La trivialité comme cadre conceptuel possible d’une étude de la plateforme OpenEdition (3)

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications. Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

À la lumière des perspectives théoriques ouvertes par la pensée de la trivialité, la problématique de ma thèse pourrait se voir précisée de la manière suivante : En quoi une plateforme d’édition numérique en sciences humaines suscite-t-elle des pratiques triviales menant à la réécriture d’objets de savoir ? Comment les publics s’ajustent-ils[1] aux prétentions communicationnelles (éditoriales et scientifiques) de la plateforme, et, le cas échéant, y développent-ils à leur tour des pratiques triviales ? Ces pratiques portent-elles la marque d’une préoccupation critique/réflexive ?

Ce questionnement sera mené à travers une étude de cas de la plateforme OpenEdition, qui semble particulièrement adaptée à l’observation des processus de la trivialité : (i) elle repose sur une politique d’appropriation active du dispositif par l’utilisateur, via un service d’assistance (listes de discussion, sites d’accompagnement et offre de formation), et continue de développer, à travers la structure OpenEditionLab, des pratiques innovantes dans l’édition électronique ouverte ; (ii) la plateforme articule quatre sections complémentaires, que sont Revues.org, OpenEditionBooks, Calenda et Hypothèses. Elle propose ainsi de recourir à des fonctions éditoriales variées – soit l’édition de revues ou d’ouvrages en ligne, la publication d’annonces sur un calendrier de la recherche ou le blogging scientifique ; (iii) son engagement en faveur de l’accès ouvert s’inscrit dans un projet de libre diffusion de la recherche auprès du public scientifique mais également extrascientifique, qui invite les humanités à jouer un rôle critique dans la société civile (Dacos 2016).

Je voudrais à présent dégager une première grille de lecture, susceptible d’être aménagée ultérieurement, pour l’étude des pratiques triviales sur OpenEdition. Il s’agira d’identifier la manière dont les processus de la trivialité, détaillés par Yves Jeanneret (2008), se trouvent à l’œuvre sur la plateforme ; et de quelle manière ils transforment les connaissances scientifiques :

les disciplines de l’archive : OpenEdition, comme lieu de savoir – soit, pour reprendre la définition de Christian Jacob, un « lieu matérialisé et construit, qui se prête à l’accumulation de l’archive comme au déploiement des instruments et des objets » (2007 : 24-25, voir aussi 2014: §3 pour OpenEdition plus spécifiquement) – se dote de gestes et outils de réécriture adaptés en vue de la conservation et de la transmission des connaissances (catalogage, adjonction de métadonnées ou d’abstracts, inscription dans une catégorie disciplinaire, etc.). Le caractère dynamique de l’archive numérique, qui reste en principe disponible et mobilisable (p. ex. Ertzscheid, Gallezot et Simonnot 2013 : 53-68; Paveau 2013, Favier et El Hadi 2015), reconfigure l’intertexte de la plateforme et donne lieu au développement de fonctionnalités particulières (ainsi, Inter-Textes, outil d’agrégation de contenu ; voir à ce propos Faath 2015 [2013]) ;

l’altération des objets selon les enjeux liés aux espaces sociaux traversés : l’élargissement des publics potentiels dans l’environnement numérique (que Smith a matérialisé sous la figure du lecteur inattendu : Smith 2011, Dacos 2012, Magis & Granjon 2016) laisse la porte ouverte à une reformulation et une réappropriation des connaissances hors de la sphère académique. Sur OpenEdition, on voit ainsi apparaître des revues adressées à des professionnels, ou encore des carnets de vulgarisation; les produits de la plateforme sont en outre relayés à travers les médias sociaux, ce qui renforce leur capacité à percoler dans la société civile. Dans un autre registre, les objets scientifiques se transforment dans les contextes de dialogues ou de transferts disciplinaires, que pourrait faciliter l’environnement de la plateforme numérique (Darbellay 2013, Dacos et Mounier 2014 : 15-16). Enfin, les connaissances s’altèrent également selon les logiques éditoriales dans lesquelles elles s’inscrivent (écrit de revue ou de blog ; recension ou article ; littérature grise ; etc.). Ce sont ainsi les genres et formats textuels qui seront questionnés (Paveau 2012 ; McCarty 2013, Maingueneau 2013) ;

la reconfiguration des situations de communication : la pensée de la trivialité repose sur une conception particulière de la communication comme processus dynamique au cours duquel les objets culturels se transforment. Les pratiques triviales résultent ainsi d’un ajustement entre une prétention communicationnelle et la prédilection sémiotique des publics (Jeanneret 2008 : 168). Sur OpenEdition, cet ajustement pourra s’observer en identifiant la prétention de la plateforme à agir sur le cours de la communication scientifique, à travers un projet éditorial particulier, et la prédilection des usagers, s’appropriant ce projet éditorial et anticipant à leur tour les publics que suppose le dispositif (Saemmer 2015). On tiendra également compte, à cet endroit, des imaginaires sociaux (sur la culture numérique notamment, ou entourant le mouvement scientifique des Digital Humanities) qui motivent la reconfiguration des situations de communication et contribuent potentiellement à l’instrumentation du dispositif.

 

Je tenterai ainsi de mettre à jour quels sont les possibles mécanismes de préfiguration, suggestion, réquisition et fantasmagorie (Jeanneret 2014 : 178 sqq) dont use le dispositif de la plateforme pour susciter les pratiques triviales, et la manière dont les utilisateurs y répondent. Les modes d’intervention sur les processus communicationnels, comme opérateurs de la trivialité – en particulier les formes discursives et matérielles dans lesquelles s’inscrivent les connaissances sur OpenEdition – seront mes principaux objets d’étude. D’un point de vue méthodologique, je ferai donc appel aux outils de l’analyse du discours, de la rhétorique, de la philologie et de la sémiotique des écrits d’écran[2].

Comme l’a relevé Jeanneret (2014 : 93 sqq), l’activité discursive stimule la trivialité. Je m’attacherai ainsi à repérer, au sein des discours qui s’inscrivent dans la plateforme, les marques rhétoriques d’une stratégie d’adaptation au public cible, par la construction de l’ethos (Amossy 2010, Couleau et al. 2016), la densification sémiotique facilitant l’appréhension des contenus (Jeanneret 2014 : 11) ou la reformulation du discours scientifique (Jacobi 1985). Les pratiques de citation et de réécriture des concepts à travers les différents espaces disciplinaires ou éditoriaux de la plateforme retiendront également mon attention. Je tiendrai compte de la dimension à la fois technique et langagière de l’écrit en régime numérique, que l’on retrouve me semble-t-il tant dans le concept de textiel (Davallon et al. 2003, Tardy et Jeanneret 2007, Jeanneret 2014 : 427) que dans celui de technodiscours (Paveau 2012).

Le discours étant conditionné par son inscription dans des limites intellectuelles (genres) et matérielles (cadres éditoriaux) (Bonaccorsi 2013 : 127-128), je m’intéresserai aux architextes de la plateforme – informatisés ou non (Genette 1979, Tardy et Jeanneret 2007, Jeanneret 2014) ainsi qu’à leurs évolutions. De manière plus générale, ce sont là les questions relatives à l’énonciation éditoriale (Souchier 1998, 2007 ; Jeanneret et Souchier 2005) et au devenir du paratexte en régime numérique (Desrochers & Apollon 2014) qui seront abordées. Ce questionnement sur les formes du texte dans l’environnement d’une plateforme numérique ne négligera pas l’évolution des formats éditoriaux du texte scientifique, comme le devenir de la forme-revue (épi-revues, fréquences de publication, changement de paradigme en régime d’accès ouvert) et l’apparition de nouvelles formes de communication scientifique dans l’environnement numérique.

Bibliographie

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi: ethos et identité verbale. Paris: Presses universitaires de France.

Bonaccorsi, Julia. 2013. « Approches sémiologiques du web ». In Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, par Christine Barats, 125‑46. Paris: Armand Colin.

Couleau, Christèle, Oriane Deseilligny, et Pascale Hellégouarc’h. 2016. « Présentation. Que devient l’éthos en régime numérique? » Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2015‑3 (juin). https://itineraires.revues.org/3175. Consulté le 29 août 2016.

Dacos, Marin. 2012. « Vers des médias numériques en sciences humaines et sociales : une contribution à l’épanouissement de la place des sciences humaines et sociales dans les sociétés contemporaines ». Tracés. Revue de Sciences humaines, 12 (décembre): 205‑23. doi:10.4000/traces.5534.

Id. 2016. « Le savoir est une arme. Discours de remise de la médaille de l’innovation 2016 ». Billet. Blogo-numericus. http://bn.hypotheses.org/11728. Publié le 16 juin 2016. Consulté le 23 août 2016.

Id., et Pierre Mounier. 2014. Humanités numériques: État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international. Institut Français. http://issuu.com/institut_francais/docs/if_humanites-numeriques. Consulté le 29 août 2016.

Darbellay, Frédéric. 2013. « Les Digital Humanities : vers une interdisciplinarité 2.0 ? » Natures Sciences Sociétés, 20 (3): 269‑70.

Desrochers, Nadine, et Daniel Apollon (éd.). 2014. Examining Paratextual Theory and its Applications in Digital Culture. Hershey: IGI Global. http://services.igi-global.com/resolvedoi/resolve.aspx?doi=10.4018/978-1-4666-6002-1.

Ertzscheid, Olivier, Gabriel Gallezot, et Brigitte Simonnot. 2013. « À la recherche de la « mémoire » du web : sédiments, traces, et temporalités des documents en ligne ». In Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, par Christine Barats, 53‑68. Paris: Armand Colin.

Faath, Élodie. 2015. « Inter-Textes – Mise en relation de contenus scientifiques et économiques ». Billet. OpenEdition Lab. Publié le 4 juillet 2016, mis à jour le 5 mars 2015. http://lab.hypotheses.org/798. Consulté le 29 août 2016.

Favier, Laurence, et Widad Mustafa El Hadi. 2015. « Introduction: L’archivage numérique des savoirs ». Les Cahiers du numérique: L’Archivage numérique des savoirs, 11 (1): 9‑14.

Jacob, Christian. 2007. Lieux de savoir: Espaces et communautés. Albin Michel.

Id. 2011. Lieux de savoir: Les mains de l’intellect. Albin Michel.

Id. 2014. Introduction In : Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ? [en ligne]. Marseille : OpenEdition Press. http://books.openedition.org/oep/651. Consulté le 29 août 2016.

Jacobi, Daniel. 1985. « Sémiotique du discours de vulgarisation scientifique ». Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, 2(février). http://semen.revues.org/4291. Consulté le 29 août 2016.

Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Paris: Hermès science publications.

Id. 2009. « L’insaisissable opérativité des médias informatisés ». In De l’expérience multimédia: usages et pratiques culturelles, par Nicole Pignier, 47‑60. Paris: Hermès science publications.

Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard.

Magis, Christophe, et Fabien Granjon. 2016. « Numérique et libération de la production scientifique ». Variations. Revue internationale de théorie critique, 19 (avril). https://variations.revues.org/733. Consulté le 23 août 2016.

Maingueneau, Dominique. 2013. « Genres de discours et web : existe-t-il des genres web ? » In Manuel d’analyse du web en Sciences Humaines et Sociales, par Christine Barats, 74‑93. Paris: Armand Colin.

McCarty, Willard (éd.). 2013. Text and Genre in Reconstruction : Effects of Digitalization on Ideas, Behaviours, Products and Institutions. OBP Collection. Cambridge: Open Book Publishers. http://books.openedition.org/obp/630. Consulté le 29 août 2016.

Paveau, Marie-Anne. 2012. « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature ». https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00824817. Consulté le 29 août 2016.

Id. 2013. « Discours et mémoire 7. La mémoire numérique. Réflexivité et technodiscursivité ». Billet. La pensée du discours. https://penseedudiscours.hypotheses.org/8204. Publié le 5 octobre 2013. Consulté le 29 août 2016.

Id. 2016. « Technologie discursive [Dictionnaire] ». Billet. http://technodiscours.hypotheses.org/277. Publié le 22 janvier 2013, mis à jour le 13 juillet 2015. Consulté le 29 août 2016.

Saemmer, Alexandra. 2015. Rhétorique du texte numérique: figures de la lecture, anticipations de pratiques. Lyon: Presses de l’Enssib.

Smith, Kevin J.D. 2011. « The unexpected reader ». Scholarly Communications @ Duke. http://blogs.library.duke.edu/scholcomm/2011/11/15/the-unexpected-reader/. Publié le 15 novembre 2011. Consulté le 29 août 2016.

Souchier, Emmanuel. 1998. « L’image du texte : pour une théorie de l’énonciation éditoriale ». Les cahiers de médiologie, 6 (2): 137‑45.

Id. 2007. « Formes et pouvoirs de l’énonciation éditoriale ». Communication et langages, 154 (1): 23‑38. doi:10.3406/colan.2007.4688.

[1] L’ajustement étant défini par Jeanneret comme l’ « activité des publics des médias et de la culture qui leur permet de définir des modes d’engagement, de prendre des rôles et d’exercer un jugement sur les situations et les productions auxquelles ils sont confrontés. » (2014 : 10).

[2] La communication étant appréhendée, ainsi qu’on l’a rappelé, non comme la circulation d’information du pôle émetteur au pôle récepteur, mais comme processus transformateur, j’éviterai de ce fait les enquêtes de type sociologique auprès des lecteurs et usagers, pour me concentrer sur la transformation des objets au sein des discours médiés par le dispositif de la plateforme.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *