Dériv@tions

Ce carnet de thèse a pour thématique la circulation des savoirs sur (et autour de) la plateforme OpenEdition. Elle sera étudiée essentiellement – mais non exclusivement – à travers les textes et discours qui s’y inscrivent ou l’animent. Il s’agira sur cette base d’interroger les conditions matérielles de production, diffusion et réception des connaissances sur un portail de ce type.
L’apparition des plateformes numériques de publication scientifique a en effet reconfiguré les conditions de circulation des savoirs. Qu’il s’agisse de l’élargissement de l’accès à l’information – sur le plan spatial, temporel et quantitatif – ou des publics concernés, qui désormais dépassent la communauté des chercheurs pour s’ouvrir aux professionnels ou amateurs éclairés, ces plateformes, par leur matérialité même, influent directement sur le processus de la recherche et transforment les savoirs qu’elles véhiculent.
Pour les besoins de mon analyse, je recourrai à la notion de « trivialité » élaborée par Yves Jeanneret, définie comme le « caractère transformateur et créatif de la transmission et de la réécriture des êtres culturels à travers différents espaces sociaux » (Jeanneret 2014:15). Les savoirs scientifiques, comme êtres culturels, sont particulièrement soumis aux opérations de trivialité. Ils ont vocation à être réécrits, cités, commentés, critiqués, archivés, traduits, vulgarisés, catalogués, en vue de favoriser leur diffusion dans des espaces sociaux variés. Ils s’incarnent pour ce faire dans des formats ou genres textuels divers, porteurs de sens et induits par les dispositifs (livre, plateforme, média social, etc.): monographie, article scientifique, abstract, billet de blog, étiquette, commentaire, recension, tweet; mais également dans des documents épitextuels comme les rapports d’activités, dossiers de candidature, etc. Le discours, « opérateur puissant de trivialité » (Ibid:93), fournit en tant que « révélat[eur] de l’importance et de la nature des activités de réappropriation et de transformation des êtres culturels » (Jeanneret 2008: 57) une prise pour étudier les modes de diffusion des savoirs et les transformations qu’ils subissent.
Je me réfèrerai également aux travaux menés par Marie-Anne Paveau (2015ab) autour de la notion de « technodiscours » et de la textualité numérique.
La plateforme OpenEdition sera retenue comme corpus privilégié, en raison de ses particularités: en effet, elle articule en son sein quatre plateformes complémentaires (édition de livres, de revues, blogging scientifique et annonces) et repose sur un principe d’appropriabilité de son dispositif par l’usager. Il sera par exemple possible d’étudier la circulation des savoirs entre les plateformes, ou de repérer au sein des discours (scientifiques, d’accompagnement, etc.) les stratégies rhétoriques d’adaptation (Jeanneret 2014:10) anticipant usages et usagers du dispositif. Les matériaux épitextuels fourniront également un éclairage utile sur ces questions: réflexions sur les catégorisations disciplinaires, pratiques de recherche innovantes, positionnement de la plateforme dans le champ de l’édition numérique savante, etc.

Le projet est mené en concertation avec l’équipe d’OpenEditionLab.

Réf.: Jeanneret, Yves. 2008. Penser la trivialité: La vie triviale des êtres culturels. Hermès science publications; Id. 2014. Critique de la trivialité: Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris: Editions Non Standard. Paveau, Marie-Anne. 2015a. « Ce qui s’écrit dans les univers numériques ». Itinéraires. Littérature, textes, cultures, nᵒ 2014‑1(février). doi:10.4000/itineraires.2313. Ead. 2015b. « L’intégrité des corpus natifs en ligne. Une écologie postdualiste pour la théorie du discours ». Les cahiers de praxématique, 65‑90.


2 réponses sur “Dériv@tions”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *