Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Toulouse : Cépaduès.

Le blog, comme outil de partage des savoirs dans un réseau disciplinaire ou professionnel, constitue un moyen incontournable de se tenir informé des actualités, de dénicher des ressources documentaires, ou encore d’échanger sur sa pratique avec des collègues ou acteurs du même horizon. Quels types de savoirs circulent au sein d’une blogosphère, sous quelles formes, pour quelles communautés ? Quelles sont les différentes strates de médiations à l’œuvre dans ce processus de diffusion et de mise en commun d’informations, d’opinions ? C’est à ces questions que l’ouvrage de Bérengère Stassin, issu de sa recherche doctorale sur la blogosphère info-doc, entend répondre.

Prenant pour objet particulier le réseau de blogs de professionnels et d’amateurs actifs dans les disciplines de l’information et de la documentation (chercheurs, éditeurs, bibliothécaires, archivistes, documentalistes) – restreints aux seuls blogs non institutionnels toutefois[1], l’auteure dégage un corpus de 68 blogs français dont elle extrait 5555 billets comme base de travail après délimitation de bornes temporelles (2010-2012). Stassin établit, à l’entame de sa démonstration, quatre hypothèses de travail : (i) la blogosphère info-doc constitue une communauté en ligne « dont les membres sont réunis autour d’un intérêt commun pour l’information-documentation » (p. 10) ; (ii) cette potentielle communauté est « orientée vers la construction et le partage de connaissances ancrées dans l’activité documentaire ou dans la recherche en science de l’information, vers la mise à disposition des compétences de chaque acteur. » (Ibid.) ; elle fonde en ce sens une communauté de savoir. (iii) Les médiations documentaires de ces savoirs sont plurielles. Les documents produits consistent soit en des documents primaires, soit en des documents secondaires issus de la rééditorialisation de ressources publiées ailleurs. Ils font aussi l’objet de médiations (tags, classifications, etc.) lors de leur production et de leur circulation. (iv) À ces médiations documentaires s’ajoute une couche de médiations identitaires qui entourent la présence en ligne du blogueur, qu’il s’agisse des traces (in)volontaires qu’il laisse ou de la construction d’un ethos pré-discursif par lequel il procure du crédit aux informations diffusées. 

La première partie de l’ouvrage pose un cadre théorique pour l’étude de la blogosphère info-doc. On y rappelle l’historique du blogging, des origines (les premières pages personnelles sous html) au Web 2.0. On situe également les imaginaires qui instrumentent la blogosphère, et les acteurs qui ont contribué à la structurer (acteur sociaux, mais également médias et publicitaires). Après une mise au point sur le concept de communauté (traditionnelle, en ligne, de savoir, de pratiques) insistant sur le critère d’un intérêt commun couplé à l’investissement des membres dans des échanges qui mènent à la production d’informations, Stassin étudie le blog comme dispositif de médiation documentaire et de médiation identitaire. Elle se positionne à très juste titre contre l’idée répandue du blog comme lieu d’autopublication exempt de toute validation par des tiers :

si les médiateurs traditionnels que sont les éditeurs et les bibliothécaires n’interviennent pas nécessairement dans la diffusion et la mise en visibilité des contenus, ces derniers ne sont pas exempts de médiation. La blogosphère est en effet le terrain de nouvelles formes de médiations aussi bien techniques que sociales ou sémiotiques: signalement automatique des billets, folksonomies, curation de contenu, etc. (p. 130)

L’auteure précise ensuite la notion de document, depuis les premiers jalons posés par Otlet et Briet qui le définissent comme un complexe associant un support et un signe – l’élargissant ainsi aux productions non textuelles- à son devenir dans l’environnement numérique. Elle détaille les médiations documentaires qui accompagnent la transmission des savoirs, en particulier au sein des blogs. Ces médiations documentaires s’additionnent des médiations des contenus de l’information par une identité numérique qui se définit comme

l’ensemble des traces laissées par les activités des internautes, par leurs pratiques informationnelles (p. ex. recherches d’information sur un moteur de recherche) et communicationnelles (p. ex. like ou tweet d’un contenu, publication d’un billet au sein d’un blog). (p. 178)

La deuxième partie du livre expose la méthode choisie pour mener à bien la mise à l’épreuve des hypothèses de travail. L’auteur opte pour une approche combinée associant quatre méthodes : une analyse thématique des contenus des blogs, une analyse structurale des réseaux aboutissant à la visualisation concrète des liens unissant les blogs ainsi que les clusters qui s’en dégagent ; une analyse des discours visant à déceler les genres utilisés et, enfin, une série d’entretiens semi-directifs réalisés auprès des blogueurs.

Les blogs et billets du corpus, passés au crible de ce cadre méthodologique, forment la matière de la troisième et dernière partie. C’est tout d’abord l’analyse structurale des réseaux qui met au jour la réticularité constitutive de la blogosphère, et sa dynamique interne :

Si la blogosphère info-doc s’articule autour d’un noyau de blogs très productifs, elle s’articule également autour d’un petit nombre de blogs centraux concentrant la majeure partie des liens entrants et sortants. Comme toutes les blogosphères, elle suit une loi de puissance au sens où un petit nombre de blogs concentrent la majeure partie des liens et qu’un grand nombre est relégué en position périphérique. (p. 261-262)

Cette analyse met en lumière le fait que blogs étudiés construisent aussi bien des liens avec des acteurs de même profils qu’avec ceux de profils différents : l’analyse thématique apporte alors un regard sur les objets-frontières au centre de ces échanges. L’analyse discursive identifie les genres de discours mis en œuvre selon l’identité professionnelle du blogueur. Enfin, les modalités de construction de l’identité en ligne sont précisées : identité déclarative (présentation dans la rubrique « à propos »), ou agissante, matérialisée par les traces d’activités (like, partage sur un réseau social, etc.) du blogueur dans d’autres environnements.

Au terme de son analyse, Stassin conclut à la validation de l’ensemble de ses hypothèses de travail :

La blogosphère info-doc constitue bien une communauté de savoirs en ligne. Mais une communauté qui est plus orientée vers la diffusion et le partage d’information et de connaissances que vers la co-construction de connaissances nouvelles. (p. 344)

La blogosphère est effectivement reconnue comme mosaïque de médiations documentaires, elles-mêmes sources de médiations identitaires, révélées par les analyses de contenu, l’étude des genres discursifs et le regard des blogueurs sur leur propre pratique rapporté par les entretiens.

L’étude de Bérengère Stassin représente sans aucun doute un travail sérieux, reposant sur une bibliographie solide : la validation des hypothèses est assez convaincante. L’auteure a fait le choix de conserver dans sa publication la structure d’une thèse académique : il en résulte une forme de déséquilibre entre le poids de l’approche théorique, méthodologique d’une part, occupant largement les deux tiers de l’ouvrage, et les résultats proprement dits qui auraient sans doute été mieux valorisés par une approche plus directe. Toutefois, ce choix présente l’avantage de retracer l’ancrage intellectuel de la démarche, et apporte des mises au point utiles et précises sur une série de concepts (le blog, le document, la communauté, les médiations, etc.) dans un langage clair et aucunement jargonnant. Pour ce qui est des apports de l’analyse, outre la validation des hypothèses de travail, on retiendra aussi l’idée très pertinente des strates de médiations qui participent du processus d’autopublication dans un blog, à l’opposé de certaines idées reçues quant au caractère immédiat de ce genre de pratiques. Une étude des médiations techniques ou idéologiques du CMS des blogs comme architextes conditionnant pour une part les contenus et leur énonciation éditoriale aurait peut-être pu compléter le propos. Par ailleurs, une analyse discursive approfondie des billets, qui étudierait leurs modalités énonciatives, leurs procédés rhétoriques, le lexique, etc. en regard du contexte matériel de leur production reste sans doute à construire. Ces quelques réflexions portent bien entendu sur des points de détails, et ce n’est pas l’objet d’une thèse en sciences de l’information et de la communication de procéder à une telle analyse des discours. L’ouvrage de Bérengère Stassin est en définitive une étude claire et soignée, qui pourra servir de référence à des travaux futurs.

[1] La blogosphère info-doc est plus précisément définie comme « l’ensemble formé par des blogs tenus par les praticiens de l’information (archivistes, bibliothécaires, éditeur, documentalistes) et des chercheurs en sciences de l’information et de la communication (enseignants-chercheurs, doctorants) de manière totalement indépendante de l’institution où ils exercent, mais dont le contenu est totalement ancré dans l’activité documentaire et/ou dédié à des problématiques de recherche. » (p. 7).


Une pensée sur “Stassin, Bérengère. 2016. La blogosphère info-doc : une communauté de savoir, une mosaïque de médiations. Toulouse : Cépaduès.”

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *