contenus informationnels, accroît sa compréhension, est étudiée à travers le concept de l’interactivité (J.-T. Julia). On évalue ensuite les fonctions respectives des médiations humaines et techniques dans le processus de transmission (P.-Y. Badillo et C. Rizza), ainsi que les procédés de mutualisation des connaissances à travers les échanges d’une liste de discussion professionnelle (E. Kolmayer), les interactions au sein d’ateliers d’échanges de savoirs (E. Chabot) ou encore de communautés de pratiques (G. A. Walker). Les formations méthodologiques à la recherche d’information en milieu universitaire (O. Riondet) et la communication émanant de sociétés d’amis de musée (C. Thevenard-Nguyen) sont également étudiées comme formes de transmission.

La seconde section du livre, « Savoir, représentation et langage », se concentre quant à elle sur la place qu’occupent les éléments langagiers dans les processus de représentation des connaissances, nécessaire à leur transmission. J. L. Magakian montre de quelle manière les discours (soliloque ou échanges) permettent aux individus d’intérioriser la préparation d’un changement organisationnel. C. Courbières interroge quant à elle les pratiques d’analyse documentaire à travers une discussion des cadres théoriques proposés par la sémiotique et la linguistique, qui devraient être réévalués dans la perspective des sciences de l’information et de la communication. Sont ensuite abordés les discours sociaux que véhiculent les médias, et plus précisément la télévision, plaçant l’usager dans « un décor représentatif et ‘citoyen’ » (p. 184) qui se révèle davantage outil de mise en scène que de partage du savoir (Y. Chevalier). La presse, professionnelle (M. Vila-Raimondi) ou quotidienne (A. Tavernier), joue également un rôle dans la propagation des connaissances. La première assure la représentation d’un espace de débat entre les différents acteurs du champ ; dans la seconde, la parole donnée à l’expert lui fait partager, avec le journaliste, « la responsabilité de construire un cadre interprétatif et cognitif » (p. 197). La section se clôt avec une proposition d’analyse des savoirs collectifs basée sur l’étude des schémas graphiques (V. Larroche), ainsi que deux contributions portant sur le thème de la vulgarisation. M. Lalvée questionne le statut des savoirs ésotériques et les conditions de leur circulation sous l’angle discursif, tandis que D. Jacobi, D. Miège et K. Tauzin décrivent les mécanismes de constitution d’une culture esthétique nécessaire à l’appréciation de l’art contemporain.

Si cet ouvrage ne permet plus d’offrir une vision de la question dans son actualité – notamment au regard des nouvelles conditions de production et de diffusion liées à l’environnement numérique­, son intérêt majeur est de permettre de mieux saisir les médiations (discursives, du dispositif, informatisé ou non, etc.) à l’œuvre dans la circulation et l’appropriation des connaissances au sein d’un milieu culturel donné. Il contribue de cette manière à affiner un regard critique sur les opérations de partage des savoirs.

Bibliographie :

Dahan-Gaida, Laurence (éd.). 2016. Circulation des savoirs et reconfiguration des idées : Perspectives croisées France-Brésil. Villeneuve d’Ascq: Presses Universitaires du Septentrion.

Darbellay, Frédéric. 2012. La circulation des savoirs: interdisciplinarité, concepts nomades, analogies, métaphores. P. Lang.

Stiegler, Bernard (éd.). 2014. Digital Studies: Organologie des savoirs et technologies de la connaissance. Limoges: FYP éditions.

Vitali Rosati, Marcello. 2016. « What is editorialization? » Sens public, janvier. http://www.sens-public.org/article1059.html. Consulté le 13 décembre 2016.

Vitali-Rosati, Marcello, et Michael E. Sinatra, éd. 2014. Pratiques de l’édition numérique. Parcours numérique. Montréal: Presses de l’Université de Montréal. http://books.openedition.org/pum/306. Consulté le 13 décembre 2016.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *